CHAMPS LIBRES / LES VERTS – EUROPE ECOLOGIE

Citoyens, Associations et Verts, des pays d’Evreux Avre et Iton –

Archive for juin 2007

Soirée « Une autre ville est possible »

Posted by bfen sur 30 juin 2007

CHAMPS LIBRES

Collectif d’ouverture des citoyens et des verts pour les municipales de mars 2008

CHAMPS LIBRES est un collectif qui s’est constitué avec les adhérents des Verts et de nombreux citoyens qui souhaitent placer l’écologie au centre d’un projet politique de transformation sociale.

CHAMPS LIBRES fixe pour objectif l’élaboration d’un programme municipal et d’agglomération répondant aux défis environnemental, social et démocratique et visant à réconcilier citoyens et politique.

Le collectif participe activement à la préparation des élections municipales 2008 et présentera des listes et des candidats au premier tour, tout en élaborant parallèlement un programme de gestion municipale de second tour avec les partis de la gauche.

Votre participation au collectif permettra la conception d’un projet démocratique et écologique, capable de redonner espoir aux habitants de nos communes.

C’est dans ce cadre que CHAMPS LIBRES vous invite à la soirée de restitution de l’ensemble de ses travaux. Nous pourrons ainsi commencer à poser, ensemble, les bases de la construction d’un programme municipal montrant qu’une « autre ville est possible ».

Soirée « Une autre ville est possible »

Mercredi 4 juillet 2007

 

20 h 00

Maison de quartier de Nétreville (Jeune Cité)

5 rue Dugay-Trouin

 

Évreux

Cette soirée d’étape est l’occasion pour des personnes qui ne connaissent pas encore CHAMPS LIBRES de découvrir notre collectif et sa démarche. C’est pourquoi nous vous remercions de transmettre cette invitation à des personnes de votre entourage.

 

Publicités

Posted in Elections municipales | Leave a Comment »

Agro-carburants : l’énergie du désespoir

Posted by bfen sur 29 juin 2007

Le Conseil Général de l’Eure a présenté lors de sa session plénière du 21 juin son plan climat pour lutter contre le réchauffement climatique. L’idée est séduisante puisqu’il s’agit de s’appuyer sur les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre sur le département pour créer des emplois locaux qui par définition ne seront pas délocalisables.

Les secteurs visés par ce plan concernent un appel à projet de logements sociaux HQE et les transports.

 

Concernant les logements sociaux, il nous faudra attendre que les grandes lignes de ce projet soient rendues publiques pour pouvoir nous prononcer sur l’opportunité réelle que représentera son impact sur l’environnement certes, mais aussi sur les conditions de vie des futurs locataires. Quels critères environnementaux seront retenus ? Combien de logements seront concernés ? A quel horizon ? Quelles filières d’approvisionnement d’énergie seront privilégiées ? Quelles modalités de financement de l’investissement ?

 

Concernant les transports, un colloque organisé par les départements de l’Eure et de Seine-Maritime est prévu en date du 5 octobre. En attendant, il est nécessaire de décrypter les conséquences que ne manquerait pas de générer un choix qui consisterait à développer la production de carburants issus de l’agriculture. En effet, à ce jour toutes les études remettent en cause l’efficacité d’un tel dispositif. Plus même : le développement du secteur agricole pour une production de carburant exacerbe les prix du secteur agricole alimentaire alors même que l’efficacité environnementale lui est contestée. On ne saurait trop alerter avant que de s’engager vers de tels choix qui seront économiquement coûteux et écologiquement désastreux. Rappel…

 

 

Tout d’abord, toute politique énergétique doit prioritairement s’orienter vers la réduction globale des consommations énergétiques, seule et unique solution au changement climatique. Ce point crucial est rappelé aujourd’hui même par la publication d’un rapport de l’Inspection générale de l’environnement (IGE) et du conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux sur «la mise en œuvre du plan biocarburants au regard de la protection de la ressource en eau» les instances les plus officielles.

