CHAMPS LIBRES / LES VERTS – EUROPE ECOLOGIE

Citoyens, Associations et Verts, des pays d’Evreux Avre et Iton –

Pourquoi Jacqueline Fihey se retire de la liste de fusion pour les régionales?

Posted by jyguyomarch sur 20 mars 2010

Je tiens aujourd’hui à remercier chaleureusement les personnes qui ont voté le 14 mars dernier pour la Liste Haute-Normandie Ecologie de l’Eure dont  j’occupais la troisième place .

C’est en pensant aux électrices et électeurs , et notamment aux 1300 ébroïciennes et ébroïciens qui m’ont  soutenue et encouragée par leur vote, que je me dois d’expliquer pourquoi j’ai quitté la liste  de rassemblement de la gauche constituée pour le  deuxième tour.

En effet, je me suis publiquement prononcée  au coté des associations environnementales , et encore tout récemment durant la campagne électorale , contre le  projet de la déviation SW d’Evreux. Il s’appuie sur des études réalisées  à une époque où le « tout-routier » était pensé  comme une solution pour le développement économique de la ville , bien antérieurement  à la crise économique , et à une large prise de conscience des impacts environnementaux .

L’inscription de la déviation SW d’Evreux dans la circulaire officielle qui nous parviendra   pour le vote du 21 mars est loin d’être anecdotique . C’est l’un des points politiquement inacceptables pour moi.

J’aurais certes aimé représenter les écologistes au Conseil Régional . Mais je ne peux cautionner une liste officialisant la réalisation de ce projet.

J’ai donc décidé de m’en retirer.

Partagées par les Verts d’Evreux et du Sud de l’Eure, mes valeurs et mes convictions restent intactes et  ancrées à gauche . Avec eux , je continuerai  donc à œuvrer pour l’écologie  politique dans toutes ses dimensions, notamment sociale et environnementale .

Vous pouvez  toujours compter sur moi.

Jacqueline Fihey

Evreux,  le 17 mars 2010

Posted in Non classé | Leave a Comment »

Savoir prendre ses responsabilités d’élus c’est aussi avoir la pertinence de s’opposer à une mesure injuste dans un contexte social qui rend notre vie de plus en plus difficile.

Posted by jyguyomarch sur 8 janvier 2010

Savoir prendre ses responsabilités d’élus c’est aussi avoir la pertinence de s’opposer à une mesure injuste dans un contexte social qui rend  notre vie de plus en plus difficile.

Même si les françaises et les français ont pris l’habitude depuis mai 2007 de voir le pouvoir incarné par un seul homme : Nicolas Sarkozy, il n’est pas acceptable qu’un homme qui se dit de gauche et démocrate, adopte les mêmes attitudes.

Michel Champredon, maire d’Evreux et président de l’agglomération a subi un revers sans précédent au cours du dernier conseil communautaire. Sa proposition d’une nouvelle taxe sur les ménages a été rejetée à une très large majorité. Au lieu de chercher à comprendre les raisons et tirer les conséquences du refus, il décide de sanctionner les élus municipaux communistes de sa propre majorité et ainsi il acte une cassure et des tensions dans l’équipe municipale.

Celui qui, pendant les dernières élections municipales s’est fait passer pour le rassembleur de la gauche, est aujourd’hui face à une opposition très forte et montre son incapacité politique à sortir la ville et son agglomération des difficultés financières, sociales et économiques.

Jean-Yves Guyomarch

Secrétaire du groupe local des Verts

Posted in élection, Démocratie, Démocratie participative, Evreux Agglo et Sud de de l'Eure, Non classé, Politique | Leave a Comment »

Cercle de silence samedi 5 dec 16h-17h Evreux

Posted by cfenault sur 4 décembre 2009

le prochain cercle de silence aura lieu samedi 5 décembre 16h-17h square G. Brassens (devant la médiathèque) à Evreux.
Venez nombreux et invitez vos amis!

pour  dénoncer ce qui opprime l’homme (en particulier les inacceptables conditions dans lesquelles des familles et des enfants sont enfermés dans des centres de rétention). Le cercle de silence se déroule chaque premier samedi du mois de 16h à 17h square Georges Brassens à Evreux (devant la médiathèque, près de la mairie).

___________________________________________

Posted in Non classé | Leave a Comment »

Nord Niger, une région pillée, un peuple sacrifié

Posted by jfihey sur 15 novembre 2009

Attac27, Association Targuinca, CCFD Terre Solidaire, Collectif Tchinaghen, Les Verts Europe-Ecologie , NPA 27, Sortir du Nucléaire 27 vous invitent,

                                                    le samedi 28 novembre à Evreux,

                                                     à la maison de quartier de Nétreville 

                                                                      6 rue Dugay Trouin

 Journée d’information et de mobilisation :

« Nord Niger, une région pillée, un peuple sacrifié »

 Depuis 40 ans, Areva puise abondamment dans les ressources d’un des pays les plus pauvres de la planète. Le Niger, un des pays les plus pauvres du monde, sera demain le deuxième producteur mondial d’uranium. C’est dans cette absence de partage des richesses et sur fond de crise institutionnelle, que se profile une catastrophe sociale, environnementale et économique. Produire ici de l’électricité d’origine nucléaire a pour corollaire, là-bas, contaminations radioactives et désertification.

À l’heure où la notion de développement durable, admise par tant d’Occidentaux, est mise en avant, le nucléaire, est présenté par les industriels comme une énergie « propre ». Or l’extraction de l’uranium est terriblement polluante et dangereuse puisqu’elle s’attaque à l’homme et ses ressources hydriques vitales et épuisables.

