CHAMPS LIBRES / LES VERTS – EUROPE ECOLOGIE

Citoyens, Associations et Verts, des pays d’Evreux Avre et Iton –

Archive for the ‘Economie et social’ Category

Changement climatique : coût des impacts et pistes d’adaptation

Posted by jfihey sur 9 novembre 2009

Synthèse du rapport de l’ONERC 2009

Le groupe a choisi de travailler à partir des scénarios A2 et B2 du GIEC, selon les simulations réalisées par Météo-France, avec le modèle Arpège-Climat. A2 est un scénario plutôt pessimiste, B2 un scénario optimiste : ces deux scénarios sont généralement ceux adoptés dans les analyses d’impacts du changement climatique.

En l’absence d’une prospective socio-économique de long terme régionalisée et par secteur sur la France, il a été décidé de travailler en conservant la situation socio-économique française actuelle (scénario dit à « économie constante »). Ce choix permet d’isoler l’impact du changement climatique de celui d’autres évolutions et de ne pas ajouter des incertitudes macroéconomiques aux incertitudes relatives aux aspects climatiques.

L’analyse n’a porté que sur une sélection d’impacts du changement climatique. Les coûts estimés doivent être considérés comme des ordres de grandeur en raison des limites des méthodologies utilisées et de la non-exhaustivité des évaluations réalisées.

Ressource en eau

En considérant une stabilité de la demande, un déficit de 2 milliards de m3 par an pour la satisfaction des besoins actuels de l’industrie, de l’agriculture (irrigation) et de l’alimentation en eau potable serait observé à l’horizon 2050. Les projections indiquent que les zones les plus touchées seraient celles déjà concernées aujourd’hui par des déficits structurels (par exemple le Grand Sud Ouest). La compensation du déficit potentiel de ressource en eau à horizon 2050 ne représente qu’une partie « visible » des adaptations nécessaires et une évaluation très partielle des nécessités d’adaptation des activités liées à l’eau. Tous les secteurs seraient affectés par cette évolution, qui se traduirait par une multiplication des conflits d’usage, une dégradation de la qualité des eaux et par la perturbation des écosystèmes aquatiques ou dépendants de la ressource en eau. L’adaptation de chaque secteur au changement climatique passera par une meilleure gestion de la consommation d’eau : l’adaptation de la demande et des besoins en eau est un axe prioritaire. L’évaluation du coût potentiel des mesures d’adaptation ne pourra se faire qu’au travers d’investigations locales : les réponses appelleront des mécanismes de solidarité géographique.

Risques naturels

La remontée du niveau de la mer aurait des conséquences économiques très importantes pour les habitations et les entreprises : plusieurs dizaines de milliers de logements seraient exposés à un risque de submersion dans le seul Languedoc-Roussillon avec un coût de plusieurs dizaines de milliards d’euros. Les coûts annuels induits par le retrait gonflement des argiles pourrait être multiplié par 4. Les effets des inondations par débordement de cours d’eau pourraient également être significatifs, avec dans ce cas des incertitudes importantes qui demeurent quant à l’impact attendu et la difficulté de distinguer les coûts induits par le seul changement climatique. Quant au coût relatif aux aléas gravitaires, il n’a pas été évalué du fait d’un grand besoin de connaissances. Il est cependant à souligner le fort impact sociétal qu’ont les catastrophes associées à ces aléas, pouvant entraîner des pertes de vies humaines et des coûts importants très localisés.

Biodiversité

Bien qu’il soit parfois difficile d’isoler les impacts du changement climatique des autres pressions subies par les écosystèmes et bien que la problématique soit très différenciée selon les écosystèmes et les espèces, des signes de modification de la biodiversité attribuables aux changements graduels induits par le changement climatique sont d’ores et déjà observables. La biodiversité est affectée directement par la modification de la température et de la pluviométrie notamment, mais les effets indirects pourraient être au moins aussi importants. Globalement, des pertes économiques significatives liées à la diminution voire la disparition de services de régulation sont à attendre en particulier dans la seconde moitié du XXIème siècle.

Santé

Le travail d’évaluation économique a porté sur l’impact de deux événements extrêmes majeurs (canicule de 2003 et inondation du Gard en 2002). On estimerait la valeur perdue par notre société du fait de la canicule 2003 à un peu plus de 500 millions d’euros dans l’hypothèse d’une perte moyenne d’une année de durée de vie. Concernant les inondations du Gard, le coût de la prise en charge des personnes présentant des troubles psychologiques a été estimé à environ 234 000 euros (pour 953 personnes). Il s’agit d’une estimation basse, puisqu’elle ne porte que sur le coût des soins (les coûts indirects et intangibles n’ayant pas été chiffrés).

Secteur agricole

Les modèles de croissance des grandes cultures utilisés projettent une hausse de rendement en réponse au changement climatique (notamment du blé jusqu’à l’horizon 2100). Cette hausse ne tient pas compte des variabilités inter annuelles et de la baisse de disponibilité en eau. A titre d’exemple, la multiplication des événements de type canicule de 2003 pourrait représenter en 2100 un coût allant jusqu’à plus de 300 millions d’euros par an pour une culture comme le blé en l’absence de mesure d’adaptation. La viticulture sera également affectée par le changement climatique, avec des disparités territoriales fortes et des effets sur la qualité des vins. Dans le cas des prairies, l’exercice réalisé pour la zone périméditerranéenne, amène à un coût de compensation des pertes de 200 millions d’euros par an sur la seconde moitié du XXIème siècle.

Secteur forestier

Une hausse de productivité (volumes de bois) est attendue à court et moyen terme en raison de l’augmentation des températures et du taux de CO2 dans l’atmosphère. Néanmoins, sur cette même période, les gains de productivité escomptés sont du même ordre de grandeur que les pertes possibles par dépérissement, incendie, sécheresse, etc. Après 2050, la tendance serait défavorable en raison du stress hydrique notamment dans le sud de la France, avec un risque accru de sécheresses et d’incendies laissant présager des impacts clairement négatifs à long terme. Le changement climatique attendu s’accompagnera d’une aggravation de l’aléa feux de forêt dans les territoires actuellement exposés ainsi que par une propagation territoriale (vers le Nord et en altitude).

