CHAMPS LIBRES / LES VERTS – EUROPE ECOLOGIE

Citoyens, Associations et Verts, des pays d’Evreux Avre et Iton –

Archive for avril 2008

Nécrocarburants : Borloo et Bussereau persistent et signent !

Posted by bfen sur 30 avril 2008

Le gouvernement n’a décidément tiré aucune leçon de la crise alimentaire et du rôle criminel des politiques en faveur des agro-carburants.

M. Bussereau vient de déclarer qu’il ne fallait pas « interrompre le mouvement qui est en cours sur les agro-carburants » . La veille, Monsieur Borloo déclarait que la France allait faire une pause tout en affirmant que « les investissements déjà lancés pour produire des biocarburants de 1ère génération seront toutefois honorés ».

Selon Anne Souyris, porte-parole nationale des Verts, « ce n’est pas en réfléchissant sur les agrocarburants de 2e génération que nous stopperons la famine. Nous devons revoir immédiatement au niveau français et européen nos objectifs agricoles et opérer un tournant révolutionnaire en la matière. C’est une question de vie ou de mort. »

À l’occasion de la présidence française, les Verts demandent solennellement que l’objectif des 10 % d’agro-carburants en 2020 soit abandonné.

Plus généralement, les Verts rappellent que face à la crise alimentaire, une politique incitant à la réimplantation de cultures vivrières et, plus globalement, de denrées alimentaires, doit être mise en place d’urgence autant en matière d’aide au développement que dans le cadre de la rénovation de la PAC.

Pour Jean-Louis Roumégas, porte-parole national des Verts, « la logique du tout voiture est périmée. Dominique Bussereau préfère défendre l’intérêt des industriels qui veulent trouver un nouveau marché lucratif plutôt que l’intérêt général. Il faut développer massivement les alternatives au transport routier et sortir d’une logique qui date d’avant Pompidou. »

Encore une fois en matière écologique le gouvernement dit noir et blanc en même temps. Encore une fois, les intérêts des industriels passent avant l’intérêt général.

Publicités

Posted in Economie et social, Environnement | Leave a Comment »

La Chine ne doit pas devenir un désert

Posted by bfen sur 29 avril 2008

Par bien des aspects, cette immense civilisation s’il en fut, cette parcelle quasi-subcontinentale de notre planète, pourrait bien s’apparenter à un désert.

En matière de droits fondamentaux, la Chine est un désert. Pluralisme politique, liberté de la presse, liberté d’expression, peine de mort : droits civils et politiques bafoués. Syndicats interdits, esclavagisme moderne, travail des enfants : droits sociaux méprisés. Tibétains, Ouïghours… droit à l’autodétermination des peuples nié.

Mais la Chine se désertifie aussi littéralement : un tiers de son territoire est recouvert de déserts. Et chaque année, un nombre colossal d’hectares est englouti sous les sables. Les chiffres donnent le tournis : le déficit en eau atteint des proportions sidérales : 40 milliards de mètres cubes par an. Là où l’on puisait de l’eau à 40 mètres de profondeur, on puise désormais à 400 mètres. Les réserves d’eau ont baissé de moitié en 5 ans. En cause, le réchauffement climatique et les pénuries pluviales qui se conjuguent à l’explosion de la consommation urbaine. Or, il se trouve que le Tibet concentre 80% des réserves d’eau douce de la République Populaire de Chine.

Les Verts sont depuis longtemps à la pointe du combat contre la répression au Tibet. Cette lutte, qui s’inscrit plus globalement dans la défense des droits humains en Chine, trouve un soudain écho au vu de ces 80%.

Les militants environnementalistes tendent la main aux militants des droits humains. Du local au global, nos luttes se font écho et rappellent l’interdépendance de la société humaine, de ses problèmes, et des solutions à apporter. Urgence sociale, urgence environnementale. Et urgence humaine : sombre rappel de la pertinence des réponses de l’écologie politique.

Aucune excuse ne pourrait être donnée à une participation des officiels français aux cérémonies qui se dérouleront à Pékin. Mais il ne fait aucun doute que l’honneur de tous les athlètes présents sera de porter le plus haut possible le discours des droits humains et du respect du peuple tibétain. En rappelant, aussi, que nulle paix dans le monde ne sera acquise sans une régulation équitable et à l’échelle mondiale de l’accès aux ressources fondamentales.

Nous savons que ce combat devra se poursuivre encore longtemps. La flamme est passée, les JO passeront. Mais ne désertons pas la Chine.

MIREILLE FERRI secrétaire nationale adjointe à l’organisation du parti Les Verts

Posted in Les Verts | Leave a Comment »

CONTRE LES MENSONGES

Posted by jyguyomarch sur 27 avril 2008

Il y a 22 ans, le 26 avril 1986, le réacteur nucléaire de Tchernobyl explosait. Kofi Annan (ancien secrétaire général de l’ONU) a estimé que plus de sept millions de personnes avaient été gravement affectées par la catastrophe.

22 ans plus tard, les séquelles de ce drame continuent de tuer et elles affecteront profondément les générations futures. Il y a 22 ans, en France, en dépit de toute vraisemblance, il fut annoncé que le nuage radio-actif f s’était arrêté à nos frontières… Nous refusons absolument d’oublier Tchernobyl, ses victimes et ses mensonges !

Nicolas Sarkozy se fait le VRP d’Areva. Il continue de vendre des centrales nucléaires et n’hésite pas à le faire auprès des dictatures, au mépris du danger particulier que cela représente. Le Grenelle de l’environnement a évacué la question du nucléaire et il n’y a toujours aucune transparence ni débat public, des militants anti-nucléaire sont inquiétés par les services de renseignements français.
Nous refusons d’oublier la responsabilité du lobby nucléaire français, ses victimes, ses mensonges, et les milliards engloutis au dépend de la recherche et du développement des alternatives : les énergies renouvelables et les économies d’énergie.