L’exploitation des ressources du Nord-Niger (région d’Agadez) a des conséquences dramatiques contre lesquelles les populations locales n’ont pas les moyens de lutter :

  • la contamination des ressources en eau et à l’épuisement et la pollution des deux grandes nappes phréatiques fossiles de la région d’Agadez, qui assuraient jusqu’ici la survie des populations locales,
  • la spoliation des terres agro-pastorales exploitées par les populations locales,
  • la destruction de la faune et de la flore,
  • la contamination radioactive de l’air…

Le Niger deuxième producteur mondial d’uranium figure pourtant à la dernière place de l’IDH ! Plutôt que de bénéficier des richesses émanant de cette industrie stratégique et très lucrative, les populations nigériennes ne récoltent que désordres et désolation de ce véritable pillage des ressources de leur sous-sol. Les compagnies minières ne s’inquiètent guère de cette catastrophe annoncée : une fois les gisements d’uranium épuisés, une fois l’eau épuisée, la région ne présentera plus d’intérêt pour elles et leurs actionnaires. Ils quitteront cette région dévastée, désormais impropre au tourisme et à l’économie pastorale et sans développement pour aller piller ailleurs. L’avenir de toute une population, les impératifs de protection de l’environnement et de la santé, sont sacrifiés sur l’autel des profits à court et moyen terme.

 

Catastrophe naturelle

Et dans ce contexte plus qu’inquiétant, les populations de la région d’Agadez doivent lutter contre la misère de leur quotidien.

Un malheur n’arrive jamais seul : après l’état de précarité lié aux sécheresses et à la désertification, la détresse née d’un conflit armé qui a détruit le tissu économique de la région d’Agadez, c’est l’eau qui vient tout ravager, laissant des milliers de familles sans abri, sans nourriture et sans repère. En effet, début septembre, une partie de la région d’Agadez a subi des crues sans précédents qui ont emporté sur leur passages maisons, tentes, écoles… Les secours ont tardé à venir et restent jusqu’à maintenant largement insuffisants pour faire face aux besoins

Posted in Environnement, International, nucléaire, Santé | Leave a Comment »

Quelles pollutions près de chez soi ?

Posted by jfihey sur 15 novembre 2009

La Commission européenne et l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) ont achevé la mise en place d’un nouveau registre européen global des rejets et transferts de polluants.

Une des particularités de cet outil est qu’il est accessible par tous via un site Internet (1). Le registre couvre des informations relatives aux émissions de polluants dans l’air, l’eau et le sol provenant de quelque 24 000 installations industrielles européennes.

Au total, ce sont 91 substances qui sont recensées. Pour l’instant, les données disponibles concernent les polluants émis en 2007. A partir de l’année prochaine, le registre sera mis à jour une fois l’an, au mois d’avril.

 D’après l’AEE, les informations couvrent : « 30 % des émissions totales de NOx (oxydes d’azote) – soit la plupart des émissions provenant de sources autres que le transport et 76 % des émissions totales de SOx (oxydes de soufre) dans l’air au sein des 27 Etats membres et en Norvège ».

En plus des rejets industriels, l’outil fournit des informations sur les quantités transférées de déchets et d’eaux usées ainsi que sur des polluants de sources «diffuses» tels que l’azote et le phosphore provenant de l’agriculture.

Michel Sage (http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=3978)

 1) Le registre est accessible en version anglaise à l’adresse : http://prtr.ec.europa.eu/

Posted in Agriculture, Environnement | Leave a Comment »

De KYOTO à COPENHAGUE

Posted by cfenault sur 12 novembre 2009

Conférence -Débat

Jeudi 19 novembre 2009 à l’IUT d’ EVREUX


de Kyoto à Copenhague


Posted in Environnement | Leave a Comment »

Changement climatique : coût des impacts et pistes d’adaptation

Posted by jfihey sur 9 novembre 2009

Synthèse du rapport de l’ONERC 2009

Le groupe a choisi de travailler à partir des scénarios A2 et B2 du GIEC, selon les simulations réalisées par Météo-France, avec le modèle Arpège-Climat. A2 est un scénario plutôt pessimiste, B2 un scénario optimiste : ces deux scénarios sont généralement ceux adoptés dans les analyses d’impacts du changement climatique.

En l’absence d’une prospective socio-économique de long terme régionalisée et par secteur sur la France, il a été décidé de travailler en conservant la situation socio-économique française actuelle (scénario dit à « économie constante »). Ce choix permet d’isoler l’impact du changement climatique de celui d’autres évolutions et de ne pas ajouter des incertitudes macroéconomiques aux incertitudes relatives aux aspects climatiques.

L’analyse n’a porté que sur une sélection d’impacts du changement climatique. Les coûts estimés doivent être considérés comme des ordres de grandeur en raison des limites des méthodologies utilisées et de la non-exhaustivité des évaluations réalisées.

Ressource en eau

En considérant une stabilité de la demande, un déficit de 2 milliards de m3 par an pour la satisfaction des besoins actuels de l’industrie, de l’agriculture (irrigation) et de l’alimentation en eau potable serait observé à l’horizon 2050. Les projections indiquent que les zones les plus touchées seraient celles déjà concernées aujourd’hui par des déficits structurels (par exemple le Grand Sud Ouest). La compensation du déficit potentiel de ressource en eau à horizon 2050 ne représente qu’une partie « visible » des adaptations nécessaires et une évaluation très partielle des nécessités d’adaptation des activités liées à l’eau. Tous les secteurs seraient affectés par cette évolution, qui se traduirait par une multiplication des conflits d’usage, une dégradation de la qualité des eaux et par la perturbation des écosystèmes aquatiques ou dépendants de la ressource en eau. L’adaptation de chaque secteur au changement climatique passera par une meilleure gestion de la consommation d’eau : l’adaptation de la demande et des besoins en eau est un axe prioritaire. L’évaluation du coût potentiel des mesures d’adaptation ne pourra se faire qu’au travers d’investigations locales : les réponses appelleront des mécanismes de solidarité géographique.

Risques naturels

La remontée du niveau de la mer aurait des conséquences économiques très importantes pour les habitations et les entreprises : plusieurs dizaines de milliers de logements seraient exposés à un risque de submersion dans le seul Languedoc-Roussillon avec un coût de plusieurs dizaines de milliards d’euros. Les coûts annuels induits par le retrait gonflement des argiles pourrait être multiplié par 4. Les effets des inondations par débordement de cours d’eau pourraient également être significatifs, avec dans ce cas des incertitudes importantes qui demeurent quant à l’impact attendu et la difficulté de distinguer les coûts induits par le seul changement climatique. Quant au coût relatif aux aléas gravitaires, il n’a pas été évalué du fait d’un grand besoin de connaissances. Il est cependant à souligner le fort impact sociétal qu’ont les catastrophes associées à ces aléas, pouvant entraîner des pertes de vies humaines et des coûts importants très localisés.