Energie

Le changement climatique aura des conséquences sur la demande, avec une baisse de la consommation énergétique en hiver, mais une hausse en été en raison des besoins en climatisation pour les logements et les véhicules. L’évaluation économique de ces impacts fait apparaître une tendance d’économie d’énergie de l’ordre de 3%, mais le développement spontané de la climatisation résidentielle et automobile amputerait de moitié les économies d’énergie liées au réchauffement. En termes de production d’électricité, il faut s’attendre, en raison des contraintes liées à la ressource en eau, à une baisse de productible de l’ordre de 15% des centrales hydroélectriques, pour lesquelles l’eau constitue la « matière première ».

Tourisme

Il y aurait une dégradation du confort climatique en été sur une grande partie de la France métropolitaine, les températures maximales atteintes devenant trop élevées pour permettre un confort maximal des touristes. En 2100, un impact significatif sur le chiffre d’affaire estival est à attendre, en raison d’une évolution à la baisse de l’attractivité touristique sauf dans le nord-ouest de la France et de certains départements des Alpes. Concernant les sports d’hiver, une étude de l’OCDE en 2006 indique que, dans les Alpes, la diminution du manteau neigeux réduira la fiabilité de l’enneigement. Ce travail indique que dans toutes les zones géographiques de France métropolitaine, le secteur du tourisme devra s’adapter aux manifestations futures du changement climatique pour limiter les impacts négatifs et en saisir les opportunités potentielles.

Infrastructures de transport

Le changement climatique prévu pourrait rendre nécessaires des adaptations au niveau des infrastructures routières. Le risque de submersion marine permanente lié à une remontée d’ensemble du niveau de la mer d’un mètre représenterait un coût patrimonial, pour les routes nationales métropolitaines (hors autoroutes, hors autres voiries), hors pertes d’usage et hors effet « réseau » pouvant atteindre 2 milliards d’euros.

Territoires

Les territoires ne seront pas touchés de la même façon par le changement climatique : certains territoires, leurs activités économiques, leur densité démographique ou encore leur biodiversité, seront particulièrement impactés. Il a été mis en avant l’importance du pas de temps nécessaire à ce que l’on peut appeler « l’apprentissage de la vulnérabilité ». Cette conversion sera d’autant plus longue que les publics susceptibles d’être touchés par les impacts du changement climatique ne sont pas a priori homogènes. A cet effet, l’information, la sensibilisation et la mobilisation des acteurs et de la population au changement climatique et à l’adaptation constituent des aspects fondamentaux.

Et maintenant ?

Il convient maintenant de tirer parti des connaissances rassemblées par ce groupe interministériel pour réaliser un plan national d’adaptation ambitieux annoncé pour 2011 par la loi du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement, adoptée le 3 août 2009. Le Ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le Climat, a souhaité que la préparation de ce plan fasse l’objet d’une vaste concertation nationale. Cette concertation qui se déroulera tout au long de l’année 2010 permettra de recueillir les avis de la société civile, des collectivités mais aussi de nos concitoyens sur un domaine encore trop peu connu. Ces travaux serviront également pour la réalisation, conjointement par le Préfet de région et le Président du Conseil régional, des Schémas Régionaux Climat Air Energie, prévus dans le projet de loi portant engagement national sur l’environnement et qui devront comporter un volet définissant les grandes orientations régionales en matière d’adaptation au changement climatique.

 Télécharger le rapport de l’ONERC (format PDF – 2.6 Mo) – 195 pages.
 Télécharger la synthèse du rapport (format PDF – 43.3 ko).

 

 

Publicités

Posted in Agriculture, déplacements-mobilité, Economie et social, Emploi, Environnement, nucléaire, Santé | Leave a Comment »

Paul dans sa vie

Posted by jfihey sur 31 octobre 2009

Mercredi 4 novembre à 20h30, le cinéma Le Studio au Havre, reçoit Rémi Mauger, réalisateur du documentaire Paul dans sa vie.

Il présentera son film et suite à la projection, répondra à nos questions. Le film suit les pas de Paul Bedel, agriculteur près de La Hague. Avec sensibilité, Rémi Mauger y parle de transmission et du lien qui unit les paysans à leur terre et à leurs bêtes.

 La bande-annonce : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18604362&cfilm=58923.html

Deux autres séances sont organisées samedi 7 à 18h30 et dimanche 8 à 14h30, mais sans le réalisateur. Ci-joint une affiche, n’hésitez pas à diffuser l’information auprès de votre réseau d’agriculteurs et à me contacter.

A bientôt,

Aurélie Renou (02 35 43 64 63  / 06 82 02 31 33 )

Le Studio, 3 rue du Général Sarrail

76600 Le Havre http://www.cinema-le-studio.fr

Posted in Agriculture, Economie et social, Environnement, nucléaire | Leave a Comment »

Un nouvel espace

Posted by jyguyomarch sur 22 juillet 2009


Le succès des listes « Europe Ecologie » le 07 juin dans toutes les régions françaises est porteur d’espoir ; notre manière d’aborder la politique et notre projet ont convaincu et répondu à l’espoir de millions d’électeurs. Mais ce n’est que le début d’une grande aventure, la naissance d’une volonté collective pour faire du sommet de Copenhague et des prochains rendez-vous électoraux de nouveaux succès pour le rassemblement des écologistes.

L’esprit du rassemblement que nous initions en Haute-Normandie est fort bien résumé par Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts qui pose le rassemblement des Ecologistes en ses termes :

« Plus qu’un réseau, moins qu’un parti, la formule est imparfaite mais elle a le mérite de reconnaître que rien n’est figé… De nouvelles formes, un nouvel espace sont en train de naître»

Dans un premier temps, l’appel au rassemblement des écologistes en Haute-Normandie, invite donc les acteurs de l’écologie sur le territoire Haut-Normand à marquer leur désir de voir notre région entamer sa reconversion écologique.

Nous ne pouvons plus nous satisfaire de politiques qui tentent de sauver une économie régionale frappée de plein fouet par la crise environnementale, industrielle, sociale et économique. L’urgence environnementale est là, toujours plus prégnante. Notre région porte les stigmates d’un développement industriel irréfléchi, peu respectueux des hommes, des femmes et de notre environnement.

Le constat que nous faisons, pourrait nous rendre pessimistes,

Notre région est la terre d’accueil du nucléaire,

La région Haute Normandie fait partie des derniers de la classe pour le développement de l’agriculture biologique,

Port 2000, Renault,  Total, symbolisent à eux seuls la crise économique et les difficultés qui nous attendent si nous ne nous engageons pas dans la conversion écologique de notre économie.

La Seine nous rappelle combien l’état de notre eau est préoccupant et que des mesures urgentes et radicales s’imposent.