Contrairement a la propagande largement diffusée par EDF et Areva  le nucléaire n’est ni propre, ni soutenable, ni sûr,  et il coûte cher. Les Verts seront présents aux rassemblements organisés partout en France.

Jean-Yves GUYOMARCH, Conseiller Régional Verts
Jacqueline FIHEY, Candidate Verts aux législatives, cantonales et municipales à Évreux
Benoît Fenault, secrétaire des Verts des pays d’Évreux, Avre et Iton


Posted in Environnement, Les Verts | Leave a Comment »

Famines : les solutions existent, elles sont écologistes

Posted by bfen sur 24 avril 2008

Les Verts appelle à la réunion urgente d’un nouveau Sommet de la Terre, qui prendra les décisions radicales qui s’imposent face au drame de la faim.


Maroc, Indonésie, Haïti, Cameroun, Côte-d’Ivoire, etc., la liste des pays victimes d’émeutes de la faim s’allonge chaque jour. En Europe, pour beaucoup, les famines évoquent le Moyen Âge et des souvenirs de leçons d’histoire. On regarde alors ce spectacle avec un mélange de commisération et de charité. Nous devons pourtant affronter la réalité car ce n´est pas la fatalité qui tue. Le retour des famines est une catastrophe écologique de grande ampleur provoquée par notre mode de développement. On nous dit que les « experts » n’avaient rien vu, les Verts et les altermondialistes n’ont pourtant cessé d’alerter. René Dumont a consacré toute sa vie à la lutte contre la faim. Avant sa mort, il a publié un dernier ouvrage au titre évocateur, Famines : le retour. Il y pointait les conséquences dramatiques du désordre libéral et de l’absence de politiques volontaristes.

Qui se souvient de l’engagement solennel d’Henry Kissinger, au Sommet mondial de l’alimentation en 1974, à ce que plus un enfant ne meure de faim dix ans plus tard ? Le mythe productiviste d’une résolution de nos crises par le seul recours à la technique a échoué. Ce sont les fondements même de notre développement qui produisent ces crises. Le tiers monde paye le prix de la libéralisation des marchés agricoles qui détruit les agricultures paysannes en les exposant à la concurrence de produits agricoles bradés sur le marché mondial. Un modèle unique a été suivi, celui d’une agriculture productiviste privilégiant les cultures d’exportation des groupes agroalimentaires au détriment des cultures vivrières. L’absence de volonté écologiste des gouvernements a délaissé le combat prioritaire contre le dérèglement climatique, abandonné les conséquences de la raréfaction de l’eau au marché et ignore l’extinction de la biodiversité. Nous restons enfermés dans la dépendance aux firmes multinationales par les OGM au lieu de choisir la souveraineté alimentaire, et menaçons les équilibres écologiques en appuyant la production d’agrocarburants.

Ce modèle agricole unique imposé met notre planète en danger. Ceux qui meurent de faim payent le prix des politiques néocoloniales menés par des pays comme la France, la Chine et les États-Unis, laissant au pouvoir dictateurs et élites corrompues, poursuivant ainsi le pillage économique. La solidarité mondiale n’est plus qu’une légende alors que l´insuffisante Aide publique au développement a encore reculé de 8,7 % en 2007. La nécessaire gouvernance mondiale est abandonnée aux firmes appuyées souvent par le FMI et la Banque mondiale. Ceux qui meurent de faim payent le prix de l’idéologie néolibérale, du court-terme et du laisser-faire, d’une société consumériste encourageant le gaspillage et d’une croyance illimitée au mythe de la croissance. Ce prix a un nom, c’est celui de la lourde « dette écologique » que nos gouvernements successifs ont contracté année après année envers le Sud. Si la justice a encore un sens pour nous, il est toujours possible de s’en acquitter. Nous appelons à la réunion dans les plus brefs délais d’un nouveau Sommet de la Terre. Il commencera par annuler la dette financière des pays du Sud. Il luttera contre la spéculation, il initiera un plan d’appui aux paysans plutôt qu’aux grandes industries agroalimentaires et organisera un échange des savoirs et le transfert de connaissances agricoles.

Il lèvera une taxe mondiale de solidarité sur les transactions financières et les ventes d’armes, organisant la redistribution à l’échelle planétaire. En sortant des tergiversations criminelles de Bali, il organisera une politique planétaire contre le réchauffement climatique. L’Union européenne lancera rapidement une véritable réforme de la PAC et augmentera les fonds consacrés à l’aide au développement. Pour finir, les gouvernements du Nord décideront de transférer les budgets consacrés à la guerre pour gagner celle contre la faim et la misère, responsable de tant de déracinements forcés. Ces solutions peuvent paraître radicales, elles coûteront moins que le « laisser-faire ». On ne peut plus aujourd’hui se contenter de discours : la maison brûle, et ceux qui le disent continuent d’en alimenter le feu.

Cécile Duflot (secrétaire nationale des Verts), Christophe Rossignol (conseiller régional du Centre, président de la commission relations internationales), Marie-Pierre Bresson (maire adjointe de Lille chargée de la coopération), Solène Benoit (agroéconomiste, ancienne conseillère auprès du ministère de l’Agriculture à Haiti)

N. B. Cette tribune fut rédigée avant que Nicolas Sarkozy promette d’augmenter l’aide alimentaire de la France. L’OCDE a mis en en évidence une forte baisse de l’aide aux pays pauvres en 2007, en particulier de la France.

http://www.politis.fr/Famines-les-solutions-existent,3564.html

Posted in Décroissance sélective et équitable, Ecologie politique, Economie et social, Les Verts | Leave a Comment »