CHAMPS LIBRES / LES VERTS – EUROPE ECOLOGIE

Citoyens, Associations et Verts, des pays d’Evreux Avre et Iton –

Archive for août 2007

Posted by verts27evreux sur 31 août 2007

  1. Socialiste Parti France Président Élections Europe État Politique Nicolas Sarkozy Ségolène Royal Pouvoir ONG Société Économie Gauche Ministre Région Droite Présidentielle UMP Élu Communiste Italie Maire Citoyen États-Unis Environnement Député Écologiste Finance Francois Bayrou Chine Alter Réforme Énergie Commune Département Démocratie Guerre Japon Libéraux Municipale Budget Climat Verts Grande-Bretagne Syndicat ATTAC Révolution UDF Allemagne Espagne Jean-Marie Le Pen Jacques Chirac François Hollande François Fillon Canada Radicaux Front National Dominique de Villepin Collectivité Irak Marine Le Pen Israël Nucléaire Philippe De Villiers Centriste Réchauffement Centralisation Référendum Iran José Bové ONU Russie Lionel Jospin Pollution Marie-Georges Buffet Laurent Fabius Jean-Louis Borloo Liban Pétrole Dominique Strauss-Kahn Mexique Michèle Alliot-Marie Olivier Besancenot Capitalisme MPF Alain Juppé Bernard Kouchner Cuba Afghanistan Décentralisation Nicolas Hulot PRG Venezuela Patrick Devedjian LCR Arnaud Montebourg Dominique Voynet G8 MRC Arlette Laguiller George Bush Jack Lang Christine Boutin Jean-Pierre Chevènement Syrie OTAN Palestine Arabie Saoudite Razzye Hammadi Clinton Nicolas Dupont-Aignan Alternative Libérale Roland Castro Baril Hezbollah Corinne Lepage Pierre Moscovici Gérard Schivardi Christiane Taubira Frédéric Nihous Quitterie Delmas Jean-Christophe Cambadélis Yves Cochet Edouard Fillias Al Qaeda Clémentine Autain Tsahal Eric Raoult Noël Mamère Guillaume Pelletier Bruno Megret Nicolas Miguet Freemen Lutte Ouvrière Fabien de Sans Nicolas Antoine Waechter Bruno Gollnisch Dieudonné Dick Cheney MSF Cécile Duflot Sympatisant Claude Goasguen Biosphère Ben Bernanke Rachid Nekkaz Alain Lipietz Jean Saint-Josse

Posted in Politique | Leave a Comment »

Co-élaboration avec les associations et les chercheurs aux journées d’été de Quimper

Posted by bfen sur 30 août 2007

La plénière de clôture des journées d’été des Verts à Quimper avait pour thème : Vers une société écologiste, Grenelle de rupture ou Grenelle de dupes ?

Si quelques rares environnementalistes se posent encore la question, toutes les grandes organisations écologiques ont répondu à l’appel des Verts : Face aux urgences environnementale, sociale et démocratique nous vous invitons à co-élaborer un projet écologique de transformation sociale pour le XXIème siècle. Des chercheurs, des intellectuels, des syndicats répondent eux aussi favorablement à cette invitation.

Les journées d’été des Verts ont été l’occasion d’inaugurer un nouveau cycle de mise en commun de nos connaissances, de nos réflexions, de nos énergies. Arnaud Gossement, Porte-parole de France Nature Environnement est venu apporter le témoignage de cette grande fédération d’associations dont Sébastien Genest (notre photo) assure la présidence.

Après avoir remercié les Verts d’avoir organisé cette plénière sur le Grenelle de l’environnement, Arnaud Gossement précise les raisons pour lesquelles FNE a souhaité participer à ce Grenelle.

« Pour FNE, le Grenelle de l’environnement ne correspond que de très loin au Grenelle de 1968. Depuis 1968 qui est aussi la date de la création de la fédération, FNE revendique d’être considérée comme des partenaires qui ont une capacité d’expertise, la capacité de faire remonter des informations soit de terrain, soit internationales, et qui ne serve pas ensuite de caution à des choix comme par exemple de participer à un débat public sur le nucléaire alors que la décision est déjà prise. Le Grenelle offre une occasion de regrouper autour d’une même table la plupart des acteurs qui habituellement ne se parlent pas si ce n’est que par médias interposés. C’est une chose que d’avoir des slogans, c’est autre chose que de confronter les idées, d’essayer de comprendre quelles peuvent-être les difficultés rencontrées par les autres acteurs, de faire état de nos propres difficultés, et d’arriver à profiter de l’expertise des uns et des autres. FNE n’a pas l’expertise sur tous les sujets en matière d’environnement et c’est bien d’entendre comme nous venons de l’entendre celle de la Fondation Sciences Citoyennes ou de Greenpeace. C’est ce dialogue entre tous les acteurs concernés par l’environnement qui nous intéresse et qui fait que nous y participons… »

C’est dans cet esprit nous envisageons d’aborder les Assises de l’écologie politique certes, mais aussi que nous souhaitons entreprendre le dialogue et les confrontations nécessaires à la préparation des municipales et des cantonales de mars 2008. Et c’est dans cet esprit que nous invitons associations, syndicats, citoyens à susciter des espaces de rencontres, d’échanges et de débats, en d’autres termes à s’ouvrir et à ouvrir des espaces démocratiques.

Posted in Ecologie politique, Elections municipales, Environnement | Leave a Comment »

Santé : Le défi des épidémies modernes, par André Cicolella

Posted by bfen sur 30 août 2007

Le défi des épidémies modernesCancers, obésité, asthme, allergies, bronchites chroniques, diabète… autant de maladies qui sonnent familièrement à nos oreilles. On sait pourtant que le caractère “naturel” de ces maladies est discutable et qu’elles dépendent largement de notre mode de vie.