 

 

Selon les auteurs du rapport, «les objectifs du plan biocarburants sont, par nature, antinomiques avec les préoccupations en matière de protection de la qualité de l’eau, dès lors que le développement des cultures énergétiques passe par un accroissement des surfaces cultivées et une intensification des cultures.» Cette intensification des cultures signifie une très forte augmentation des pesticides, herbicides, fongicides, insecticides, et autres intrants chimiques et par conséquent une pollution accrue des nappes phréatiques, de toutes les réserves d’eau potable et de l’air que nous respirons. Les Verts, comme nombre d’acteurs environnementaux, condamnent le recours à la production d’agro-carburants médiatisés sous le nom abusif de « bio-carburants ».

 

 

Si l’on étend le regard à l’horizon de la planète, les conséquences du développement des agro-carburants sont dramatiques et désastreuses :

 

 

– Intensification des risques de famines et des problèmes de souveraineté alimentaire dans les pays pauvres ou « émergents ». Risques de crises alimentaires dans les autres pays.

 

– Droits humains bafoués dans les pays pauvres pratiquant les monocultures de canne à sucre, de soja et de palmier à huile (esclavage, conditions misérables de travail et de salaire…).

 

– Intensifications des maladies cancérigènes et mutagènes provoquées par les pesticides utilisés d’autant plus libéralement que les cultures ne sont pas alimentaires.

 

– Porte ouverte supplémentaire pour les OGM.

 

– Accentuation des expropriations des petits paysans de leur terre en Amérique latine et Asie.

 

– Bilan énergétique plus que douteux pour la planète comme pour le consommateur.

 

– Accroissement de la perte de biodiversité par la destruction des forêts tropicales et la quasi-disparition des jachères dans les zones tempérées.

 

– Accentuation du réchauffement climatique par la destruction des forêts tropicales.

 

– Pression supplémentaire sur la ressource en eau et accroissement de la pénurie en eau.

 

– Accélération des processus d’érosion des sols et de désertification par des pratiques culturales destructrices (monocultures, intrants chimiques, etc.).

 

– Démultiplication du pouvoir d’une poignée de multinationales détenant les semences, les OGM, les pesticides (insecticides, herbicides…) et une part de l’énergie nécessaire à notre quotidien.

 

 

Jacqueline FIHEY

Jean-Yves GUYOMARCH

 

 

 

Posted in Décroissance sélective et équitable | Leave a Comment »

Réseau des Régions d’Europe sans OGM : la « déclaration de Rennes » du 30 novembre 2005

Posted by bfen sur 26 juin 2007

Les régions européennes fédérées au sein du Réseau des régions Libres d’OGM, conscientes des enjeux économiques, sociaux et environnementaux posés par les OGM en agriculture et en alimentation souhaitent attirer l’attention de la Commission Européenne, des Etats et de l’opinion publique de l’Union sur les trois motivations qui guident leur action.

a) Le droit de choisir durablement une agriculture garantie sans OGM : Il leur paraît impératif de conserver durablement une agriculture de qualité indemne de tout recours aux organismes génétiquement modifiés. Témoins de la richesse et de la diversité culturelles de l’Europe mais aussi gage de maintien des maillages socio-économiques et des paysages dans leurs campagnes, les régions considèrent qu’il est de leur devoir de garantir aux consommateurs des produits authentiques et sains issue d’une agriculture exempte d’OGM.

-  b) La défense de la biodiversité : Il leur paraît vital, alors que la biodiversité est menacée sur l’ensemble du globe, d’éviter les phénomènes d’irréversibilité que pourrait entraîner une dissémination irréfléchie d’organismes vivants génétiquement modifiés susceptibles de modifier la faune, la flore et de cycle de la vie pour les générations futures.

-  c) Le contrôle et la responsabilisation de l’usage des OGM : Les régions européennes veulent que s’instaure un contrôle et une responsabilisation dans l’usage des organismes génétiquement modifiés. Ces principes justifient une transparence dans leurs utilisations. Les régions européennes réclament une couverture de l’ensemble des coûts afférents à la séparation des filières OGM et non OGM, ainsi qu’ un mécanisme de dédommagement par les acteurs des filières OGM en cas de contamination intentionnelle ou accidentelle.

A la suite de la Conférence de Florence de février 2005, qui avait posé les principes d’action du réseau dans la Charte du GM-Free Region’s Network, les régions-membres, encouragées par l’audience croissante de leur action, ont lancé une dynamique de dialogue et de propositions avec les instances communautaires, nationales, locales et les organisations non-gouvernementales.