Mais le rassemblement Europe Ecologie m’a donné le désir de continuer la grande aventure, le résultat du 7 juin me rend optimiste.

Avec le rassemblement Haute Normandie Ecologie, nous sommes en capacité nous associatifs, politiques, syndicalistes, citoyens à participer à l’émergence d’un projet alternatif, le projet de la conversion écologique de la Haute-Normandie.

La démarche que nous initions sur notre région est dans la continuité de la dynamique Europe Ecologie c’est-à-dire que le rassemblement des écologistes en Haute-Normandie n’a pas vocation à se substituer aux organisations existantes mais il veut  participer à l’invention de nouvelles formes politiques, à faire grandir et faire vivre un espace nouveau où naissent d’autres formes d’engagement civique et politique.

Jean-Yves Guyomarch

Militant « Verts » et conseiller régional de Haute-Normandie

Posted in Démocratie, Démocratie participative, Ecologie politique, Economie et social, Emploi, Environnement | Leave a Comment »

Appel au rassemblement Haute-Normandie Ecologie

Posted by jyguyomarch sur 14 juillet 2009

Le 7 juin 2009, au terme d’un processus de large rassemblement, Europe Écologie dépassait la barre des 16%. Ce score, jamais atteint dans l’histoire de l’écologie politique depuis René Dumont, est dû, pour l’essentiel, à la clairvoyance et la volonté de Daniel Cohn-Bendit et de la secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflot, rejoints par José Bové, Eva Joly, Yannick Jadot, Michèle Rivasi, Sandrine Bellier et Jean-Paul Besset, tous connus et reconnus pour leurs engagements éco-citoyens. Un nouvel espoir est né. Ce résultat nous donne une obligation nouvelle : celle de poursuivre la logique de rassemblement de la grande famille écologique nourrie des valeurs républicaines et de celles de la gauche humaniste.

Face aux crises économiques, sociales et environnementales qui se répètent depuis 1974, les politiques classiques des partis de droite (relance par l’offre) et de gauche (relance par la demande) ne permettent plus de trouver d’issue à la crise écologique à laquelle l’humanité est confrontée. Face à l’épuisement des énergies fossiles, au dérèglement climatique et à l’élévation du niveau des mers, à l’appauvrissement des terres agricoles et de la biodiversité, face à l’accroissement des inégalités et au tout « consumérisme », le modèle capitaliste productiviste est dans une impasse.

En Haute-Normandie, dans la perspective des élections régionales, comme partout ailleurs, nous devons initier un vaste plan de reconversion écologique de l’économie en favorisant les circuits courts et l’emploi local. Industrie automobile, agriculture, formation, industrie pharmaceutique, … notre région traverse l’une des pires crises qu’elle ait pu connaître jusqu’à présent. Pour élaborer ce plan, nous vous proposons de mettre en commun nos énergies, nos intelligences, nos bonnes volontés. Nous vous proposons de faire de la politique autrement. Il nous faut de toute urgence inventer de nouveaux outils qui dépassent le cadre des partis politiques traditionnels. Europe Écologie nous a ouvert la voie…Continuons !

Dans ce but, nous vous invitons à signer cet appel pour la mise en œuvre d’un large rassemblement, sans exclusive, autour des valeurs de l’écologie politique en Haute-Normandie .

Ensemble, imaginons le pouvoir de l’écologie en Haute-Normandie.

pour signer : http://jesigne.fr/haute-normandie-ecologie

Voici la plate-forme Haute-Normandie Ecologie : http://www.netvibes.com/haute-normandie-ecologie

Posted in élection, Démocratie, déplacements-mobilité, Ecologie politique, Economie et social, Europe Ecologie, Les Verts, Politique | Leave a Comment »

Merci !

Posted by jfihey sur 20 juin 2009

Plus de 2,8 millions d’électrices et d’électeurs, ont voté le 7 juin pour l’Europe et pour l’Ecologie.

Ce résultat exceptionnel est le vôtre. Jour après jour, par votre engagement, votre dévouement, vos actions militantes, vous avez préparé ce vote massif.

Après la candidature fondatrice de René Dumont à l’élection présidentielle en 1974, la création des Verts, leur engagement politique et les combats menés aux cotés des associatifs depuis des années et le travail quotidien de milliers d’élus dans les exécutifs locaux et régionaux ; après le Pacte Ecologique de Nicolas Hulot et de sa Fondation en 2007, l’engagement des ONG et celui des associations environnementales dans le Grenelle de l’environnement, une nouvelle étape est désormais franchie : celle de la crédibilité de l’écologie politique comme véritable alternative au libéralisme et au productivisme. Elle a été permise par cette « mobilisation générale » de tous les écologistes à laquelle vous avez contribué.

Mais un résultat électoral, aussi brillant soit-il, ne doit pas nous griser et nous devons être conscients de la responsabilité que ce succès nous impose.

Nous devons désormais faire en sorte que l’installation d’une écologie politique autonome, qui pèse dans le paysage français et européen soit durable.

Notre rassemblement doit continuer, s’approfondir et s’élargir, nous devons continuer ensemble à porter ce rassemblement des écologistes comme un bien commun et précieux.


Parce que la diversité est une force, parce que ce qui nous rassemble est bien plus important que ce qui nous divise, nous avons l’obligation de renforcer nos liens et notre unité.

Nous vous donnons rendez-vous pour prolonger l’aventure et échanger nos réflexions sur le bilan de ces élections européennes et les perspectives qu’elles ouvrent, dès le 4 juillet prochain à Paris pour une réunion festive d’Europe Ecologie.

Nous nous retrouverons ensuite fin août à Nîmes pour les journées d’été des Verts et du rassemblement (vous pouvez d’ores et déjà vous y inscrire), puis nous organiserons à la rentrée, une convention de l’écologie politique qui lancera des conventions régionales, s’appuyant sur les dynamiques et les initiatives locales.

Ainsi, tout en conservant l’esprit libre, créatif et joyeux qui nous a accompagné pendant cette campagne,  nous continuerons de tracer le sillon de l’écologie politique du XXIème siècle, celle qui porte avec fierté et conviction, et en toute autonomie, la transformation effective de notre modèle de société.

L’heure est à la mobilisation des intelligences et des savoirs, à l’invention et à l’imagination.
Elle est aux solutions réalistes et radicalement réformistes, celles d’une transformation écologique de la société, essentielle à la sauvegarde de nos démocraties, de nos modèles sociaux et plus généralement du rapport de l’être humain à la nature.