Biodiversité

Bien qu’il soit parfois difficile d’isoler les impacts du changement climatique des autres pressions subies par les écosystèmes et bien que la problématique soit très différenciée selon les écosystèmes et les espèces, des signes de modification de la biodiversité attribuables aux changements graduels induits par le changement climatique sont d’ores et déjà observables. La biodiversité est affectée directement par la modification de la température et de la pluviométrie notamment, mais les effets indirects pourraient être au moins aussi importants. Globalement, des pertes économiques significatives liées à la diminution voire la disparition de services de régulation sont à attendre en particulier dans la seconde moitié du XXIème siècle.

Santé

Le travail d’évaluation économique a porté sur l’impact de deux événements extrêmes majeurs (canicule de 2003 et inondation du Gard en 2002). On estimerait la valeur perdue par notre société du fait de la canicule 2003 à un peu plus de 500 millions d’euros dans l’hypothèse d’une perte moyenne d’une année de durée de vie. Concernant les inondations du Gard, le coût de la prise en charge des personnes présentant des troubles psychologiques a été estimé à environ 234 000 euros (pour 953 personnes). Il s’agit d’une estimation basse, puisqu’elle ne porte que sur le coût des soins (les coûts indirects et intangibles n’ayant pas été chiffrés).

Secteur agricole

Les modèles de croissance des grandes cultures utilisés projettent une hausse de rendement en réponse au changement climatique (notamment du blé jusqu’à l’horizon 2100). Cette hausse ne tient pas compte des variabilités inter annuelles et de la baisse de disponibilité en eau. A titre d’exemple, la multiplication des événements de type canicule de 2003 pourrait représenter en 2100 un coût allant jusqu’à plus de 300 millions d’euros par an pour une culture comme le blé en l’absence de mesure d’adaptation. La viticulture sera également affectée par le changement climatique, avec des disparités territoriales fortes et des effets sur la qualité des vins. Dans le cas des prairies, l’exercice réalisé pour la zone périméditerranéenne, amène à un coût de compensation des pertes de 200 millions d’euros par an sur la seconde moitié du XXIème siècle.

Secteur forestier

Une hausse de productivité (volumes de bois) est attendue à court et moyen terme en raison de l’augmentation des températures et du taux de CO2 dans l’atmosphère. Néanmoins, sur cette même période, les gains de productivité escomptés sont du même ordre de grandeur que les pertes possibles par dépérissement, incendie, sécheresse, etc. Après 2050, la tendance serait défavorable en raison du stress hydrique notamment dans le sud de la France, avec un risque accru de sécheresses et d’incendies laissant présager des impacts clairement négatifs à long terme. Le changement climatique attendu s’accompagnera d’une aggravation de l’aléa feux de forêt dans les territoires actuellement exposés ainsi que par une propagation territoriale (vers le Nord et en altitude).

Energie

Le changement climatique aura des conséquences sur la demande, avec une baisse de la consommation énergétique en hiver, mais une hausse en été en raison des besoins en climatisation pour les logements et les véhicules. L’évaluation économique de ces impacts fait apparaître une tendance d’économie d’énergie de l’ordre de 3%, mais le développement spontané de la climatisation résidentielle et automobile amputerait de moitié les économies d’énergie liées au réchauffement. En termes de production d’électricité, il faut s’attendre, en raison des contraintes liées à la ressource en eau, à une baisse de productible de l’ordre de 15% des centrales hydroélectriques, pour lesquelles l’eau constitue la « matière première ».

Tourisme

Il y aurait une dégradation du confort climatique en été sur une grande partie de la France métropolitaine, les températures maximales atteintes devenant trop élevées pour permettre un confort maximal des touristes. En 2100, un impact significatif sur le chiffre d’affaire estival est à attendre, en raison d’une évolution à la baisse de l’attractivité touristique sauf dans le nord-ouest de la France et de certains départements des Alpes. Concernant les sports d’hiver, une étude de l’OCDE en 2006 indique que, dans les Alpes, la diminution du manteau neigeux réduira la fiabilité de l’enneigement. Ce travail indique que dans toutes les zones géographiques de France métropolitaine, le secteur du tourisme devra s’adapter aux manifestations futures du changement climatique pour limiter les impacts négatifs et en saisir les opportunités potentielles.

Infrastructures de transport

Le changement climatique prévu pourrait rendre nécessaires des adaptations au niveau des infrastructures routières. Le risque de submersion marine permanente lié à une remontée d’ensemble du niveau de la mer d’un mètre représenterait un coût patrimonial, pour les routes nationales métropolitaines (hors autoroutes, hors autres voiries), hors pertes d’usage et hors effet « réseau » pouvant atteindre 2 milliards d’euros.

Territoires

Les territoires ne seront pas touchés de la même façon par le changement climatique : certains territoires, leurs activités économiques, leur densité démographique ou encore leur biodiversité, seront particulièrement impactés. Il a été mis en avant l’importance du pas de temps nécessaire à ce que l’on peut appeler « l’apprentissage de la vulnérabilité ». Cette conversion sera d’autant plus longue que les publics susceptibles d’être touchés par les impacts du changement climatique ne sont pas a priori homogènes. A cet effet, l’information, la sensibilisation et la mobilisation des acteurs et de la population au changement climatique et à l’adaptation constituent des aspects fondamentaux.

Et maintenant ?

Il convient maintenant de tirer parti des connaissances rassemblées par ce groupe interministériel pour réaliser un plan national d’adaptation ambitieux annoncé pour 2011 par la loi du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement, adoptée le 3 août 2009. Le Ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le Climat, a souhaité que la préparation de ce plan fasse l’objet d’une vaste concertation nationale. Cette concertation qui se déroulera tout au long de l’année 2010 permettra de recueillir les avis de la société civile, des collectivités mais aussi de nos concitoyens sur un domaine encore trop peu connu. Ces travaux serviront également pour la réalisation, conjointement par le Préfet de région et le Président du Conseil régional, des Schémas Régionaux Climat Air Energie, prévus dans le projet de loi portant engagement national sur l’environnement et qui devront comporter un volet définissant les grandes orientations régionales en matière d’adaptation au changement climatique.