Les membres du Réseau des régions libres se sont accordés sur la défense des quatre orientations :

  1. Les règles de coexistence sont décidées sur une base régionale et/ou locale.
    L’arrivée des OGM en agriculture et dans l’alimentation pose directement la question des règles de coexistence avec l’agriculture conventionnelle ou biologique.

    Du fait de l’ancrage, par leur origine ou leur provenance, des filières de qualité au territoire, et considérant qu’il est impossible de fixer des règles de coexistence sérieuses au seul niveau de l’exploitation, les membres du Réseau estiment qu’il est nécessaire que les Régions et/ou les autorités locales soient définies comme « échelle appropriée » pour mettre en œuvre la coexistence entre cultures génétiquement modifiées et cultures conventionnelle ou biologique.

    Afin de garantir une parfaite étanchéité, les critères pris en compte devront intégrer les zones géographiques présentant un intérêt pour la biodiversité et/ou les paysages ; ils devront également tenir compte des aires de production des filières de qualité évoluant sous label officiel. Il devra en outre être prévu un ensemble de préconisations techniques pour garantir une absence totale de porosité du matériel génétique entre cultures modifiées et agricultures conventionnelle ou biologique.

    Enfin, afin de garantir l’avenir des productions sous signe officiel de qualité, le Réseau estime que les cahiers des charges des filières sous labels officiels doivent proscrire l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés.

  2. Le principe de précaution s’applique à l’usage des OGM. La dissémination des OGM peut générer des effets irréversibles et incontrôlables pour la biodiversité. Il n’existe pas de garantie quant à l’innocuité des OGM pour la santé humaine. Dans ce contexte, le Réseau considère que le principe de précaution doit primer et estime nécessaire une révision de la Directive 2001/18. Les dispositions de cette directive devront être fondées sur le principe d’action préventive et tenir dûment compte des risques spécifiques de dissémination du matériel génétiquement modifié pour chaque espèce.

    En outre, afin de garantir une parfaite sécurité dans l’utilisation des OGM, il s’avère nécessaire de conduire des programmes de suivi, de recherche et d’action visant à une maîtrise acceptable de leurs impacts potentiels.

    Les régions du Réseau demandent que soient mises au point des procédures fiables d’échantillonnage, de suivi des points critiques et des risques de transfert de toute nature des contaminations. Ces méthodes devront être spécifiquement conçues pour la détection des OGM. Le Réseau souhaite que soit créé un réseau de laboratoires agréés et indépendants ayant accès à l’ensemble des informations ayant permis l’autorisation de tous les OGM en Europe.

    Enfin les régions du réseau GM Free déplorent la rareté des évaluations économiques quant aux coûts induits par l’apparition des OGM en Europe. De nombreux aspects fondamentaux n’ont pas connu de chiffrage et rendent l’analyse coûts – bénéfices des OGM pour le producteur et le consommateur largement incomplète.

  3. Le principe de responsabilité juridique et pénale des opérateurs. Les régions du Réseau considèrent que les opérateurs utilisant des OGM ont des devoirs quant aux conséquences d’une dissémination de matériel génétiquement modifié dans des filières où ils sont prohibés.

    Ainsi une dissémination soit dans l’alimentation animale soit dans le milieu naturel est susceptible de réduire à néant les efforts faits par une filière pour installer son image de marque et fidéliser ses consommateurs. Il est à craindre que les dommages soient économiques par la perte de marchés, sociaux par la déstabilisation de l’organisation des producteurs, et environnementaux car les exploitations agricoles ont un rôle de production mais aussi de gestion de l’espace et aussi de préservation des ressources naturelles.

    Compte tenu de ces risques multiples, le Réseau demande que la dissémination d’OGM soit subordonnée à la mise en oeuvre du principe pollueur – payeur. Le Réseau demande en outre qu’il soit prévu un fonds abondé par les producteurs d’OGM pour une indemnisation exhaustive des dommages directs et indirects afin que ces opérateurs puissent faire face aux obligations légales et pénales leur incombant en cas de contamination.

  4. L’exigence du co-développement entre les producteurs. Etant entendu que l’agriculture européenne a intérêt à retrouver plus d’autonomie dans sa production d’alimentation du bétail et que des efforts de recherche doivent d’ailleurs être faits en ce sens ;

    L’agriculture européenne, pour produire, a toutefois aujourd’hui recours à des matières riches en protéines (MRP) pour l’alimentation animale, notamment sous forme de soja, provenant d’autres régions du monde.