Cécile DUFLOT      Pascal DURAND

Porte paroles d’Europe Ecologie


Posted in élection, Démocratie participative, Ecologie politique, Economie et social, Les Verts | Leave a Comment »

LA FAO appelle à renforcer la sécurité alimentaire mondiale

Posted by jfihey sur 19 juin 2009

8 juin 2009 – Le directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Jacques Diouf, a appelé ce week-end au renforcement du système planétaire de gouvernance de la sécurité alimentaire mondiale et au changement des aspects du commerce international qui ont entraîné un surcroît de faim et de pauvreté. « Nous devons construire un système de gouvernance de la sécurité alimentaire mondiale plus cohérent et plus effectif; nous devons corriger les politiques et le système international d’échanges qui ont entraîné une aggravation de la faim et de la pauvreté », a dit M. Diouf à l’ouverture du Forum céréalier mondial à Saint-Pétersbourg en présence de hauts responsables russes et de ministres de l’agriculture de plus de 50 pays.

 Le Président russe Dmitri Medvedev a participé à cette réunion de deux jours, axée sur la sécurité alimentaire mondiale et le marché céréalier mondial, et qui avait été proposée par la Fédération de Russie lors du Sommet du G8 en juillet dernier au Japon, précise la FAO dans un communiqué.

 « Ce qui est important aujourd’hui c’est de réaliser que le temps des paroles est désormais révolu », a dit M. Diouf aux participants au Forum. « Le moment est venu de passer à l’action. La crise alimentaire nous a appris que pour vaincre la faim, nous devons nous concentrer sur ses causes profondes et cesser de nous occuper des conséquences des erreurs du passé. »

 « La hausse des prix alimentaires a commencé en 2006, s’est accélérée en 2007 et a atteint un sommet en juin 2008. Cela signifie qu’en deux ans seulement, les prix internationaux des produits alimentaires de base ont augmenté d’environ 60% alors que ceux des céréales doublaient », a rappelé M. Diouf.

 Et M. Diouf de faire observer que les prix moyens des denrées alimentaires sont toujours 17% plus élevés qu’en 2006 et 24% de plus qu’en 2005. Quant au rapport stock/utilisation des céréales, il était de 20,2% en 2007/08, soit son plus bas niveau en 30 ans.

 Selon la FAO, la flambée des prix alimentaires a fait grimper de 115 millions le nombre d’affamés dans le monde.

 Les premiers résultats de travaux entrepris par la FAO montrent que la crise économique et financière pourrait pousser quelque 100 millions de personnes de plus dans une situation de faim chronique, a indiqué M. Diouf, tout en précisant qu’un milliard de personnes ont faim, soit 15% de la population mondiale.

 Depuis le mois dernier, 31 pays se trouvent dans une situation de crise alimentaire nécessitant une aide d’urgence. Parmi ces pays, une vingtaine sont en Afrique, neuf en Asie et au Moyen-Orient et deux en Amérique centrale et les Caraïbes.

 « Cela est inacceptable. Comment peut-on expliquer à des gens sensés et de bonne volonté une telle situation dramatique dans un monde où les ressources internationales abondent et alors que des trillions de dollars sont dépensés pour stimuler l’économie mondiale? », s’est interrogé M. Diouf.

 Le directeur général de la FAO a appelé à mobiliser une part plus importante de l’aide au développement pour les pays en développement afin d’augmenter leur production agricole. A cet égard, il convient d’investir dans les infrastructures rurales, de garantir l’accès aux intrants modernes et de faire bénéficier les petits paysans de l’assistance d’institutions de soutien approprié.

Posted in Agriculture, Economie et social, International, Politique | Leave a Comment »

La reconversion écologique de Sarkozy

Posted by jfihey sur 11 juin 2009

Communiqué de presse des Verts,  10 juin 2009

Après le succès électoral d’Europe Ecologie, le gouvernement reprend sa posture d’écologiste de salon. Il prétend se rallier enfin à une partie des positions défendues depuis des années par les écologistes en matière de développement des énergies renouvelables, en déterrant la taxe carbone pour un avenir lointain ou en diffusant le film Home à l’Assemblée Nationale.

Concernant les énergies renouvelables, les Verts proposent de mettre en place le scénario négawatt avec le concept 1+1+1 : zéro euro pour le nucléaire, mais pour un euro dépensé dans les énergies renouvelables, un euro sera dépensé pour l’efficacité énergétique et les économies d’énergie ainsi qu’un euro dans la recherche. A l’exemple des centaines de milliers d’emplois créés en Allemagne et en Espagne dans ces secteurs, ce concept pourra permettre de créer avec 10 ans de retard sur ces pays une véritable filière industrielle des énergies renouvelables et les emplois qui vont avec.

Les Verts regrettent que les nouvelles énergies renouvelables soient utilisées comme prétexte par le gouvernement pour justifier la gabegie financière engendrée par le choix du nucléaire. A dépense égale, cette filière crée moins d’emplois, moins d’énergie et plus de danger que celles des énergies renouvelables.

Par ailleurs, Les Verts émettent des doutes quant à la capacité de financement des belles paroles gouvernementales. La France est en situation de déficit budgétaire aggravé par la crise et par le bouclier fiscal. Où trouver les milliards pour les renouvelables si l’on maintient les financements faramineux destinés à la construction de nouvelles centrales EPR au demeurant inutiles ? Au lieu de diffuser le film Home aux députés, sans doute aurait-il mieux fallu leur éviter de voter le bouclier fiscal qui subventionne les riches au lieu d’investir dans la reconversion écologique de l’économie.

Djamila Sonzogni, Jean-Louis Roumégas, porte-parole des Verts

Posted in Economie et social, Emploi, Environnement, nucléaire | Leave a Comment »

Sortir de la crise: de vraies solutions maintenant!

Posted by jfihey sur 30 avril 2009

 Europe Écologie, solidaire des salariés en lutte et de la riposte unitaire face à la crise, respecte l’indépendance des organisations syndicales et n’entend pas se substituer aux salariés et à leurs représentants, qui sont seuls légitimes pour définir et organiser les luttes sociales. Nous serons dans les rues le 1er mai partout en France, pour porter nos solutions : écologiques, solidiaires et européennes :

Europe Écologie refuse la casse sociale et n’accepte pas de voir fermer les entreprises les unes après les autres, de voir détruire des filières industrielles entières comme, hier, la sidérurgie et aujourd’hui l’automobile.