Ce que l’on mange, ce que l’on respire, l’ambiance professionnelle, nos modes de déplacement, c’est-à-dire la qualité de la nourriture (additifs, mode de conservation), les produits présents dans les emballages, les peintures, les produits domestiques (précisément ce que REACH cherche à réglementer), le taux de stress au quotidien (cadences, taux de productivité…), l’utilisation de la voiture ou d’un déplacement “doux” ; tout cela a évidemment une incidence sur notre santé. Les effets de la télévision et du grignotage sur l’obésité enfantine ne sont plus à prouver, mais le lien entre pollution urbaine et cancers n’est pas établi naturellement malgré les dernières lois anti-tabac.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, ces maladies de civilisation sont responsables de 86 % des décès et représentent 77 % des cas de maladies en Europe. Autant dire que leur impact sur notre célèbre “trou de la Sécu” n’est pas négligeable, voire augmente. Comme souvent dans les fuites en avant technologiques, on attend la “pilule miracle” pour soigner ces maladies, que cette pilule s’appelle thérapie génique ou chimio douce.

L’auteur, André Cicolella (président de la commission santé des Verts), prend le problème sous un angle différent, celui de la prévention. Le principe est simple et est le même qui régit la ditrective REACH évoquée plus haut : plutôt que de dépenser des sommes considérables dans les assurances maladies pour rembourser des soins toujours plus complexes et coûteux, pourquoi ne pas chercher à diminuer – ou supprimer !- les facteurs créateurs de ces “épidémies modernes” ?

Dans la même veine, André Cicolella fustige les logiques de privatisation de la Sécurité sociale qui ne font qu’empirer la situation. Au contraire plaide-t-il pour une démocratisation de l’assurance santé et une sortie du “tout médicament”. Une façon de proposer une réforme écologiste de l’assurance santé : ni glorification du “trou” qu’on peut voir chez une certaine gauche, ni déni du droit à l’accès aux soins habituel à la droite. Le slogan qui pourrait résumer cette logique est le suivant : passer d’une logique de soins à une logique de santé, autrement dit privilégier la santé du patient aux logiques comptables de consommation de médicaments.

Article du site Ecopolit 

Le défi des épidémies modernes, par André Cicolella, éditions La Découverte.

Posted in Elections municipales, Les Verts | 2 Comments »

Protection des captages d’eau potable : l’exemple de Mulhouse

Posted by bfen sur 30 août 2007

Acquéreur : Ville de Mulhouse
Surface : 15 ha
Montant des acquisitions : 120 000 euros
Plan de financement : Commune de Mulhouse : 50%, Agence de l’Eau : 50%

Contexte :
La Doller est un cours d’eau à lit mobile classé comme biologiquement et écologiquement exceptionnel. Elle présente un degré de naturalité élevé ainsi qu’un caractère fonctionnel sur des linéaires importants, avec à la fois des zones de prairies inondables et des zones mobiles où la rivière est encore très dynamique, ce qui est remarquable au niveau de la région Alsace.

Ces caractéristiques induisent la présence d’une nappe phréatique d’excellente qualité à faible profondeur, exploitée directement pour les besoins en alimentation d’eau potable des collectivités du secteur, et notamment par la ville de Mulhouse.

Cette eau, captée en profondeur, ne nécessite aucun traitement, ce qui classe le coût de l’eau de la ville Mulhouse parmi les moins chers des grandes villes françaises (hors assainissement et épuration). Cependant, cette nappe est très vulnérable en raison des risques d’infiltration des surplus d’engrais (nitrates) et des produits de traitement des cultures (pesticides) liés aux activités agricoles et économiques qui s’étendent aux alentours des captages.
C’est la raison pour laquelle le Conseil Général du Haut Rhin, le Conservatoire des Sites Alsaciens, la Ville de Mulhouse et le Syndicat du Michelbach ont entrepris, avec l’aide de l’Agence de l’Eau, un programme ambitieux de préservation du lit majeur de la Doller, et notamment des zones humides situées autour des zones de captage.

Dans ce contexte, afin de préserver cette qualité d’eau exceptionnelle et à moindre coût, d’importants achats de terrain à la surface des zones de captage ainsi que leur mise en valeur écologique ont été réalisés au cours des années 2002 et 2003 par la ville de Mulhouse.

Enjeux et Objectifs :
Actions menées sur le bassin Rhin-Meuse : retour d’expérience
Préserver les prairies humides de la Doller pour :
– protéger la qualité de la ressource en eau (captages d’eau potable),
– permettre le développement des zones naturelles d’expansion des crues,
– préserver la diversité biologique et écologique de ces zones humides d’intérêt exceptionnel
– limiter de probables dégradations de ces zones humides par l’agriculture intensive et l’urbanisation.
Modalités de l’opération

Pour procéder à l’acquisition foncière de ces terrains, la commune de Mulhouse s’est tournée vers l’Agence de l’eau Rhin-Meuse en procédant à une demande d’aide pour l’achat de plusieurs parcelles, en plusieurs fois, au cours des années 2002 et 2003.

La commune a pu bénéficier pour cette opération des aides de l’Agence de l’Eau relatives à son 8e programme d’intervention en matière de préservation et de restauration des milieux aquatiques et des zones humides.
Au total, la commune a ainsi acquis, avec une aide de l’Agence de l’Eau à hauteur de 50% du coût total de l’opération, plus de 15 ha de prairies humides pour un montant de 120 000 euros environ.

Réalisation et résultats :
La commune possède aujourd’hui plus de 90 ha acquis à proximité immédiate des captages, ce qui, en tenant compte des 35 ha de prairies acquises par le Syndicat mixte du barrage de Michelbach, porte à 125 ha la surface protégée. Ces prairies sont confiées au service des Espaces Verts de la ville de Mulhouse, et gérées en collaboration avec les agriculteurs locaux. Grâce à cette protection que la commune souhaite vivement poursuivre, le prix de l’eau pour les habitants de la ville de Mulhouse est actuellement un des plus bas de France.