    Dans un souci de cohérence, les régions du Réseau sont parfaitement conscientes qu’elles ne peuvent soutenir des importations de MRP génétiquement modifiées alors qu’elles en interdisent ou en limitent l’utilisation chez elles. Il est donc essentiel de sécuriser des approvisionnements en protéines végétales non OGM, selon des principes de juste rémunération des producteurs.

    A cette fin les régions du Réseau chercheront à mettre en place une dynamique de co-développement entre régions de production et de consommation de protéines végétales non OGM.

Posted in Environnement | Leave a Comment »

La concentration de l’offre culturelle à Evreux

Posted by bfen sur 26 juin 2007

 

La PROCHAINE REUNION de la commission Culture aura lieu

 


Vendredi 29 juin 2007 à 20 heures,


à La Chapelle,

 

rue de la Cavée Boudin –

 

Théâtre Méga-Pobec

 

Posted in Culture | Leave a Comment »

Démocratie : le fait majoritaire est-il dépassable ?

Posted by bfen sur 26 juin 2007

Notre démocratie doit elle s’arreter à déterminer quel est le plus fort, le majoritaire, ou peut-elle rentrer dans l’affinage qui rend les choses bien meilleures ?


Vous êtes cordialement invité-e-s à

un atelier de réflexion sur la démocratie

avec présentation des scrutins préférentiels

Reservez votre soirée

le 3 juillet de 20h à 23h,

amphithéâtre du Conseil régional,

esplanade du Champ de Mars

(en face du bâtiment principal du Conseil régional av. Gambetta),

Rouen

Intervenant : Peter Emerson, Institut de Borda, Irlande du Nord

(voir http://www.deborda.org)

Intervention en anglais avec traduction consécutive, démonstration des techniques de vote, débat avec la salle.

Et si majorité n’égalait pas démocratie ? Et si on gagnait tou-t-es un peu ? Et si l’ensemble des préférences étaient prises en compte ? Et si votre avis ne pouvait pas se résumer à un oui ou un non ? Et si le processus était aussi important que le résultat ? … Débattons-en nombreux le 3 juillet à Rouen !


Posted in Les Verts | Leave a Comment »

LIBERTE – EGALITE – PESTICIDES

Posted by bfen sur 22 juin 2007

Je préparais ma lettre à Nathalie Kosciusko-Morizet en surveillant la télé d’un œil.

Je voulais l’informer du risque de pesticides sur les captages d’Evreux.

Et puis, la nouvelle est tombée, et moi j’ai laissé tomber !…

L’Union des fabricants de Pesticides ( UIPP ) vient de publier un communiqué pour se féliciter de la nomination de notre

nouvelle Secrétaire d’Etat à l’Ecologie, en ajoutant, d’un ton protecteur, que Nathalie Kosciusko-Morizet est compétente,

et qu’elle a beaucoup changé …

Jusque là, j’imaginais bien qu’un haut responsable du Ministère de l’Ecologie ne pouvait pas être nommé sans l’aval des fabricants de Pesticides.

J’imaginais … Maintenant c’est clair !

On peut s’étonner de la maladresse du propos de l’UIPP ( imaginez un peu que la Mafia publie un communiqué pour se

féliciter de la nomination du Ministre Italien de la Justice ! ), mais il faut vivre avec son époque : on avait depuis peu la

Droite décomplexée, alors pourquoi pas les pollueurs décomplexés ?

Non ! Je n’ai pas dit que ce sont les mêmes ! Faut pas confondre UMP et UIPP …

Yves CALONNEC

 

 

 

 

 

 

 

 

Posted in Environnement | Leave a Comment »

Quelle politique culturelle pour les municipales ?

Posted by bfen sur 22 juin 2007

La prochaine réunion de la comission Culture de Champs Libres aura lieu

vendredi 29 juin

à 20h00

à la Chapelle de la cavée Boudin,

rue de la Cavée Boudin, (derrière la Jeanne d’Arc de Navarre)

Evreux.

où le théâtre Méga-Pobec a la gentillesse de nous accueillir ce soir là.

Pour les personnes qui ne connaissent pas ce lieu, possibilité de se faire guider en appelant Dominique au 06 14 90 88 95.