LES SALARIES  ne doivent pas payer le coût de l’imprévoyance de ceux qui dirigent depuis des années et qui ne veulent rien changer. ils continuent de sommets en G20 à distribuer des milliards d’euros au FMi, aux banques, aux industriels, sans la moindre exigence écologique ou sociale. Ils veulent à tout prix maintenir un modèle de croissance à crédit qui surexploite les ressources naturelles et humaines.

LES SOLUTIONS  existent mais elles ne viendront ni des méthodes, ni des hommes du passé. La crise n’est pas seulement financière et économique, c’est une crise de civilisation, sociale, écologique, alimentaire, énergétique. Face à une crise globale, il faut une vision nouvelle et des solutions durables. il faut réorienter l’économie par sa transformation écologique, relocaliser les emplois, redistribuer les richesses et mettre en oeuvre des solutions créatrices d’emplois qualifiés et durables.

Notre Contrat pour l’europe propose un projet cohérent fondé sur la construction d’une Europe qui protège et privilégie l’intérêt général, le bien commun et les citoyens plutôt que les lobbies industriels et financiers.

L’issue est EUROPEENNE  , L’issue est ECOLOGIQUE

Un Bruxelles de l’emploi, véritable Grenelle à l’échelle européenne , réunissant les partenaires sociaux européens , les associations de consommateurs et de protection de l’environnement, les mouvements de chômeurs, les représentants politiques de l’union européenne avec pour objectifs de lutter contre la précarité et améliorer les conditions de travail par :

–         la création de 10 millions d’emplois nouveaux qualifiés et non délocalisables en cinq ans ,

–         la signature de contrats européens de conversion écologique par grands secteurs productifs,

–         la définition d’un statut européen du salarié incluant un contrat sécurité emploi-formation assurant à chacun des garanties sociales durant toute sa vie professionnelle .

Nous avons besoin d’un nouveau pacte européen remplaçant les critères de Maastricht

Par des normes sociales et environnementales contraignantes permettant d’en finir avec la dumping social et améliorant réellement le niveau de vie de chacun.

Une fiscalité sociale et écologique qui transforme l’Union Européenne en zone Tobin avec une taxe sur les flux financiers et une contribution climat énergie.

Pour réaliser ce programme une première étape est nécessaire : construire en europe une majorité anti-libérale qui sanctionne, en la chassant, la commission Barroso, soutenue par les Sarkozy, Berlusconi et consorts.

Europe Ecologie veut être le pivot de ce changement d’Europe!

Soit nous continuons de subir les conséquences d’une crise sans précédent qui remet en cause les fondements de nos solidarités, soit nous anticipons les changements indispensables en construisant ici et maintenant, une société basée sur la justice sociale et environnementale et sur la dignité.

europeecologie.fr

Posted in Economie et social, Emploi, Europe, Politique | Leave a Comment »

Paradis fiscal, enfer social, Eva Joly, Europe Ecologie

Posted by bfen sur 28 mars 2009

Paradis fiscal, enfer social ! Eva Joly
Vidéo envoyée par EuropeEcologie

A l’occasion d’un déplacement de campagne en soutien à Michèle Rivasi dans le Sud-Est, Eva Joly dénonce le scandale des paradis fiscaux à proximité d’un des plus connus d’entre-eux : Monaco. (les autorités monégasques nous ont empêché de tourner dans le principauté même).

Posted in Démocratie, Economie et social, Emploi, Europe, International, Les Verts | Leave a Comment »

Etat de Crises

Posted by jfihey sur 24 mars 2009

Ce document synthétise le point de vue des Verts comme réponse à court terme face à la situation de crise de ce premier semestre de 2009.

Il sera bien entendu approfondi, actualisé en fonction des situations en liaison avec l’ensemble des partenaires souhaitant progresser vers une véritable réforme écologiste ; un groupe de travail précisant nos orientations dans les différents secteurs financiers, économiques et sociaux pour les mettre en débat avec les organisations de salariés, présentera des premières propositions au Conseil politique d’avril.

Conscients de l’ampleur et de la brutalité du choc subi par les salariés, les Verts prendront l’initiative dans les prochaines semaines de rencontres de travail avec les syndicats, visant à préciser nos propositions de conversion écologique des activités (transferts de compétence, formation professionnelle, reconversion industrielle…) pour lire la suite

http://www.lesverts.fr/article.php3?id_article=4526

 

Posted in Décroissance sélective et équitable, Ecologie politique, Economie et social, Emploi | Leave a Comment »

Tous dans la rue le 19 mars

Posted by jfihey sur 14 mars 2009

A l’occasion de la manifestation du 19 mars, un reportage photo sera réalisé et publié sur le blog Champs Libres. Pour cela nous vous demandons de venir nombreux au point de rendez-vous des écologistes, verts, Europe écologie, etc.., avec drapeaux, banderoles, pancartes, reprenant par exemple le slogan : ” Pour la reconversion écologique de l’économie “.

Le rendez-vous est fixé à 14h00 devant la salle omnisports du Bel-Ebat en queue de manifestation.

Si vous avez besoin de matériel, d’information, de conseils, si vous souhaitez partager vos réalisations, prenez Contact avec Jean-Yves Guyomarch :

jeanguyo@tele2.fr , tel : 06 12 07 44 71

Pour sortir de la crise

Pour la reconversion écologique de l’économie


Crise environnementale, crise sociale, crise financière sont une seule et même crise : la crise de notre mode de développement ultra-libéral et productiviste. Augmentation massive du chômage, de la précarité, diminution et dégradation des services publics, épuisement des ressources naturelles, catastrophes climatiques et multiplication des maladies liées à l’environnement mais aussi recul drastique des droits sociaux et des libertés publiques, le constat est là !

Si nous ne changeons pas de cap, la situation va empirer rapidement. Malgré les mobilisations multiples, du 29 janvier à la crise en Outre-Mer et l’accélération de la crise économique, le gouvernement continue sa politique qui nous mène droit dans le mur. Le plan de relance se résume aux aides aux banques, aux multinationales et aux bétonneurs. Pour sortir de la crise, il faut changer de mode de développement.

Le productivisme, voilà l’ennemi ! Il faut une conversion écologique de notre économie et de notre société. Un grand plan d’isolation des bâtiments permettrait de réduire notre dépendance à l’énergie, tout en créant des milliers d’emplois. Augmenter la part de l’agriculture biologique créerait des emplois tout en étant plus sain. La conversion du secteur automobile est indispensable si l’on ne veut pas répéter le drame de l’industrie sidérurgique il y a 30 ans. L’objectif : consommer moins, pour produire et vivre mieux.