 Télécharger le rapport de l’ONERC (format PDF – 2.6 Mo) – 195 pages.
 Télécharger la synthèse du rapport (format PDF – 43.3 ko).

 

 

Posted in Agriculture, déplacements-mobilité, Economie et social, Emploi, Environnement, nucléaire, Santé | Leave a Comment »

Paul dans sa vie

Posted by jfihey sur 31 octobre 2009

Mercredi 4 novembre à 20h30, le cinéma Le Studio au Havre, reçoit Rémi Mauger, réalisateur du documentaire Paul dans sa vie.

Il présentera son film et suite à la projection, répondra à nos questions. Le film suit les pas de Paul Bedel, agriculteur près de La Hague. Avec sensibilité, Rémi Mauger y parle de transmission et du lien qui unit les paysans à leur terre et à leurs bêtes.

 La bande-annonce : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18604362&cfilm=58923.html

Deux autres séances sont organisées samedi 7 à 18h30 et dimanche 8 à 14h30, mais sans le réalisateur. Ci-joint une affiche, n’hésitez pas à diffuser l’information auprès de votre réseau d’agriculteurs et à me contacter.

A bientôt,

Aurélie Renou (02 35 43 64 63  / 06 82 02 31 33 )

Le Studio, 3 rue du Général Sarrail

76600 Le Havre http://www.cinema-le-studio.fr

Posted in Agriculture, Economie et social, Environnement, nucléaire | Leave a Comment »

Manifeste pour la récupération des biens communs

Posted by jfihey sur 15 octobre 2009

La privatisation et la marchandisation des éléments vitaux pour l’humanité et pour la planète, sont plus fortes que jamais. Après l’exploitation des ressources naturelles et du travail humain, ce processus s’accélère et s’étend aux connaissances, aux cultures, à la santé, à l’éducation, aux communications, au patrimoine génétique, au vivant et à ses modifications. Le bien-être de tous et la préservation de la Terre sont sacrifiés au profit financier à court terme de quelques-uns.

Les conséquences de ce processus sont néfastes. Elles sont visibles et connues de tous : souffrance et mort de ceux qui ne peuvent accéder aux traitements brevetés et que la recherche orientée vers un profit commercial néglige, destruction de l’environnement et de la biodiversité, réchauffement climatique, dépendance alimentaire des habitants des pays pauvres, appauvrissement de la diversité culturelle, réduction de l’accès à la connaissance et à l’éducation par l’établissement du système de propriété intellectuelle sur la connaissance, impact néfaste de la culture consumériste. (…)

http://bienscommuns.org/signature/appel/

Posted in Culture, Démocratie, Enseignement, Environnement, International | Leave a Comment »

Cercle de silence , samedi 7 novembre

Posted by jfihey sur 13 octobre 2009

Samedi 7 Novembre 2009 ,

16h à 17h square Georges Brassens

 

Parce que Les Centres de Rétention Administrative sont des

Lieux où la dignité humaine est bafouée.

Parce que l’enfermement de familles, d’enfants est

inacceptable au pays des Droits de l’Homme.

Parce que les étrangers sont nos frères, avant tout nos frères.

 

Nous resterons silencieux pour aider celles et ceux qui le désirent à

prendre conscience de la réalité de l’enfermement.

Ce cercle est ouvert à tous, croyants ou non, à condition de

respecter la règle du silence.

Silence, parce que nous ne prétendons pas avoir de solution.

Silence que chacun est appelé à habiter par sa prière, sa

méditation ou sa réflexion.

Pour soutenir cette action, n’hésitez pas à rejoindre notre cercle,

pour 5 minutes, ¼ d’heure, 1 heure…

 

Principaux partenaires

Eglise Réformée de France, Pastorale des migrants de l’Eure,

Mission ouvrière de l’Eure, Pax Christi Eure, Communauté Mission

de France d’Evreux, ACAT, CEFED…

Posted in Non classé | Leave a Comment »

Déchets: le cauchemard du nucléaire

Posted by jfihey sur 6 octobre 2009

Ne pas louper sur Arte
le 13 octobre prochain
:
Déchets : le cauchemar du nucléaire
………………………………………………………..
Mardi 13 octobre, à 20h45, sera diffusé sur Arte un documentaire édifiant dont le titre dit tout : Déchets : le cauchemar du nucléaire.  Ce film est produit par (les trois audacieux) Yves Darondeau, Christophe Lioud et Emmanuel Priou, de la société de production indépendante Bonne Pioche. Réalisée par Eric Guéret et Laure Noualhat avec le concours de l’eurodéputée Michèle Risasi et de Jean-Luc Thierry de Greenpeace, cette enquête internationale nous montre de la façon la plus objective qui soit la face cachée du nucléaire et son déficit démocratique à travers son point faible : les déchets radioactifs. Une vérité qui dérange… Les plus avertis n’en sortiront pas indifférents. A voir le 13 octobre !
Notons en outre la sortie du livre de l’enquête coédité par Arte Editions et Le Seuil et préfacé par Hubert Reeves, ainsi que du DVD du film dans la collection “Grandes enquêtes” de Arte – dont la dernière était Le Monde selon Monsanto…
Voir la bande annonce du film.

Posted in Démocratie, nucléaire | Leave a Comment »

« Sortir du nucléaire » dénonce le blocage des manifestants allemands et suisses aux frontières et le placement de Colmar en état de siège par les forces de police.

Posted by jfihey sur 3 octobre 2009

Communiqué du 3 octobre 2009

Le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce fermement les blocages dont sont victimes, aux frontières de la France, les manifestants allemands et suisses qui souhaitent se rendre à Colmar pour participer au grand rassemblement pour la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim.
 