Posted in Culture | Leave a Comment »

Principe de précaution (déchets-incinérateurs)

Posted by bfen sur 16 juin 2007

Aujourd’hui les départements de Corse, du Puy de Dôme et bien d’autres…s’interrogent ou repoussent la décision de la construction d’un incinérateur pour le traitement des ordures ménagères.

Pendant ce temps, dans l’Eure,… Pour lire la suite, cliquez ici…

Posted in Environnement | Leave a Comment »

Champs Libres vous invite à une visite inatendue

Posted by bfen sur 15 juin 2007

Dimanche après-midi 17 juin Dominique George propose de visiter l’exposition

« rêver la ville » à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine Paris

(Palais de Chaillot, métro Trocadéro) entrée 5 euros, TR. 3 euros, dim. 11h-19h :

 

Portzamparc, Rêver la ville / Avant > Après.

Architectures au fil du temps.

l’actualité de Portzamparc en projets et maquettes / Un voyage

dans l’architecture contemporaine en film. »

 

Co-voiturage, Dominique GEORGE : 06 14 90 88 85

 

Réalisations et projets de Christian Porzamparc :

http://eras.free.fr/html/archi/portz.html

 

L'image “https://i0.wp.com/www.citechaillot.fr/data/exposition/exposition_exposition/32/vignette/portzampars90_1b87e.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

 

Rêver la ville parce que « pour matérialiser les projets à l’échelle de la ville et de l’architecture, il faut s’accrocher à ses rêves ».

De Paris à New York et à Rio, en passant par Pékin et Beyrouth, l’exposition dévoile les réalisations récentes et les projets en cours de l’architecte, pour la plupart encore inconnus du public, mais aussi quelques « fictions » qui ne
seront pas réalisées, comme le So Bella à Las Vegas.

Christian de Portzamparc construit dans le monde entier des bâtiments singuliers, des lieux dédiés à la musique : Cidade da musica à Rio de Janeiro, New York City Opera… ; des «morceaux » de ville : deux lots sur l’Hudson River à New-York, le quartier Masséna à Paris… ; des logements : Block 1 à Almere, Pays-Bas… ; des tours sculpturales : Tour Granite à la Défense, 400 Park Avenue à New-York…

Très spectaculaire, la mise en scène de l’exposition est en elle même une installation architecturale où se côtoient, s’interpellent, se répondent les projets : d’une tour à un lot, d’une « fiction » à un bâtiment en train de se faire, d’un quartier de Pékin au musée pour le père de Tintin.

La scénographie joue sur le dialogue entre de grandes maquettes et des films sur des réalisations ou des modélisations de projets en cours, de manière à rendre perceptible l’espace, le temps, la matière, le vide, l’énergie. Les maquettes détaillent « l’objet » architectural, les films permettent de saisir un lieu destiné à être habité. Des télescopages se créent entre des vues proches et lointaines, entre l’espace architectural et la ville. Les visiteurs peuvent
cheminer librement entre les tours, les grands bâtiments et les « morceaux » de ville dans une mise en scène qui met en rapport les projets entre eux afin d’établir la cohérence de la démarche.

Enfin, l’exposition suit l’architecte dans sa réflexion sur la ville, l’îlot ouvert, les échelles multiples, l’éclectisme des matériaux… pour un urbanisme humain et convivial.

Posted in Culture | Leave a Comment »

ALERTE EAU POTABLE !

Posted by bfen sur 14 juin 2007

Madame, Monsieur,

 

Les Ventes… Les Baux-Sainte-Croix… Le Plessis-Grohan… Avrilly… !

Vous habitez une de ces communes, vous savez ce qu’entraîne un captage insuffisamment protégé : Eau polluée… méfiance… achat d’eau en bouteilles… poubelles qui débordent…

Une solution se dessinait avec le raccordement au réseau d’Évreux, repoussé d’année en année depuis 2003. Et en 2006 la Communauté d’Agglo soumettait enfin un dossier à l’enquête publique :

  • forages nouveaux autour d’Arnières

  • périmètres de protection définis par l’hydrogéologue agréé

  • interdiction des pesticides et des engrais chimiques

Donc l’annonce d’une eau de qualité pour bientôt.