Et parce qu’une crise globale exige une réponse globale, nous avons besoin de l’Europe pour mettre en place ces solutions. Nous ne pouvons pas continuer avec cette politique sarkozyste archaïque et inefficace ! Pour se faire entendre et imposer d’autres solutions pour sortir de la crise, les Verts appellent à continuer la mobilisation et à rejoindre toutes les manifestations organisées partout en France le 19 mars.

.

Posted in Démocratie, Economie et social, Emploi, Europe, Evreux Agglo et Sud de de l'Eure, International, Les Verts | 1 Comment »

Le sens du développement

Posted by cfenault sur 7 mars 2009

4 réunions d’échange


  • Mardi 5 févier : Echanger sur notre développement et l’appréhender dans une perspective historique

  • Lundi 10 mars : Confronter nos analyses  à d’autres courants de  pensée  sur le développement

 »   On ne développe pas quelqu’un , il se développe lui-même » (Bénin)

 » Il n’y a pas de prêt-à porter du développement « ( Haiti)

  • Mercredi 2 avril : Comprendre les interdépendances entre populations

  • Lundi 5 mai : Envisager des leviers d’actions pour un développement solidaire et durable


20H30

49 rue Thiers

à BERNAY –


CCFD -Terre Solidaire

.

Posted in Culture, Décroissance sélective et équitable, Economie et social, Evreux Agglo et Sud de de l'Eure, International | Leave a Comment »

« Bilan de santé » de la PAC : corriger à la marge pour mieux maintenir l’’indéfendable ?

Posted by jfihey sur 27 février 2009

Une délégation verte composée de Cécile Duflot, secrétaire nationale, Jean-Louis Roumégas, porte-parole, et Pascal Dacheux, responsable de la commission agriculture, se rendra vendredi 27 février dans l’après-midi au Salon de l’Agriculture pour y rencontrer plusieurs associations et syndicats agricoles.

Le 23 février, le ministre de l’agriculture a présenté les nouvelles modalités d’application de la Politique Agricole Commune en France jusqu’en 2013. Malgré quelques évolutions positives, les Verts constatent de nombreux reculs par rapport aux intentions affichées ces derniers mois, mais aussi l’absence de réponse aux défauts majeurs de cette politique.

Il en va ainsi du maintien pour distribuer les aides du dispositif des « références historiques individuelles », pourtant aberrantes agronomiquement et humainement… et jugées « non explicables » par le ministre lui-même ! De plus, s’il est prévu de réduire légèrement le montant des aides versées aux agriculteurs les plus favorisés au bénéfice des moins soutenus, il ne s’agit pas d’une remise en cause du système mais… d’une simple aumône !

La volonté de soutenir davantage les systèmes herbagers aurait dû conduire à basculer la PHAE (prime à l’herbe) dans le « premier pilier » de la PAC, qui soutient la production, et non à la maintenir dans le « deuxième pilier » voué aux aides agro-environnementales, dont elles réduisent du coup la marge de manoeuvre. Par ailleurs, le financement d’un dispositif « assurance-récolte » permettra aux céréaliers de reprendre d’une main ce qu’ils auront été obligés de donner de l’autre.

Les montants destinés à l’agriculture biologique et aux actions agro-environnementales (protection de l’eau, biodiversité…) restent dérisoires face aux enjeux et aux objectifs du Grenelle : ce n’est pas en ajoutant 7 millions d’euros à la mesure de « conversion bio » (sur 945 millions dégagés par la modulation obligatoire décidée par l’Union Européenne) que le gouvernement peut espérer donner un coup d’accélérateur aux conversions de fermes !

Point positif, la mise en oeuvre d’un « plan protéine » répond enfin à une attente maintes fois affirmée par Les Verts… mais la faiblesse de sa dotation financière risque de ne pas être à la hauteur des conversions de cultures indispensables pour l’autonomie alimentaire des élevages français .

Enfin, le ministre repousse à des groupes de travail ultérieurs la définition des nouveaux critères de « conditionnalité » des aides. Pourtant, ces derniers devraient être le socle d’une agriculture refondée, et structurer les autres mesures.

Le recul constaté entre la volonté ambitieuse initiale du ministre et les décisions finales timorées traduit hélas le poids encore déterminant des lobbies agro-industriels et de la minorité d’agriculteurs ultra-subventionnés.

Les Verts tiennent à l’existence d’une politique agricole européenne maintenue au-delà de 2013, mais profondément transformée. Une PAC qui ne méprise plus le social et l’environnement.



Posted in Economie et social, Environnement, Europe, Les Verts, Santé | Leave a Comment »

Une conversion écologique et solidaire de l’économie 1

Posted by bfen sur 17 février 2009

Le Green Deal veut orchestrer la conversion écologique de notre économie. Il se traduira par l’adoption de nouveaux objectifs, un Pacte écologique et solidaire européen, en lieu et place du Pacte de stabilité et de croissance qui encadre aujourd’hui l’économie européenne.

Proposition  1 – Un pacte écologique et solidaire européen

Depuis près de 20 ans l’Europe est prisonnière d’une idéologie libérale symbolisée par le pacte de stabilité et de croissance de la zone euro qui ne comporte que des critères purement financiers (dette publique, déficit budgétaire, inflation etc). Avec la crise, ce pacte est aujourd’hui obsolète. C’est l’occasion pour l’Europe de se doter d’une nouvelle colonne vertébrale qui donne sa cohérence à l’ensemble des politiques de l’UE à dimension économique.

Nous proposons un Pacte écologique et solidaire européen qui viendrait remplacer le pacte de stabilité et engagerait l’ensemble de l’Union. Ce pacte comprendrait des critères sociaux comme le taux de chômage des jeunes ou le nombre de personnes en dessous du seuil de pauvreté, et des critères environnementaux comme, a minima, les 3 fois 20 du Paquet énergie climat et idéalement une trajectoire facteur 4 soit une réduction des émissions de GES de 3 % par an. Il intégrerait également à côté du PIB deux indicateurs comme l’empreinte écologique et un indicateur plus social comme l’indicateur de bien être durable.

Tout ou partie des critères du Pacte serait des critères contraignants et sanctionnables comme le sont aujourd’hui  (hors période exceptionnelle) les critères financiers du pacte de stabilité.