Après différentes manoeuvres ces derniers jours pour tenter de perturber la préparation de la manifestation et de dissuader les citoyens de venir à Colmar, les autorités françaises se permettent carrément d’empêcher les gens de venir manifester. C’est intolérable.
 
De même, le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce les mesures policières insensées mise en place à Colmar qui ressemble à cette heure à une ville assiégée. Tous les piétons sont immédiatement contrôlés, intimidés et dissuadés de se rendre au rassemblement (place de la Gare). Des hélicoptères survolent continuellement la ville. La police continue à appliquer le premier arrêté du maire (pourtant abrogé) qui interdit au piétons et vélos de circuler au centre ville !
 
Il faut être clair : ce sont les forces de polices qui créent l’insécurité et le danger, alors que les manifestants sont pacifiques et font preuve, eux, de responsabilité. Une fois de plus, il est démontré que le nucléaire ne nuit pas seulement à l’environnement et aux êtres vivants mais aussi à la Démocratie.

Réseau « Sortir du nucléaire » – Fédération de 840 associations
http://info.france2.fr/environnement/Sortir-du-Nucl%C3%A9aire-d%C3%A9nonce-le-blocage-de-Colmar-57770986.html

  Vous pouvez aussi consulter le site des Dernières Nouvelles d’Alsace http://www.dna.fr/

Posted in Démocratie, nucléaire | Leave a Comment »

Fête des légumes oubliés

Posted by jfihey sur 2 octobre 2009

Di manche 11 Octobre 2009

La HAYE-de-Routot Eure , A 40 km de Rouen et de Honfleuret 8 km de Bourg-Achard

sortie 25 de l’A 13 Paris-Caen

Entrée 3,50 € + 16 ans

Contact: 02 32 57 35 74 – orfol@aol.com

Communauté de Communes du Roumois Nord

 Restaurant sur le Festival

Potée à l’ancienne Barbecue Frites,Gâteaux Boissons Café …Plats à emporter ( pour le dîner ! )

Au Four à pain: 10 à 18 h démonstrations de cuissonsde pains et brioches. Conseils sur le pain.à 11 h atelier pain (pour adultes)

Dans les chapiteaux

10 à 12 h dans la Salle “Ortie”

Vos questions à Gérard Farcy, Jardinier de France BLEU Haute-Normandie

qui parlera aussi des techniques de desherbage … sans desherbant

10 à 18 h

Démonstrations-Conseils pourcuisiner les légumes : par Olivier

Delacroix, Jacques Thierry, Denis Leblond

Marché : Graines Plants Légumes,Fruits Confitures de fruits des haies

Vivaces Aromatiques Arbustes Fûts,Produits fermiers

 Livres et auteurs

Jeux d’adresse et balades à ânes

Atelier enfants “ Le Ludokiosque”

Visites du Musée du Sabot, de l’église et des arbres-chapelles

MusiqueS

– Philippe Gibaux et son extraordinaire Violon-Sabot

– Le Groupe “Coude Pompe”

Conférences tente Causeries

14 h 30 Graines et Colporteurs :

l’histoire du colportage, du 15e au 20e s, et notamment le colportage des

graines dans le monde. Conférence deRobert Bruce, écrivain et colporteur

16 h Histoire des légumes d’hier et d’aujourd’hui : quelles variétés planter

en fonction de son terrain et de ses goûts.

Conférence de J-Paul Thorez, de l’AREHN, écrivain, spécialiste des légumes

17 h- RDV Musée du Sabot Tour de verger avec Gérard Farcy 

http://web.mac.com/lahayederoutot/

 

Posted in Agriculture | Leave a Comment »

VOTATION CITOYENNE

Posted by jfihey sur 29 septembre 2009

Mobilisation pour un référendum
sur le service public postal : mode opératoire de la votation citoyenne
du 28 septembre au 3 octobre

………………………………………………………..
Pour un maximum d’efficacité, il sera possible de voter du 27 septembre au 3 octobre 2009 suivant les opportunités, le temps fort restant bien sur le samedi 3 octobre. Et pour le bon déroulement de la votation, certains impératifs sont à respecter, afin de garantir le caractère démocratique et légitime de la démarche. La liste des lieux de vote par département est en cours de publication – disponibilité prévue le 29 septembre après-midi sur le site du Comité national contre la privatisation de La Poste, pour un débat public et un référendum sur le service public postal : http://www.appelpourlaposte.fr/.
On trouve aussi sur ce site les horaires du vote, les lieux possibles de vote, les conditions à remplir pour être électeur, le dépouillement, l’organisation de la remontée des résultats, etc.
Notons que du samedi 3 octobre au lundi 5 octobre, jour de publication des résultats nationaux, le comité national tiendra sa permanence de campagne à la mairie du IIe arrondissement de Paris (4 numéros de téléphone seront disponibles pendant cette période). Adresse postale où remonter les bulletins de vote, feuilles d’émargement et PV de dépouillement :
Le Lien votation La Poste, 12 villa d’Este, Tour Atlas, 75013 Paris.
Pour toute information sur la création de comités, les communes désireuses d’organiser la votation, écrire à contact@appelpourlaposte.fr.
Sinon, téléphonez au 01 44 62 12 48 de 9h à 12h et de 13h30 à 17h.

A EVREUX

Mercredi 30/09

 

 

Marché de Nétreville

– devant la Poste

 

9h – 12h

 

Jeudi 01/10

 

Cité Administrative

– devant le restaurant            administratif

 

 

11h30 – 13h15

 

 

Samedi 03/10

 

– Poste principale

– Marché du centre ville

– Poste de Nétreville

 

 

9h – 12h

Posted in Non classé | Leave a Comment »

Grand Cercle des Energies Positives

Posted by jfihey sur 29 septembre 2009

INVITATION

 Le collectif  « STOP EPR NI A PENLY NI AILLEURS » invite tous ceux et celles qui ne peuvent participer au rassemblement de Colmar les 3 et 4 octobre pour la fermeture définitive de la centrale de FESSENHEIM, et qui souhaitent que se développent les alternatives à la construction d’une nouvelle tranche nucléaire de type EPR à Penly, à devenir  » membre » du

Grand Cercle des Energies Positives le :

 SAMEDI 3 Octobre à 15 heures

Place de la cathédrale de Rouen

Pour 10 minutes, 20 minutes ou plus…

 Tenue anti-nucléaire, ou tout autre signe distinctif (tee-shirt, drapeau, masque…), souhaitée mais non indispensable.