Mais, quelques mois plus tard, une fois l’enquête terminée, le Préfet s’apprête à boucler l’opération en autorisant les PESTICIDES et les engrais chimiques sur les zones de captages qui sont désormais les vôtres !

Si vous n’êtes pas d’accord avec ce tour de passe-passe, venez le dire à la réunion publique que nous organisons avec l’aide de plusieurs associations :

 

Vendredi 6 juillet à 20h30 précises

Salle des fêtes communale des Ventes

Si vous êtes d’accord avec le Préfet venez quand même ! Vous pourrez nous dire les bonnes raisons qu’il y a de vouloir des pesticides à cet endroit là. Des raisons qui, à nous, nous ont échappé.

A bientôt donc.

Yves Calonnec
Président d’Évreux Nature Environnement

Champs Libres est associée à l’organisation de cette réunion publique et interviendra pour développer la question :

 

COMMENT PRENDRE EN COMPTE DANS UN PROJET POLITIQUE LES PROPOSITIONS ENONCEES PAR LES ASSOCIATIONS ?

Posted in Environnement | 1 Comment »

Pesticides : A méditer

Posted by bfen sur 12 juin 2007

A méditer

Extrait du livre PESTICIDES Révélations sur un scandale français de Fabrice Nicolino et François Veillerette

 

 »Rien n’empêchera d’écrire cette vérité simple : les termes [herbicide], [insecticide], [pesticide] sont en réalité de terrifiants gros mots.

Lire la suite…

Posted in Environnement | Leave a Comment »

Invitation pour la soirée du 6 juin

Posted by bfen sur 4 juin 2007

CONFERENCE-DEBAT

Cécile DUFLOT, Secrétaire Nationale des Verts,

 

Jacqueline FIHEY et Jérôme BOURLET, candidats des Verts aux élections législatives sur les première, deuxième et quatrième circonscriptions de l’Eure et les suppléants Jean-Yves Guyomarch, et Philippe Hachet

 

vous invitent à venir participer à la conférence-débat

 

« Introduction aux ASSISES DE L’ÉCOLOGIE POLITIQUE »

Ce sera l’occasion d’échanger sur les conditions nécessaires à l’élaboration d’un projet politique solidaire des générations futures et prenant en compte les conséquences environnementales, sociales et démocratiques de nos décisions et de nos actes.

 

mercredi 6 juin 2007

de 19h30 à 22h00, Maison de quartier de Nétreville,

5 rue Duguay Trouin, Evreux

 

Cécile DUFLOT présentera le projet des Assises de l’écologie politique.

Ensuite, des organisations invitées exposeront leur propre point de vue.

Enfin le débat sera ouvert à tout le public.

 

Posted in Ecologie politique | Leave a Comment »

Intervention de Champs Libres lors de la réunion sur les captages d’eau potable de l’agglomération d’Evreux

Posted by bfen sur 1 juin 2007

Jeudi soir 31 mai, une cinquantaine de personnes participaient à la réunion d’information sur les captages d’eau potable de l’agglomération d’Évreux.

Après avoir entendu un remarquable exposé de Yves Callonec, président d’Adesyl et d’Évreux Nature Environnement sur les propositions dites « Aqua simplex » formulées par ENE, nous avons pu entendre le Groupement des agriculteurs Biologiques de Haute-Normandie présenter les impacts comparés de l’agriculture traditionnelle et de l’agriculture biologique sur l’environnement et plus spécifiquement sur les nappes phréatiques.

Quant à Champs Libres, par la voix de Jacqueline FIHEY, le collectif a présenté l’intervention suivante :

Champs Libres est un collectif à vocation politique réunissant Les Verts (actuellement environ ¼ des membres) et des citoyens des pays d’Évreux, Avre et Iton. Ce collectif envisage tous les domaines de responsabilité des communes et agglomérations ou communautés de commune en vue de l’élaboration d’un programme pour les municipales 2008 intéressant toutes les communes du sud de l’Eure.

Des commissions thématiques ouvertes à qui souhaite y participer se réunissent et présentent régulièrement aux autres membres du collectif les fruits de leurs travaux.

La question de la protection des captages d’eau telle que abordée par la commission Environnement du collectif Champs Libres révèle qu’un projet du type « Aqua simplex » présenté par Evreux Nature Environnement relève de responsabilités politiques complémentaires d’agglomération ou de communautés de communes, du Département et de la Région.