Le passage du pacte de stabilité au pacte écologique et social traduirait la réorientation de l’Union. Elle serait ainsi la première entité politique à mettre la soutenabilité au cœur de son modèle de gouvernance. Elle serait la première à entrer vraiment dans le XXIe siècle.

débattre de cette proposition

.

Posted in Economie et social, Environnement, Evreux Agglo et Sud de de l'Eure, Les Verts | Leave a Comment »

Nicolas Sarkozy : les chocs de la croissance

Posted by bfen sur 13 février 2009

Il y a 18 mois, Nicolas Sarkozy promettait qu’il irait chercher le 3ème point de croissance « avec les dents ».  Son paquet fiscal à 15 milliards d’euros devait créer un « choc de confiance » et un « choc de croissance ». Seul le choc est venu. La confiance s’en est allée et la croissance aussi.

Un an et demi plus tard, le PIB stagne, plonge, même. -1,2% au 4ème trimestre, +0,7 en 2008, au moins -1% prévu en 2009.  Ce résultat n’est pas dû uniquement à la crise économique et financière. Depuis un an et demi, la réformite aigüe , incontrôlée du gouvernement et les mesures électoralistes ont préparé la catastrophe, l’incompétence et l’aveuglement n’ont fait qu’aggraver la situation.

Les nombreux cadeaux fiscaux ont creusé les inégalités dans notre pays. La France des propriétaires s’est fait berner par ses banquiers. Les autres sentent qu’ils vont perdre à leur tour. La défiscalisation des heures supplémentaires, qui coûte 4 milliards d’euros par an, n’a fait que produire du chômage : les 150 millions d’heures supplémentaires rendues possibles par la loi représentent le travail de 70.000 personnes. Les patrons ont préféré utiliser ces heures sup (moins coûteuses !) plutôt que d’embaucher. Résultat : le chômage et la précarité explosent ; et ceux qui ont un emploi doivent s’accrocher à leurs acquis en espérant ne pas tout perdre d’un coup.

Notre modèle du travailler plus – pour produire plus – pour consommer plus est à bout de souffle. La croissance infinie à tout prix a le moteur qui cale. Ce mythe dangereux sur lequel se sont reposés nos dirigeants ne tient plus. Il est urgent de changer de logiciel.

Dans un monde où les ressources sont de plus en plus limitées, ou la crise environnementale menace, il est urgent de mieux partager ressources, revenus et travail. Il faut changer de modèle, de chemin. Nous sommes au bord du gouffre. Et Nicolas Sarkozy nous demande d’aller de l’avant…

.

Posted in Economie et social, Les Verts | Leave a Comment »

La Création Parrainée

Posted by bfen sur 5 février 2009

Vous avez des rêves ?

Vous avez pris des résolutions que vous remettez toujours à plus tard par manque de temps ou de motivation ?

escalade

Vous n’êtes plus motivé parce que tout ce que vous imaginez tombe à l’eau ?

jardin

Voici enfin un forum gratuit fait pour vous et qui va vous permettre de faire avancer votre vie.

Depuis que l’homme existe, il sait qu’à plusieurs on est plus fort et que tout devient possible.

Le forum de la création parrainée adapte ce principe au monde moderne.

velo

Vous allez pouvoir réaliser vos projets rapidement, mais de façon adaptée à votre vie et surtout avec beaucoup de simplicité.

Création Parrainée


Posted in Culture, Décroissance sélective et équitable, Economie et social, Politique, Santé | Leave a Comment »

29 janvier 2009 : Opposition frontale à toutes les politiques du gouvernement Sarkozy

Posted by bfen sur 29 janvier 2009

La Chronique de Colm

mr-woerth

__________

Jamais, de mémoire des plus anciens militants ébroïciens, on aura vu tant de monde manifester ce jeudi 29 janvier 2009 dans les rues d’Évreux. Il en était de même ce matin à Rouen, et il en est de même partout en France. L’opposition frontale à toutes les politiques du gouvernement Sarkozy est sans appel et reçois le soutien et la sympathie des 3/4 de la population française. C’est donc un message sans ambigüité qui a été envoyé au pouvoir en place. Mais tous se demandent s’il a encore des oreilles pour entendre. Il nous faut donc dès à présent envisager la suite à donner à ce mouvement de vaste ampleur.

Comme nous le rappelle dans sa chronique Colm, le dessinateur favori de Champs Libres, le ministre du budget Woerth a, mardi matin dans le 7-9 de France Inter, produit une intervention autistique digne des meilleures années de la propagande pétainiste, refusant de répondre à une seule des questions posées par les trois journalistes chargés de l’interroger et assénant sans en démordre qu’en cette période si difficile, les français feraient mieux de se retrousser les manches plutôt que de manifester. Et bien les français l’ont entendu, ils se sont retroussé les manches, et il semble que ce soit durablement.

Pour les écologistes, la réponse à la crise doit proposer des réponses à l’urgence et, dans le même temps, préparer l’avenir. Car cette crise n’est pas un accident, mais le symptôme d’un système présenté comme « la seule politique possible » depuis plus de vingt ans, et dont la faillite est aujourd’hui évidente.

Les ajustements au coup par coup ne suffiront pas : il s’agit de changer de logique, et de réorienter dès maintenant nos modes de production et de consommation, d’agir pour la conversion écologique des activités, au bénéfice de tous et toutes.

Pour les écologistes, la crise est à la fois économique, sociale et écologique. Elle n’est pas un accident mais l’échec d’un système qu’on nous présente depuis trois décennies comme la seule politique possible et qui nous a emmenés dans le mur : faillite du système financier, récession, chômage, mais aussi aggravation des inégalités, casse de la protection sociale, recul des services publics, pillage des ressources, destruction des écosystèmes, déni des droits fondamentaux.

Le gouvernement prétend « refonder le capitalisme » mais en réalité, il propose toujours les mêmes recettes : au nom de la relance et de la compétition, c‘est toujours aux mêmes que l’on demande de se serrer la ceinture, de travailler toujours plus et de gagner moins pour financer les cadeaux fiscaux des autres et le renflouement des banques sans contrepartie.

L’urgence écologique quant à elle est reléguée au second plan des priorités : recul du Grenelle, paquet énergie-climat très insuffisant, relance des programmes autoroutiers ou soutiens à l’industrie automobile et à l’aviation sans exigence écologique.