De l’eau de source au robinet à Mulhouse

Posted in Décroissance sélective et équitable, Elections municipales, Environnement | Leave a Comment »

Ecologie urbaine : les espoirs d’alternatives

Posted by bfen sur 30 août 2007

La revue critique d’écologie politique EcoRev n° 27 de cet été propose une série d’articles pour penser la ville. Mathilde Gralepois et Aurélien Boutaud évoquent les mutations des villes européennes qui sont directement liées aux mouvements de globalisation de l’économie. La ville moderne génère des dysfonctionnements tant sur le plan social que écologique. Face à ces débordements les mouvements de l’écologie urbaine font naître des espoirs d’alternatives.

Explorant la fragmentation urbaine, des travaux récents mettent en rapport les processus de de fractures géographiques, de formes d’exclusion sociale, de précarisation économique et de gouvernance politique éclatée. 60 000 hectares d’espaces naturels et agricoles disparaissent chaque année sous l’effet de l’étalement urbain par ses pavillons individuels avec pour conséquence une consommation croissante de matériaux, d’eau et d’énergie, mais surtout l’accroissement de la dépendance vis à vis de l’automobile. L’étalement urbain s’avère grandement responsable de l’épuisement des ressources fossiles mais également de gaz à effet de serre. Les classes les plus riches occupent les zones les plus agréables, les plus pauvres sont contraintes de s’éloigner du centre en raison du coût du foncier, augmentant par là leurs chages de déplacements. L’étalement urbain est l’un des principaux moteurs de la ségrégation sociale.

La charte européenne des villes durables d’Aalborg constitue une étape importante. Elle propose un cadre d’action pour préserver le patrimoine urbain, contraindre l’étalement, restreindre la )place de la voiture individuelle, densifier tout en améliorant le cadre de vie, favoriser la mobilité douce et les transports en commun, encourager les dynamiques de mixité sociale, améliorer les performances énergétiques des bâtiments, redonner sa place à l’agriculture périurbaine de proximité et repenser les rapports ville-campagne, relocaliser les activités économiques…

Posted in Décroissance sélective et équitable, Elections municipales | Leave a Comment »

L’Agenda 21 de la culture

Posted by bfen sur 28 août 2007

L’Agenda 21 de la culture est le premier document à vocation mondiale qui prend le pari d’établir les bases d’un engagement des villes et des gouvernements locaux en faveur du développement culturel.

L’Agenda 21 de la culture a été approuvé par des villes et des gouvernements locaux du monde entier qui s’engagent dans les domaines des droits de l’homme, de la diversité culturelle, du développement durable, de la démocratie participative et de la création de conditions pour la paix. L’approbation eu lieu le 8 mai 2004 à Barcelone, par le IVème Forum des Autorités Locales pour l’Inclusion Sociale de Porto Alegre, dans le cadre du premier Forum Universel des Cultures.

Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU) a adopté l’Agenda 21 de la culture comme document de référence de ses programmes en culture et joue le rôle de coordinateur du processus postérieur à son approbation. Le Groupe de Travail sur la Culture de CGLU, constitué à Pékin le 9 juin 2005, est le point de rencontre de villes, gouvernements locaux et réseaux qui situent la culture au cœur de leurs processus de développement.

Un nombre croissant de villes et de gouvernements locaux du monde entier ont adhéré à l’Agenda 21 de la culture. Le processus a suscité l’intérêt des organisations internationales, des gouvernements nationaux et de la société civile.

Les contenus de l’Agenda 21 de la culture

L’Agenda 21 de la culture présente 67 articles, divisés en trois grands parties.

La partie des « principes » (16 articles) expose le rapport entre la culture et les droits de l’Homme, la diversité, la durabilité, la démocratie participative et la paix.
La partie se rapportant aux engagements (29 articles) s’intéresse au domaine des compétences des gouvernements locaux et expose en détail la demande d’un rôle central pour les politiques culturelles.

La partie « recommandations » (22 articles) insiste sur l’importance renouvelée de la culture et demande que
cette importance soit reconnue dans les programmes, les budgets et les organigrammes des différents niveaux de gouvernement (local, national/étatique) et par les organisations internationales.

On peut également résumer les contenus de l’Agenda 21 par thèmes.

Culture et droits de l’Homme
– Culture et développement humain. La diversité culturelle contribue à une « existence intellectuelle, affective, morale et spirituelle plus satisfaisante pour tous »
– Les droits culturels font partie intégrante des droits de l’Homme. « Nul ne peut invoquer la diversité culturelle pour porter atteinte aux droits de l’Homme garantis par le droit international, ni pour en limiter la portée. »
– Les mécanismes, les instruments et les ressources qui permettent de garantir la liberté d’expression
– L’invitation aux créateurs et artistes à s’engager auprès des villes dans l’amélioration du « vivre ensemble » et de la qualité de vie, en développant la capacité de création et le sens critique de tous les citoyens

Culture et gouvernance

– Le nouveau rôle central de la culture dans la société. Légitimité des politiques culturelles

– La qualité du développement local requiert l’imbrication des politiques culturelles et des autres politiques publiques

– La gouvernance locale: une responsabilité conjointe des citoyens, de la société civile et des gouvernements

– L’amélioration des mécanismes d’évaluation appliqués en matière de culture.