 INACTIF AUJOURD’HUI RADIO-ACTIF DEMAIN!

Posted in nucléaire | 1 Comment »

Arrêt d’un réacteur à la centrale nucléaire de Paluel après un incendie

Posted by jfihey sur 25 septembre 2009

AFP – 25 septembre 2009 – LE HAVRE —

 Le réacteur numéro 3 de la centrale nucléaire EDF de Paluel (Seine-Maritime) a été arrêté vendredi matin à la suite d’un départ de feu dans une partie non-nucléaire de l’installation, a annoncé le directeur du site, Conrado Perez. Pour une raison encore inconnue, un départ de feu s’est produit vers 03H30 sur une excitatrice d’un alternateur qui produit l’électricité envoyée ensuite sur le réseau. Le feu a été maîtrisé vers 04H10 après l’intervention d’une dizaine de pompiers du site et d’une quarantaine de pompiers extérieurs. Cet incident qui a conduit à l’arrêt du réacteur numéro 3 n’a pas fait de victime et n’a pas eu de conséquence sur la sûreté nucléaire, selon la direction. « Nous sommes en train d’analyser le problème avant de repartir », a précisé Conrado Perez. Le Plan d’urgence interne a été déclenché tandis que l’Autorité de sûreté nucléaire ainsi que les pouvoirs publics ont été informés « en temps réel » du déroulement de l’incident dont le classement est en cours, selon la même source. Mise en service entre 1984 et 1986 sur la côte, près de Dieppe, la centrale nucléaire de Paluel qui est une des plus importantes de France compte quatre réacteurs d’une puissance unitaire de 1.300 mégawatts.

Posted in nucléaire | 3 Comments »

Urgence climatique, justice sociale – Copenhague décembre 2009

Posted by jfihey sur 22 septembre 2009

Nous sommes à la croisée des chemins. Issu de l’activité humaine, dans le cadre d’un modèle de production agricole et industriel que les sociétés industrialisées ont mis en place et qui se répand sur l’ensemble de la planète, le réchauffement climatique met en danger les moyens d’existence et les vies de milliards d’êtres humains, et menace d’extinction des millions d’espèces. D’ores et déjà, des populations entières sont affectées, en particulier les femmes, les peuples indigènes, les paysan-ne-s et, de façon générale, les plus défavorisés.

 

Face à cette crise écologique et sociale, mouvements sociaux, organisations écologistes, politiques et scientifiques du monde entier appellent à une action urgente et radicale.

 

Du 7 au 12 décembre prochains, la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique se tiendra à Copenhague. Elle doit déterminer les objectifs et les solutions à mettre en œuvre à l’échelle internationale pour prolonger le protocole de Kyoto, qui prend fin en 2012.  

 

Selon les climatologues, il faudrait que les pays industrialisés, premiers responsables de l’émission des gaz à effet de serre (GES), réduisent leurs émissions de 25 à 40 % d’ici à 2020 et de 80 à 95 % d’ici à 2050 (par rapport à 1990). Faire diminuer les émissions dans ces proportions est impératif pour limiter à 2°C la hausse des températures par rapport au niveau de l’ère préindustrielle. Au-delà, l’emballement climatique se produirait. Il ne serait plus possible de maintenir une température vivable sur terre.

 

Les politiques actuelles sont dans l’impasse

 

Jusqu’ici, les mesures mises en œuvre et prévues par les différents États sont tout à fait insuffisantes. Les mesures que préconise notamment l’Union Européenne, qui n’envisage de réduire ses émissions que de 20 % en 2020, sont très en deçà des enjeux. Et alors que leurs émissions de GES par habitant sont les premières au monde, la proposition des Etats-Unis (réduction de 5 % des émissions sur la même période) est, quant à elle, une véritable provocation vis-à-vis des autres Nations.

 

Les solutions proposées actuellement ne sont pas crédibles. Car elles reposent essentiellement sur les mécanismes de marché alors que la crise économique et financière a, une fois encore, montré leur incapacité à se substituer à l’action publique et collective. La politique du « marché pilote » international de droits à polluer est clairement défaillante et les projets de l’Union européenne et des Etats-Unis en la matière relèvent du mirage idéologique.

 

Les fausses solutions sont également technologiques. Le nucléaire, outre qu’il s’agit d’une technologie porteuse de risques majeurs, ne peut être en aucun cas la solution : même un développement ambitieux du parc nucléaire ne réduirait les émissions de gaz à effet de serre que de façon très marginale. Les agrocarburants industriels quant à eux posent de nombreux problèmes environnementaux et aggravent la crise alimentaire sans contribuer à la baisse des émissions.

 

Des mesures véritablement alternatives sont nécessaires

 

Les objectifs de réduction des émissions de GES à atteindre ne peuvent l’être que par l’adoption, par les collectivités, les pays et les ensembles régionaux, de mesures radicales et alternatives :

          Démocratisation de l’économie, qui doit être orientée vers la satisfaction des besoins sociaux et le respect des contraintes écologiques, et non par le profit à tout prix, par les diktats de la société de consommation et du productivisme ; cela implique le soutien aux circuits courts, à l’économie sociale et solidaire, au secteur coopératif ;

          Réorientation des investissements (notamment de recherche) vers les énergies renouvelables, la cogénération, l’efficacité énergétique et les projets écologiquement soutenables ; valorisation de la sobriété énergétique ;

          Reconnaissance et protection des biens publics mondiaux tels que l’énergie, le climat, les forêts, la terre et l’eau ; arrêt de la déforestation, protection des forêts primaires et des océans, et, de façon générale, défense de la biodiversité sauvage et cultivée ;

          Relocalisation des activités économiques, rapprochement des lieux de vie et de travail, maîtrise de l’urbanisation, développement des transports collectifs, limitation du transport aérien ; taxation juste et progressive, au niveau national et international, de l’énergie et des transports les plus polluants ;

          Retour à la régulation du commerce international, garantissant notamment la souveraineté alimentaire et le développement massif de l’agriculture paysanne, au Nord comme au Sud ;

          Promotion d’un modèle alimentaire alternatif au modèle des pays industrialisés (majoritairement à base de protéines animales) afin de pouvoir diminuer les surfaces cultivées pour l’alimentation animale, donc réduire les émissions de GES du secteur agricole ;

          Rénovation massive des bâtiments et promotion de la construction écologique.