La conversion écologique de l’économie est pour les écologistes la seule réponse durable à cette crise. Au lieu de maintenir artificiellement des secteurs condamnés à décroître, il vaudrait mieux développer les secteurs d’avenir : énergies renouvelables, moyens de transport alternatifs à la voiture, rénovation du bâti, agriculture biologique, économie sociale et solidaire… C’est là que résident les emplois qualifiés et non-délocalisables de demain.

Le Planing Familial vient de se voir couper 42 % de ses subventions d’état. Cela signifie la fermeture d’un tiers de leurs antennes d’accueil en France.

Signez la pétion en ligne en cliquant ici

.

Posted in Culture, Décroissance sélective et équitable, Démocratie, déplacements-mobilité, Economie et social, Enseignement, Environnement, Europe, Evreux Agglo et Sud de de l'Eure, International, La chronique de Colm, Les Verts, nucléaire, Politique, Santé | Leave a Comment »

29 janvier 2009 Tous ensemble, tous mobilisés

Posted by bfen sur 27 janvier 2009

Jeudi 29 sera jour de cortèges dans toute la France. A l’appel unitaire de l’ensemble des syndicats, avec le soutien de nombreuses organisations, manifestations pour une « relance sociale » face à la crise. Les Verts soutiennent le mouvement et seront présents dans les cortèges et plus particulièrement à Evreux rendez-vous à 14h00 au Bel Ebat. Un tract national est en téléchargement (au format pdf) sur le site internet.

Pour les écologistes, la réponse à la crise doit proposer des réponses à l’urgence et, dans le même temps, préparer l’avenir. Car cette crise n’est pas un accident, mais le symptôme d’un système présenté comme « la seule politique possible » depuis plus de vingt ans, et dont la faillite est aujourd’hui évidente.

Les ajustements au coup par coup ne suffiront pas : il s’agit de changer de logique, et de réorienter dès maintenant nos modes de production et de consommation, d’agir pour la conversion écologique des activités, au bénéfice de tous et toutes.

Pour les Verts, la crise est à la fois économique, sociale et écologique. Elle n’est pas un accident mais l’échec d’un système qu’on nous présente depuis trois décennies comme la seule politique possible et qui nous a emmenés dans le mur : faillite du système financier, récession, chômage, mais aussi aggravation des inégalités, casse de la protection sociale, recul de services publics, pillage des ressources, destruction des écosystèmes…

Le gouvernement prétend « refonder le capitalisme » mais en réalité, il propose toujours les mêmes recettes : au nom de la relance et de la compétition, c‘est toujours aux mêmes que l’on demande de se serrer la ceinture, de travailler toujours plus et de gagner moins pour financer les cadeaux fiscaux des autres et le renflouement des banques sans contrepartie.

L’urgence écologique quant à elle est reléguée au second plan des priorités : recul du Grenelle, paquet énergie-climat très insuffisant, relance des programmes autoroutiers ou soutien à l’industrie automobile sans exigence écologique.

La conversion écologique de l’économie est pour les Verts la seule réponse durable à cette crise. Au lieu de maintenir artificiellement des secteurs condamnés à décroître, il vaudrait mieux développer les secteurs d’avenir : énergies renouvelables, moyens de transport alternatifs à la voiture, rénovation du bâti, agriculture biologique… C’est là que résident les emplois qualifiés et non-délocalisables de demain.

.

Posted in Economie et social, Environnement, Evreux Agglo et Sud de de l'Eure, Les Verts | Leave a Comment »

Crise : Forum de la gauche et des écologistes

Posted by bfen sur 27 janvier 2009

Intervention de Cécile Duflot

Vodpod videos no longer available.

Posted in Economie et social, Environnement, Les Verts | Leave a Comment »

États Généraux de l’automobile : la stratégie du perdant, perdant…et perdant !

Posted by bfen sur 23 janvier 2009

François FILLON a annoncé ce matin lors des premiers Etats Généraux de l’industrie automobile une aide de l’Etat de l’ordre de 5 à 6 Milliards d’euros pour le secteur. Des efforts de la part des constructeurs sont attendus par l’Etat mais les objectifs initiaux du Grenelle en matière de transport sont oubliés. Pour France Nature Environnement, cette aide ne profitera pas au contribuable, ne sauvera pas un secteur industriel en fin de cycle et ne contribuera en rien à une meilleure préservation de l’ environnement…


Non à des aides sans aucune contrepartie en matière d’environnement !

La crise structurelle du secteur de l’industrie automobile, accentuée par la crise économique, ne trouvera pas d’issue par une vision à court terme de la filière.

Pour Michel DUBROMEL, responsable Transports à FNE : « Des sommes colossales sont promises par les pouvoirs publics pour aider la filière industrielle automobile. Cet argent public ne peut en aucune façon se contenter de contreparties uniquement sociales et économiques. Les critères environnementaux doivent être pris en compte, c’est la seule option à long terme de restructuration de la filière. Mais rien n’a été dit à ce sujet ce matin ! Cessons de penser qu’il est impossible de marier l’environnement, le social et l’économie. »

Oui à des aides pour relever les défis environnementaux de demain !

C’est grâce à une politique publique prenant en compte l’ensemble des enjeux liés aux transports et à la mobilité durables qu’il sera possible de relever les défis environnementaux de demain.

Michel DUBROMEL poursuit : « L’industrie automobile doit aujourd’hui relever trois grands défis : moins consommer d’énergie, moins de territoires et réduire les impacts sanitaires. La promotion du « véhicule décarboné » ne peut pas constituer une solution miracle. Des changements de comportements et de culture quant à l’objet voiture sont nécessaires et sont en fait déjà en marche. Les pouvoirs publics doivent anticiper ces évolutions, notamment en matière d’essor de la demande de transports collectifs. »

Inquiétudes concernant la Banque européenne d’Investissement

La Ministre de l’économie vient d’annoncer que le Gouvernement français soutiendrait, en relation avec d’autres Etats membres, une modification de la stratégie d’investissements de la BEI pour aider l’automobile. Michel DUBROMEL s’inquiète : « La BEI soutient en général des projets allant dans le sens de l’environnement. Il est inquiétant de voir la France proposer une telle modification de stratégie au niveau européen ».

France Nature Environnement s’inquiète des aides colossales au secteur automobile sans contreparties en matière d’environnement et sans vision de moyen et long terme concernant les transports et la mobilité durables. Ce thème sera abordé lors de la conférence de presse organisée par FNE le mardi 27 janvier à 11h, à l’Entrepôt (Paris, 14eme arrondissement)

Posted in Economie et social, Environnement | Leave a Comment »