Système d’indicateurs culturels
– L’importance des réseaux et de la coopération internationale
– La participation des gouvernements locaux aux politiques et aux programmes culturels nationaux français

Culture, durabilité et territoire
– La diversité culturelle est, pour le genre humain, aussi nécessaire qu’est la biodiversité dans l’ordre du vivant
– La diversité des expressions culturelles est porteuse de richesse. Importance d’un écosystème culturel aussi large que possible, présentant une grande diversité d’origines, d’agents et de contenus
– Dialogue, cohabitation et interculturalité comme les principes de base de la dynamique des relations citoyennes
– Les espaces publics comme espaces de culture

Culture et inclusion sociale
– L’accès à l’univers culturel et symbolique à toutes les étapes de la vie
– L’encouragement des capacités d’expression en tant que dimension essentielle de la dignité humaine et de l’inclusion sociale, en veillant à contrer les discriminations liées au genre, à l’origine, à la pauvreté ou à toute autre raison
– L’élargissement des publics ainsi que leur pleine participation à la vie culturelle, éléments de citoyenneté

Culture et économie
– La reconnaissance de la dimension économique de la culture. Importance de la culture en tant que facteur de génération de richesse et de développement économique.
– Le financement de la culture par différentes sources, comme les subventions, les fonds de capital risque, les microcrédits et les incitations fiscales.
– Le rôle stratégique des industries culturelles et des médias locaux, qui contribuent à forger l’identité locale, à permettre la continuité créatrice et à créer des emplois.
– Les relations entre les équipements culturels et les organismes travaillant dans le domaine de la connaissance
– Le respect et garantie des droits des auteurs et des artistes et leur juste rémunération

Le site web http://www.agenda21culture.net rassemble toutes les sources d’information, dont la traduction en plusieurs langues, des articles, des publications, des séminaires ou des actualités.

Posted in Culture | Leave a Comment »

Lettre ouverte à Monsieur Nicolas Sarkozy

Posted by bfen sur 28 août 2007

Geneviève Magnan Le 21 août 2007

28, rue de Melleville

27000 Evreux

 

Objet : «C’est pas par plaisir qu’ils voyagent » (Michel Buhler, années 70)

Lettre ouverte à Monsieur Nicolas Sarkozy,

A Madame Rachida DATI

A Monsieur Brice Hortefeux

 

Madame le Ministre de la Justice,

Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Ministre de l’Immigration,

 

J’ai entendu ce matin à la radio, Monsieur le Président, que vous vous mettiez à la place de la famille du petit garçon victime de pédophilie. Comme j’aimerais que vous fassiez de même pour toutes les familles étrangères en attente de régularisation de leurs papiers, qui s’attendent à être expulsées…

Pour ma part, j’ai passé ma journée de ce lundi 20 août (mon jour de repos hebdomadaire) avec une famille ____originaire d________, déboutée du droit d’Asile, après 18 mois passés sur le territoire français… La maman et les 2 fillettes de 3 et 5 ans fréquentent le lieu d’accueil parents et enfants de moins de 6 ans, « La Farandole », installé sur le quartier de la Madeleine à Evreux, dont je suis la responsable associative.

Cette famille, plus personne ne la connaît a_________, rien ne l’attend là-bas, si ce ne sont des coups de fusils aux dires du papa… La maman et les enfants ont trouvé un peu de chaleur humaine auprès des autres mamans de la Farandole, mais nous ne pouvons que pleurer avec cette maman de 23 ans en écoutant son histoire, et l’accompagner dans des démarches administratives qui malheureusement s’avèreront sans doute vaines. Cela nous permet seulement d’apporter soutien moral et affection, et rendra encore plus déchirant leur départ contre leur gré.

 

COMBIEN DE FAMILLES VOUS DONNEZ-VOUS LE DROIT D’EXPULSER AINSI ?

AU NOM DE QUELLE INEGALITE, MADAME DATI, MONSIEUR SARKOSY , VOS FAMILLES ONT-ELLES ETE ACCUEILLIES DECEMMENT EN FRANCE et NON PAS TOUTES CES NOUVELLES FAMILLES ? QUELLE MEMOIRE AVEZ-VOUS ???

QUELLE EST VOTRE JUSTICE ?

OU SONT PARTIES LA LIBERTE ? L’EGALITE ? LA FRATERNITE ?

CES PERSONNES NE SONT-ELLES PAS DES ÊTRES HUMAINS QUI ONT DROIT A AUTANT DE DIGNITE QUE VOUS ET MOI ?

Vous voulez la libre circulation de l’argent et des capitaux mais pas la libre circulation des hommes et des femmes du monde entier… (Sauf pour ceux qui ont les moyens de se payer ou se faire payer des vacances lointaines, gaspillant ainsi l’énergie non renouvelable et contribuant inutilement à augmenter les gaz à effet de serre).

 

Si vous voulez que chacun puisse vivre et travailler dans son pays, il faudrait commencer par se préoccuper de faire VIVRE LA JUSTICE A L’ECHELLE MONDIALE :

  • En annulant la dette des pays les plus pauvres ;

  • En permettant aux pays du tiers monde de vendre leurs matières premières au juste prix ;

  • En encourageant les gouvernements à développer l’autosuffisance alimentaire, plutôt que de « brader » des productions destinées aux pays riches comme c’est le cas actuellement ;

  • En encourageant ces mêmes pays à développer l’éducation pour tous ; les micro- crédits, les soins de santé primaire…

  • En arrêtant de faire alliance avec des gouvernements corrompus, de leur envoyer des armes et de permettre ainsi à des populations entières de s’entretuer.

Seules des mesures honnêtes de ce type permettront de diminuer durablement l’immigration. Bien sûr, cela demande énormément de courage politique, car il faut s’attendre à ce que ce type de mesures soit impopulaire au moins pour 53% des Français dans les sondages et dans les plus proches élections…C’est bien sûr plus difficile de faire ce choix plutôt que de favoriser les lobbies capitalistes des « copains » qui vous paient des voyages en yachts, ou autres privilèges dignes de la monarchie absolue, face à l’ECART qui s’accroît exponentiellement entre les plus riches et les plus pauvres, comparativement à l’époque de la monarchie de Louis XIV (voir Serge Latouche : « la décroissance »)

Je n’attends pas de réponse personnelle de votre part, mais une Politique humaniste et courageuse, et non totalitaire et démagogique…

Veuillez recevoir, Madame la Ministre, Monsieur le Président de la République, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération démocratique.