 

COMMENT PRENDRE EN COMPTE DANS UN PROJET POLITIQUE LES PROPOSITIONS ENONCEES DANS « AQUA SIMPLEX » ?

 

Aborder la question de la protection des captages c’est examiner :

la qualité de l’eau, la santé publique, les pratiques agricoles, la gestion forestière, mais aussi l’organisation des espaces urbains et péri-urbains, et bien d’autres centres d’intérêts des habitants alentours.

 

De l’eau de source au robinet ? C’est possible avec une volonté politique.

L’eau qui coule au robinet à Mulhouse a reçu en 2005 le label « eau de source » délivré par la préfecture et la DDASS. Un fait unique en France, qui récompense les efforts de la Ville depuis plus de vingt ans pour préserver sa qualité et sa pureté.

Une eau à consommer sans modération

L’eau est considérée comme un patrimoine mondial. Elle jouit d’une excellente réputation dans l’agglomération mulhousienne : 100% naturelle, on peut la consommer au sortir du robinet. Elle dispose des caractéristiques d’une eau de source.

La vocation de la Ville demeure identique depuis plus de 30 ans : distribuer une eau naturellement pure, n’ayant subi aucun traitement.

 

Dans les communes des pays d’Évreux, Avre et Iton

 

Indépendamment de la question environnementale, d’autres commissions du collectif Champs Libres ont détecté un potentiel de vie insoupçonné dans des projets du type « Aqua simples ». En effet, du point de vue de l’écologie, l’aménagement du territoire ne se contente pas d’implanter ou de sur-ajouter des structures aux structures. L’introduction d’un projet, s’il se concrétise sur un espace publique, doit répondre aux besoins et aux attentes des populations qu’elles concernent. Toute nouvelle structure doit s’insérer dans les divers réseaux qui permettent un Vivre Ensemble harmonieux et profitable à tous.

 

La dimension éducation :

 

Les établissements professionnels filières agricoles (lycée horticole d’Évreux, lycées agricoles du département….) doivent trouver le moyen de valoriser leurs compétences : informer et former à des pratiques agricoles à Haute Performances écologiques par exemple.

 

Une éducation éco-sociale axée sur l’utilisation critique de la connaissance et sur une évaluation des conséquences des actions entreprises sous le couvert du progrès doivent permettre d’associer dans l’éducation à l’environnement pour un développement durable la question « Écologie et Vie en société ».

 

La dimension sociale :

Le prix de l’eau doit être établi en fonction de différents critères :


l’équité de redevances entre les consommateurs domestiques,industriels et agricoles
l’accès gratuit à l’eau
le tarif social sur les premiers m3 consommés
le tarif progressif pour les volumes supérieurs, en particulier tarifs industriels (il n’est pas normal de payer moins cher l’eau qui génère des profits et plus cher celle qui est nécessaire à l’hygiène et la santé de chacun)
la protection des nappes phréatiques
le retour à un service public de l’eau

 

Selon le collectif Champs Libres, d’autres dimensions doivent être prises en compte telles les loisirs (lieu de calme et de promenade…), la culture et les sciences (conservation des espèces, pôle de recherche…), la citoyenneté (développement soutenable…), l’économie (emplois de proximité, activités d’économie sociale et solidaire…). 

 

Pour que les propositions « Aqua simplex », enrichies par les propositions d’autres organisations soient concrétisées, elles doivent être portées par un projet politique qui implique l’ensemble des organisations et des personnes concernées :

  • institutions ( chambre d’agriculture, préfecture, collectivités locales…)

  • syndicats ( confédération paysanne , FNSEA, syndicats mixtes…)

  • associations (environnement, consommateurs,culturelles, éducation populaire…)

  • professionnels (santé, enseignement, aménagement du territoire…)

et les politiques.

 

C’est cette démarche écologique que l’on appelle « démocratie participative », terme si souvent galvaudé : Élaborer, Mettre en oeuvre et Développer ensemble un projet politique s’appuyant sur cette diversité d’approches et de propositions.

 

Puis Alain Goffi a invité les personnes présentes à participer à la prochaine commission environnement de Champs Libres qui aura lieu samedi 2 juin à 10h00 à la maison de quartier de Nétreville à Évreux.

Posted in Environnement | Leave a Comment »