 

La Justice climatique et sociale doit être au centre des politiques mises en œuvre

 

Les responsabilités historiques des pays du Nord et du mode de développement productiviste dans cette crise globale doivent être reconnues. La justice et l’équité exigent que soit réparée la dette écologique du Nord, a minima par l’annulation des dettes du Tiers-Monde. Les transferts technologiques respectueux de l’environnement et des sociétés au Sud doivent être financés et l’aide publique au développement augmentée, sans que cela exonère le Nord de ses propres objectifs de réduction des émissions. Les réfugiés climatiques doivent être reconnus et accueillis.

 

Au sein de chaque pays, des mesures d’accompagnement et de justice sociale sont indispensables afin que chacun puisse faire face aux changements à opérer, en ayant la certitude que les efforts seront partagés par tou-te-s. Il faut garantir un accès juste et équitable aux biens et services essentiels tels que l’énergie, qui ne doivent pas être laissés au marché mais faire l’objet d’une réappropriation par la société. 

 

Une autre répartition des richesses doit permettre une transition solidaire vers des économies écologiques, au Nord comme au Sud. Le droit au travail pour tous est au cœur de cette répartition. C’est pourquoi un emploi décent permettant un revenu digne doit être garanti à chacun-e. Les revenus financiers et du patrimoine doivent être lourdement taxés afin de dégager les moyens nécessaires à la transformation des économies.

 

La gestion des financements doit être démocratique et garantir la participation des populations locales.

 

Les sommes colossales investies dans le sauvetage du système bancaire montrent que les moyens financiers existent. Les mesures à prendre doivent être débattues démocratiquement et faire l’objet de politiques publiques audacieuses, passant outre les intérêts des grands lobbies – notamment des hydrocarbures, et définissant une production industrielle axée sur les besoins et non sur le profit ainsi qu’une répartition plus juste des richesses naturelles et produites.

 

En France, nous appelons les associations de défense de l’environnement, syndicats, associations de solidarité internationale, organisations politiques, collectivités locales, et plus généralement tous les citoyen-ne-s à rejoindre la mobilisation internationale et à organiser des initiatives communes pour peser sur les décisions du sommet de Copenhague de décembre 2009.

 

Mobilisons-nous maintenant pour le

climat et la justice sociale

 http://climatjustice.org/

Posted in Ecologie politique | Leave a Comment »

Lettre ouverte aux professionnels de la santé

Posted by jyguyomarch sur 22 septembre 2009

Grippe H1N1 : Pour le choix de citoyen

responsable de sa santé

La décision du gouvernement de vacciner en masse les français contre la grippe A H1N1 fait reposer logiquement sur les professionnels de santé une lourde responsabilité. La force de la médecine actuelle est de reposer sur des bases scientifiques démontrées. Ainsi, les préconisations des experts et/ou prescripteurs médicaux prennent souvent la forme d’obligations incontournables peu sujettes à questionnement et encore moins à contestation. Cela conduit la grande majorité des « citoyens – patients » à suivre ces avis de façon totalement confiante en abandonnant toute forme d’analyse personnelle.

Mais dans le cas de la pandémie H1N1, le fait que les décideurs politiques en arguant le principe de précaution tentent de se protéger en posant la vaccination comme acte médical indispensable, l’exploitation du réflexe de peur, la perspective d’énormes profits financiers, dictent des conditions qui ne respectent plus la rigueur scientifique. Or la loi française (N°2002-303 Art 11) stipule que : « Aucun acte médical, ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment ». C’est donc en incitant les « citoyens –patients » à se faire une opinion par eux-mêmes et à effectuer un choix personnel, éclairé et responsable que l’esprit de la loi sera respecté.

La compétence, le discernement, l’indépendance et la qualité du conseil du personnel médical va jouer un rôle décisif. Il ne s’agit pas ici du débat : « pour ou contre les vaccinations », mais de la question pour chaque « citoyen – patient », dans le cas précis de la vaccination H1N1 : « Est-ce pour moi et ceux dont j’ai la charge le choix approprié, c’est à dire présentant le moindre risque ? » Le simple examen de la situation fournit déjà des critères pour éclairer un choix :

  • Une grippe porcine A H1N1 considérée par tous les experts mondiaux comme de faible gravité (moins grave que la grippe saisonnière habituelle) mais très contagieuse. On en guérit facilement avec un traitement adapté et grâce au travail du système immunitaire naturel ; le nombre de cas graves répertoriés est très faible et presque toujours liés à une grave pathologie simultanée.
  • Une proposition vaccinale de masse coûteuse, orchestrée à grand renfort de médias dont la mise au point a dû être faite dans l’urgence en quelques mois.

Face à cette proposition, nous sommes en droit de demander au titre de la rigueur scientifique :

  • Quelle est l’efficacité du vaccin (taux de patients générant les anticorps attendus) ?
  • Quels sont les effets secondaires potentiels, leur gravité, leur probabilité ?
  • Quelles sont les incompatibilités avec d’autres pathologies, des traitements médicaux, d’autres vaccins (comme celui de la grippe saisonnière par exemple) ?