 

 

Geneviève Magnan,

 

(Simple citoyenne du Monde, savourant son bonheur d’être née dans un pays démocratique et rempli de richesses matérielles et multi culturelles, et souhaitant faire partager ce bonheur … … .mondialement…)

 

Posted in Ecologie politique | Leave a Comment »

Journées d’été des Verts – Quimper et les algues vertes

Posted by bfen sur 21 août 2007

C’est depuis le cybercafé des Journées d’été des Verts, au lycée Lykes de Quimper que j’essaie désespérement de me connecter sur le blog des Verts d’Evreux. Malheureusement Blogger, tout comme Orange d’ailleurs ne sont pas connectables. Surcharge dûe au retour des vacances ou faiblesse du réseau, je ne sais ? Toujours est-il que le moment semble suffisamment important pour que je me permette de déposer mes messages sur le blog de CHAMPS LIBRES en attendant que tout revienne dans l’ordre.

Quimper, ville de 70 000 habitants va donc accueillir les cadres des Verts, probablement plus de 1200 personnes, pendant cinq jours qui s’annoncent riches d’échanges et de rencontres. Ce sont des dizaines de formations et quelques centaines d’ateliers qui viendront compléter forums et plénières quotidiens.

C e soir, alors qu’une longue queue de militants souriants et fort patients s’organise pour les inscriptions de dernière minute aux formations de demain, c’est une ambiance sereine qui se respire. La bretagne y est peut-être pour quelque chose, le soleil qui perce régulièrement depuis ce matin aussi, mais il semble que toutes les personnes que j’ai rencontrées aujourd’hui ont le préssentiment d’être à la veille d’un grand moment dans l’histoire de notre parti. Mais nous aurons l’occasion d’y revenir dans les jours à venir.

Arrivés à Quimper samedi dernier, nous avons, comme coutume l’éxige, été accueillis avec gâteau breton et café bouillant par nos hôtes, Bretons retraités, qui ne nous ont laissé aucun répit : « les algues vertes envahissent nos plages et font fuir les touristes ; c’est à coup de bulldozers et de camions semi-remorques que nous tentons de nettoyer les plages, mais dès que le soleil pointe son nez elles pullullent à nouveau et c’est un gateau d’algues en décomposition de trente à cinquante centimètres qui recouvre le sable en quelques jours ». « Parlez-en » nous répete notre charmante hôtesse, et trouvez des solutions à ce fléan pestilentiel. Et de revenir le lendemain nous soumettre tout une série de photos accusatrices.

Pestilentiel ? Effectivement, dès que l’on pose un pieds sur ce gâteau d’algues devenues noires goudron, c’est une infernale odeur de lisier qui envahit l’environnement. Une odeur qui ne devrait pas étonner puisque ces algues se développent dans les eaux salées surnitratées. Et la Bretagne est championne du monde en la matière grâce à la quantité industielle de ses usines hors-sol de production porcine. La conséquence première c’est la quantité faramineuse de lisier que répandent les cultivateurs sur le sol breton. La conséquence seconde c’est la surpollution des rivières et des nappes superficielles. Tout ce lisier arrosé assez régulièrement par les pluies bretonnes semble prendre plaisir à se déposer sur les corps bronzants des touristes et autres baigneurs autochtones.

Les amendes de plusieurs millions d’euros de condamnation de la France par l’Europe depuis des années et des années n’y suffisent pas pour que des solutions efficaces soient mises en oeuvre par le gouvernement, et notre hôtesse désespérée en appelle aux Verts pour trouver une solution…

Mais les solutions techniques sont connues : interdiction d’établissement des élevages hors-sol, limitation et retour à un système d’élevage traditionnel dans le respect de son environnement, récupération des déjections sur paillis pour compostage et récupération de méthane…

Ce qu’il manque c’est une AMBITION politique, ambition qui a pour nom VOLONTE politique. Les Verts portent, et portent seuls, cette volonté politique, mais ce sont en définitive les électeurs qui décident. Madame, chère madame, chère agréable hôtesse bretonne, c’est devant les urnes qu’il vous faut vous rappeler que les algues vertes pullullent chaque jour à vos pieds.

Posted in Ecologie politique, Les Verts | Leave a Comment »

Urbanisme

Posted by bfen sur 10 août 2007

Le numero 27 d’EcoRev’ vient de paraitre… Son dossier principal, Ecopolis, dresse un panorama des idées et des pratiques écologistes de la métropole. Son mini dossier, Dans les friches de l’écologie politique, est le premier volet d’une réflexion a laquelle chacun peut contribuer dans nos colonnes…

Vous pouvez vous procurer ce numéro en le commandant directement sur internet – ici : http://ecorev.org/article.php3?id_article=107 – ou par courrier (avec un cheque de 7 euros. L’adresse : Ecorev’, 22 villa des sizerins, 75019 Paris)

Le sommaire :

Ecopolis
Dossier coordonné par Mathilde Gralepois

La ville et l’urbain
Henri Lefebvre

Marches en ville
Michel de Certeau

Les écoles de pensée en urbanisme face à la métropolisation
Mathilde Gralepois et Aurélien Boutaud

EcoZAC de Rungis et écoquartiers : retour d’expérience

Elsa Gheziel

PADD et Agenda 21 : concurrence ou complémentarité dans le développement des villes durables en France ?

Roberto A. M. Magalhaes

Transports urbains : faire la vélorution pour changer la ville

Philippe Colomb et Jérôme Desquilbet

L’utopie sociale de la ville durable

Bruno Villalba

L’architecture action : de la co-participation à l’autogestion

L’atelier d’architecture autogérée

L’étouffoir publicitaire

Juste Jérisse

L’horizon a besoin de vous

Laure Nicolas

Dans les friches de l’écologie politique, volume 1

Dossier coordonné par Erwan Lecoeur

Petit retour sur une séquence électorale

Erwan Lecoeur

Vert pâle. Misère de l’écologie politique française

Laurence Guého et Frédéric Neyrat

Les Verts : la fin d’un cycle et ses raisons

André Gattolin

Hommage

Jacques Robin, l’homme qui relie – Jean Zin

Kit militant

Ippidas, les éclaireurs de l’autopromotion/Les coopératives d’habitants

Posted in Décroissance sélective et équitable | Leave a Comment »

Nouvel article de Guichainville Environnement Haute Normandie

Posted by bfen sur 10 août 2007

Méthanisation

Guichainville Environnement Haute Normandie vous invite à consulter l’article « Méthanisation de 100 % des biodéchets à Calais« 

Plusieurs paramètres environnementaux interviennent dans le choix de la méthanisation :

Pour lire la suite, cliquez ici…

Posted in Environnement | Leave a Comment »

Les cartons de la semaine du 7 au 14 août 2007 ont été distribués…

Posted by jfihey sur 10 août 2007

 

Rubrique proposée par Jacqueline Fihey

et Jean-Yves Guyomarch

 

 

Contribuez à la vie de la rubrique en apportant vos commentaires

Cette semaine appelle des cartons dont la couleur traduit l’humeur de l’auteure :


Carton rouge à cause

cliquez pour lire la suite…

Posted in Environnement | Leave a Comment »

Municipales 2008

Posted by jyguyomarch sur 8 août 2007

 

Juillet 2007

Une autre ville est possible… jyg.jpg

 

En 2001, Jean-Louis Debré promettait que Évreux deviendrait une ville dynamique, attractive, motrice pour le développement économique de l’agglomération. Le maire et son équipe municipale ont été incapables de donner le souffle nécessaire pour affronter les enjeux du XXIème siècle, bien au contraire.

L’homme politique dont le carnet d’adresses était pourtant bien rempli, n’a pas réussi en 6 ans à donner une autre dimension à Évreux. Sa politique municipale n’a jamais été adaptée aux réalités d’aujourd’hui et aux défis qui nous attendent.

Les élections municipales de 2008 approchant, on voit certaines et certains tenter de se positionner comme personne providentielle capable d’offrir aux Ébroïciennes et Ébroïciens de nouvelles perspectives, une politique alternative à celle de Jean-Louis Debré et Jean-Pierre Nicolas.

Nous ne croyons pas en un maire dont la seule personnalité suffirait à sortir la ville et l’agglomération de sa léthargie. Nous pensons que l’heure n’est pas aux rivalités et affrontements personnels mais au rassemblement citoyen pour convaincre qu’une autre ville est possible. Nos concitoyens sont en attente d’une équipe dynamique, disponible et compétente pour construire et mettre en oeuvre le programme qui redessinera notre avenir et celui des générations futures.

 

Penser qu’une autre ville est possible c’est à la fois exprimer son désaccord avec les politiques municipales actuelles et être en capacité de proposer une autre voie pour la ville.

 

Les défis qui nous attendent dans les années à venir sont clairement définis, les belles paroles des députés-maires ne suffisent plus, il nous faut mettre notre énergie au service d’un développement soutenable pour que enfin, la ville aborde sereinement les années à venir.

 

Les politiques économique, sociale ou environnementale menées depuis 6 ans, montrent à quel point nous sommes dans une impasse. Quelques exemples sont très significatifs et vont nous obliger à penser autrement.

Avec la zone du long buisson, on nous promettait l’arrivée de nouvelles entreprises génératrices de nombreux emplois mais la réalité est bien différente. Certes il y a des installations d’entreprises mais la plupart d’entre elles étaient déjà implantées dans des communes environnantes. Les créations d’emplois restent plus que limitées par rapport aux ambitions affichées en 2001 par Jean-Louis Debré. Les résultats sont même très décevants quand on sait que l’INSEE place l’agglomération d’Évreux comme une des zone de Haute-Normandie au plus fort potentiel de développement économique pour les dix années à venir.

Avec une désorganisation progressive, rapide et minutieuse de la ville, les habitants perdent leurs repères. Le monde associatif, faute de moyens, se trouve affaibli et ne peut plus assurer pleinement sa mission de soutien et de lien social. Beaucoup de quartiers sont oubliés et restent trop refermés sur eux mêmes. Les rénovations des maisons de quartier et du théâtre sont indispensables et souvent obligatoires pour des raisons de sécurité mais malheureusement ces investissements ne sont pas pensés comme des outils structurants pour la ville et ses habitants.

Concernant les déplacements, l’agglomération a fait l’objet d’un Plan de Déplacement Urbain. Celui-ci préconise, entre autre, la construction de parkings périphériques, or le maire d’Évreux, en pleine contradiction avec les résultats du PDU, décide la construction d’un parking derrière l’hôtel de ville. Pourtant chacun sait que la lutte contre le réchauffement climatique et l’émission de gaz à effet de serre doivent être une priorité pour les collectivités locales. Le maire et président de l’agglomération d’Évreux oublie volontairement d’inscrire le développement des transports alternatifs à la voiture dans la politique de déplacement de la ville et de l’agglomération.

Aujourd’hui la distribution de l’eau à Évreux est gérée par la communauté d’agglomération. Son prix est raisonnable par rapport à de nombreuses villes mais au cours des prochaines années, nous risquons de voir une dégradation de sa qualité et une envolée du prix du m3. La construction de la déviation sud ouest a obligé l’agglomération à trouver de nouvelles ressources en eau ; si la quantité semble aujourd’hui satisfaisante la qualité préoccupe beaucoup l’agence de l’eau et de nombreuses collectivités locales et territoriales. Des zones de protection des captages ont été définies et pourtant l’agglomération ne prend pas les mesures appropriées sur les terrains agricoles : le choix d’une usine de dénitrification semble déjà présent dans l’esprit du président de l’agglomération et de son vice président responsable de l’ « eau ». La conséquence d’un tel choix conduirait à une forte augmentation du prix de l’eau et certainement à la privatisation de sa gestion.