Malheureusement, le temps imparti pour développer le vaccin et le produire avant le pic de pandémie ne permet pas de répondre de façon sérieuse et documentée à ces questions. Cela veut dire que vous ne saurez y répondre pour conseiller vos patients. Peut-être que l’administration du vaccin présentera un risque de cas graves bien supérieur à celui de contracter et soigner cette grippe bénigne. De grands noms de la médecine comme le professeur Marc Gentilini ou Antoine Flahaut ont déjà alerté sur le caractère précipité, aléatoire et déraisonnable d’une telle vaccination de masse systématique. Au point qu’aux Etats-Unis (H1N1 : immunité juridique pour les labos américains – Le Monde 15.09.09) comme en France la responsabilité des laboratoires ou des professionnels chargés de la vaccination est dégagée comme nous le montre le projet de loi présenté au sénat ( article L 3110-3 du code de la santé publique) ; ainsi le personnel de santé est mis par le législateur en position d’exécuteur non responsable d’un système devenant totalitaire.

Ce vaccin doit donc, au minimum, être considéré comme un produit pharmaceutique en développement et en cours d’essais sur l’être humain, et être soumis aux procédures restrictives spéciales d’information des patients prévues à cet effet, comme le demande le syndicat SNPI des infirmiers et infirmières. Faute de quoi, les « citoyens – patients » seront en droit de se sentir considérés comme de vulgaires cobayes .

En conclusion, chacun d’entre nous, chacun d’entre vous, peut encore agir pour que cet épisode pandémique soit traversé par un maximum de personnes avec une conscience de citoyen libre et éclairé pleinement responsable de sa santé. Dans cette situation difficile, notre conscience collective de citoyen a sûrement quelque chose à y gagner .

Le collectif « Vigilance H1N1 de l’Eure »

Posted in Non classé | Leave a Comment »

Pour le rassemblement des écologistes en Haute Normandie

Posted by jfihey sur 21 septembre 2009

Le 19 septembre , les Verts Hauts Normands réunis en assemblée générale ont adopté le scénario des 13 premierEs candidatEs vertEs pour figurer sur la liste complète que le Rassemblement des Ecologistes de Haute-Normandie présentera aux élections régionales de mars 2010 .

 

Je fais donc déjà partie de cette liste , en tant que candidate Verte de l’Eure . Cette investiture renforce mon espoir d’une Haute-Normandie véritablement engagée dans une transformation écologique et économique, au bénéfice de plus de solidarité et de démocratie.

C’est pourquoi je m’adresse à vous pour entreprendre ou poursuivre ensemble le travail qui nous mettra en capacité, par le choix des urnes, de concrétiser ces transformations urgentes et nécessaires .

 La campagne s’annonce passionnante, et  appelle chacune et chacun  à y prendre part  tout de suite :

–         en participant aux ateliers (les plus proches géographiquement ou par centre d’intérêt) qui vont être rapidement mis en place sur les thématiques liées aux compétences du conseil régional . Vous contribuerez ainsi à l’élaboration du programme .

–         en participant ou en initiant des actions qui permettront  ensuite de présenter et donner envie aux citoyenNEs de choisir  notre programme,

–         en nous rejoignant sur le site national Europe Ecologie , où chacune des 22 régions a constitué son groupe régional. Pour la Haute-Normandie :

http://www.europeecologie.fr/reseau/les-groupes/haute-normandie-ecologie

–         en soutenant financièrement Europe Ecologie

http://www.europeecologie.fr;

–         en faisant  connaître votre intention d’être candidate ou candidat sur la liste définitive.

–         ou encore d’une autre manière que vous souhaitez proposer au service des valeurs de l’écologie politique.

 Impatiente de vous rencontrer ou de vous lire, je vous adresse mes très sincères salutations écologiques .

 Jacqueline FIHEY   fihey-jacqueline@wanadoo.fr;

Posted in élection, Europe Ecologie, Les Verts | Leave a Comment »

L’enjeu de Copenhague 2009

Posted by jfihey sur 19 septembre 2009

Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP15) – Copenhague – 7 au 18 décembre 2009-

En décembre de cette année, les pays du monde entier se retrouveront à Copenhague à l’occasion du Sommet de l’ONU sur le changement climatique. Ils devront y trouver un nouvel accord mondial pour succéder au Protocole de Kyoto.

- Soit ces pays signent un accord qui conduira les émissions mondiales de gaz à effet de serre à se stabiliser puis à décliner avant 2015.
- Soit notre planète se réchauffera de plus de 2°C, seuil au-delà duquel les conséquences pour notre planète et nos sociétés seraient désastreuses : déclin des agricultures au Sud et au Nord engendrant une crise alimentaire mondiale ; augmentation du nombre et de l’intensité des tempêtes comme celle qui a frappé la France en 1999 ; déplacements de réfugiés climatiques estimés à plusieurs centaines de millions… Notre climat pourrait aussi devenir complètement incontrôlable, en passant ce que les scientifiques appellent des points de rupture.

Alors certes, pour éviter ce scénario catastrophe, tous les pays doivent agir. Mais les pays riches dont l’Union européenne et la France ont une responsabilité particulière. Ils sont responsables d’environ trois quart des gaz à effet de serre émis le siècle dernier, et qui provoquent les changements climatiques que nous connaissons aujourd’hui. De plus, les habitants de ces pays étant en moyenne cinq fois plus riches que ceux des pays en développement, ils ont une capacité à agir bien supérieure.

Les pays riches doivent donc être les pionniers de la lutte contre les changements climatiques, faire preuve d’exemplarité, en réduisant de 40% leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020, par rapport à 1990, comme préconisé par les scientifiques du climat.

Ils ont beaucoup à y gagner, que ce soit par la réduction de leur dépendance énergétique ou la création de millions d’emplois. Les pays riches doivent aussi être solidaires des pays en développement, en mobilisant plus de 100 milliards d’euros par an pour les aider à lutter contre le dérèglement climatique, et en particulier pour que les plus pauvres s’adaptent à ses conséquences inéluctables. Résoudre la crise climatique mondiale passe nécessairement par une nouvelle solidarité.

Après avoir mis l’accent sur le sujet climat et Copenhague pendant les élections européennes, Europe Écologie portera de nombreuses propositions au sein du Parlement pour que la position de l’Union européenne soit enfin à la hauteur de l’enjeu. Mais le combat aura également lieu en France, via des actions politiques et de mobilisation des citoyens.

4 septembre 2009 par Yannick Jadot

Posted in Décroissance sélective et équitable, Emploi | Leave a Comment »