 

La gestion qu’a connue Évreux, surtout depuis 6 ans, doit nous inciter à donner de nouvelles orientations politiques et programmatiques pour notre ville. Le chantier est important. Il nous faut proposer aux Ébroïciens un programme qui préparera Évreux à affronter les défis des années à venir.

 

Nos concitoyens sont en attente de changement, nous devons leur montrer notre envie et notre capacité de construire pour eux et avec eux une autre ville. Nous devons soutenir les collectifs travaillant sur de nouvelles perspectives qui nous engagent vers le changement. Le collectif « Champs libres » est dans cette démarche de réflexion et de propositions pour imaginer la ville de demain. Le collectif veut agir pour le développement durable, pour développer l’emploi de proximité, pour redonner toute sa place au milieu associatif et pour donner à chacun la possibilité de participer à la vie de sa ville.

Oui une autre ville est possible. A l’instar de nombreuses villes, Évreux peut être reconnue comme une ville dynamique où il fait bon vivre. Sa situation géographique, sa taille, sa diversité, l’esprit d’initiative de ses habitants ainsi que le potentiel économique de l’agglomération sont autant d’atouts pour que Évreux devienne attractive.

 

En 2001 nous attendions le renouvellement des politiques et de l’équipe municipale et c’est dans ce cadre que la liste conduite par les Verts avait présenté un programme donnant de nouvelles orientations pour la ville . Nombreux ont été les électeurs à lui faire confiance.

Mais le changement ce n’est pas uniquement le basculement de majorité droite-gauche.

Nous ne sommes pas de droite, la politique municipale d’Évreux est aujourd’hui de droite et nous ne partageons cette vision de la société. Aujourd’hui la situation sociale, environnementale et économique montre en plus l’inefficacité des traditionnelles recettes politiques qui sont mises en place.

La pertinence de nos propositions de 2001 et l’expérience que nous avons acquises dans les institutions depuis 6 ans doivent nous permettre d’aborder les prochaines municipales avec optimisme, ambition et conviction. Nous devons continuer à afficher clairement les valeurs de l’écologie politique. qui ont pour socle la protection de l’environnement, d’autres formes de solidarité et une nouvelle approche du développement économique.

Nous sommes nombreux à imaginer des outils pour aller vers plus de justice sociale, pour lutter contre le réchauffement climatique, pour faire émerger de nouveaux emplois… Les associations continuent à se battre pour rester acteur et jouer pleinement leur rôle malgré une municipalité qui ne cesse de les affaiblir. Des structures alternatives commencent à voir le jour en montrant la pertinence de leur existence.

Pour que toutes ces initiatives se traduisent en un projet collectif, nous devons nous rassembler pour faire de 2008 un grand rendez-vous avec nos concitoyens.

Avec une équipe dynamique, diverse dans sa composition, audacieuse, disponible et qui partage les mêmes valeurs de société nous redonnerons à Évreux et l’agglomération, l’énergie de décider et d’entreprendre autrement.

 

Jean-Yves Guyomarch

Conseiller Régional Haute-Normandie

Conseiller Municipal Evreux

 

 

 

 

Posted in Ecologie politique, Elections municipales, Les Verts | Leave a Comment »

Les labels Haute Perfomance Energétique

Posted by bfen sur 7 août 2007

 

 

Le label « haute performance énergétique » atteste la conformité des bâtiments nouveaux à un référentiel qui intègre les exigences de la réglementation thermique, le respect d’un niveau de performance énergétique globale de ce bâtiment supérieur à l’exigence réglementaire et les modalités minimales de contrôles.

Le label « haute performance énergétique » comporte deux niveaux correspondant à une consommation conventionnelle d’énergie inférieure :

·        soit, de 10% à la consommation conventionnelle de référence définie à l’article 9 de l’arrêté du 24 mai 2006  relatif aux caractéristiques thermiques des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments ; le label « haute performance énergétique » est alors appelé «Label haute performance énergétique, HPE 2005 » ;


·       soit, de 20% à la consommation conventionnelle de référence  ; le label « haute performance énergétique » est alors appelé  « Label très haute performance énergétique, THPE 2005».

Ces labels vont être un moyen de valoriser les systèmes solaires thermiques auprès des maîtres d’ouvrages ou des constructeurs de maisons. Dans le secteur social, l’obtention du label Haute Performance Energétique conditionne l’obtention de majoration de l’assiette de subvention ou d’augmentation des loyers.

 

Posted in Décroissance sélective et équitable | Leave a Comment »

Jean Goujard Utopiste Visionnaire

Posted by bfen sur 3 août 2007

C’est après avoir consulté le compte-rendu de la soirée « une autre ville est possible » que Jean Goujard a décidé de prendre contact avec Champs Libres et de proposer à la reflexion du collectif les fruits d’un travail qu’il a mené il y a quelques années sur les transports en commun à Évreux.

dsc_2072.jpg

C’est donc avec enthousiasme que Jacqueline Fihey, Jean-Yves Guyomarch et Benoît Fenault sommes allés passer une après-midi avec Jean pour qu’il nous présente ce formidable projet qu’il a élaboré pour répondre à une demande faite aux citoyens par une précédente municipalité.

Évreux était encore une ville qualifiée de « petite » et de « bourgeoise » lorsque Jean Goujard y est né en 1935. Sous les bombardements, il a souffert avec avec Elle… et, il l’a vue ruinée. Comme apprenti, puis monteur électricien, il a participé à sa reconstruction. Évreux devait connaitre son expansion pendant que le travail de Jean le retenait ailleurs. En juillet 1974, il la retrouvait enfin, embellie, agrandie.

 » Dans les mois qui suivirent mon retour, j’ai redécouvert ma ville, la trouvant en bonne santé économique, mais gênée dans son développement par de mauvaises communications entre les quartiers périphériques et le centre-ville.

De toutes évidences, les transports en commun sont un soucis majeur de notre municipalité.

Celle-ci, à l’occasion du vote du budget 1979 a fait appel à nos concitoyens pour une participation active, et c’est alors que l’idée m’est venue de mettre noir sur blanc une reflexion personnelle sur les transports en commun ébroïciens que mes responsabilités antérieures ont fait naître… « .

Jean Goujard a en effet été Directeur du C.F.T.I.P. (Chemin de fer touristique et industriel de Picardie, concessionnaire du réseau métrique dit « de la Somme ». Ce réseau a assumé jusqu’en 1972 le service public de transport en commun comme par exemple les Chemins de fer corses.

Jean Goujard va alors confronter son idée avec trois types de documennts :

– une étude du secrétariat des transports, à savoir, « l’utilisation de véhicules légers sur rails (tramways modernes) pour la desserte urbaine ».

– une étude du cycle supérieur d’aménagement et d’urbanisme de l’institut d’études politiques de Paris, « pour une politique globale des déplacements à Evreux ».

– une documentation personnelle sur les récentes réalisations de transport collectif, nombreuses en France.

C’est ce passionnant projet que nous avons écouté avec beaucoup d’attention durant tout cet après-midi. Que Jean Goujard soit ici remercié de la confiance qu’il nous a témoigné en nous livrant ce travail de mémoire tout d’abord, puis en acceptant de remettre la main à la pâte avec Champs Libres dans les mois à venir afin de réactualiser ce projet en vue de l’intégrer dans la proposition programmatique que nous présenterons aux habitants de l’agglomération d’Évreux lors des municipales de mars 2008.
dsc_2075.jpg

Nous ne pouvons que vous laisser savourer les mots d’introduction que Jean a apportés à son projet, conscient de la réelle difficulté que rencontrerait sa proposition , à savoir l’inertie face au changement, mais aussi imprégné d’une lucidité que l’on peut sans conteste qualifier de visionnaire.

 » UTOPIE,

un mot terrible ;

une arme qui tue l’Idée,

blesse son auteur,

rompt le dialogue,

sanctionne la réflexion qui n’est pas celle du plus grand nombre,

stoppe la recherche,

rejette.

Le  » tramway-utopie  » est un cliché largement diffusé,

et s’appliquer à le détruire est peine perdue.

Alors, gardons le cliché,

mais changeons son image « .

dsc_2088.jpg

Photo non contractuelle du tramway nommé utopie

Posted in Décroissance sélective et équitable, Elections municipales, Environnement | Leave a Comment »

Agir ensemble

Posted by jyguyomarch sur 1 août 2007


Dans le cadre du collectif Champs Libres, nous menons une démarche de réflexions pour imaginer nos villes de demain. Nous savons que nous vivons une période sans précédent ; un des exemples le plus significatif est la transformation climatique qui affecte notre planète.

Aujourd’hui nous sommes une centaine de citoyennes et citoyens convaincus de la nécessité de proposer une politique locale alternative, écologique et plus solidaire.

Les commissions créées par Champs Libres travaillent sur des domaines aussi variés que l’environnement, la culture, ou la démocratie participative… Le fruit de ce travail vise l’émergence de politiques municipales cohérentes sur l’ensemble du territoire du Sud de l’Eure.

Lors des élections municipales 2008, chaque électeur devra choisir une équipe qui gérera sa commune et, conséquence très importante, les conseils municipaux désigneront leurs représentants siégeant dans les communautés d’agglomérations ou les communautés de communes. Celles-ci sont des échelons de gouvernance territoriale qui prennent de plus en plus d’importance. Dans le cadre de leurs compétences, elles se doivent de mettre en place des politiques économique, sociale et environnementale cohérentes.

Parce que nous souhaitons nous engager dans de véritables transformations, l’élection de conseillers municipaux dans le plus grand nombre de communes nous permettra donc d’agir au quotidien dans nos communes et collectivités territoriales pour le développement durable. Notre vision de la société n’est pas celle de la plupart des élus actuels. Dès lors, les enjeux de notre présence sont doubles : convaincre les autres conseillers municipaux de la pertinence de nos idées et mettre en place de nouvelles politiques.

Mais faire le pas pour se présenter aux élections reste parfois difficile pour des raisons nombreuses et diverses. Hommes et femmes de conviction, nous savons que notre engagement sera plein et entier mais que seul il est difficile d’exister et de convaincre. Un des buts de Champs Libres est donc de mettre en action une dynamique collective en se positionnant comme un lieu de rencontre et de construction des programmes municipaux.

La solidarité et la participation collective sont deux valeurs fondamentales de l’écologie politique. On peut être membre du collectif pour participer à la réflexion et faire émerger des idées mais on peut aussi en être membre dans la perspective d’une candidature au poste de conseiller municipal dans sa commune. Le travail programmatique que nous engageons doit être collectif, participatif et Champs Libres a donc pour ambition de rassembler toutes celles et tous ceux qui souhaitent s’engager pour un développement soutenable qui nécessite de nouvelles orientations des politiques publiques.

La prochaine réunion du collectif « Champs Libres » aura lieu le lundi 17 septembre 2007 à 20 H 00 à la maison de quartier de Nétreville « Jeune Cité » à Évreux.

vous y avez votre place, nous comptons sur vous.

Jean-Yves Guyomarch

Conseiller Régional de Haute Normandie

Conseiller municipal d’Évreux

Posted in Décroissance sélective et équitable, Ecologie politique, Elections municipales | Leave a Comment »