CHAMPS LIBRES / LES VERTS – EUROPE ECOLOGIE

Citoyens, Associations et Verts, des pays d’Evreux Avre et Iton –

Archive for juillet 2007

La septième porte

Posted by bfen sur 31 juillet 2007

7eme-porte0002.jpg

7eme-porte0001.jpg

Cliquez sur l’image pour lire

 

Publicités

Posted in Culture | Leave a Comment »

Urbanisme : L’avenir, c’est la ville moyenne européenne

Posted by bfen sur 29 juillet 2007

Cliquer ici pour voir le clip de 3 mn du journal développement durable

Posted in Décroissance sélective et équitable | Leave a Comment »

Le besoin temporaire de logement

Posted by bfen sur 29 juillet 2007

L’évolution des modes de vie et la transformation des conditions de travail modifient la demande de logement. Elles donnent aujourd’hui une nouvelle dimension au besoin temporaire de logement.

Territoires, entreprises, acteurs du logement, recherchent des solutions efficaces pour répondre à la montée rapide de cette demande sociale.

Des publics de plus en plus nombreux et variés sont concernés : jeunes en formation, en recherche ou en situation de premier emploi, salariés en mission ou en stage, travailleurs saisonniers, étudiants-salariés…

Dans cette situation les bassins d’emplois en développement doivent disposer d’une offre de logements suffisante et adaptée à ces besoins spécifiques.

La Résidétape est une proposition de réponse à ces questions :

des logements de qualité meublés et équipés, offrant aux résidents un bon rapport entre prix, confort, fonctionnalité et temporalité du séjour,

des services et un accompagnement sur-mesure avec la présence quotidienne d’une équipe de gestion pour l’animation et l’accueil,

une forte exigence d’intégration de la résidence à son environnement et d’accessibilité à tous les services.

Un exemple de construction sociale de Haute Qualité Environnementale à Bry-sur-Marne :

Construction Haute Qualité Environnementale à Bry-sur-Marne

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

Posted in Culture, Décroissance sélective et équitable, Environnement | Leave a Comment »

Municipales 2008 : Espoirs d’un groupe local en action

Posted by bfen sur 28 juillet 2007

En juin 2006, les Verts des pays d’Évreux, Avre et Iton constatent le manque de dynamique, voire l’inertie du Groupe Local. Le GL décide alors de mettre à profit l’été pour organiser le débat à propos des municipales 2008. L’AG 2006 du GL se jouera autour du vote de motions qui devront traiter de cette question. Les motions seront soumises à débat 3 semaines plus tôt, une tentative de synthèse étant organisée 3 jours avant le vote.

 


Deux motions ont été présentées. La première fait référence à la motion de Reims et organise la mise en œuvre d’un collectif Verts et 0uverts en vue de la préparation d’un programme et de la présentation d’une ou de listes et de candidatures de premier tour sur le territoire du sud de l’Eure. La seconde motion défendait le principe qu’il fallait attendre les résultats de la présidentielle et des législatives avant que de prendre position. La tentative de synthèse n’ayant pas abouti, la motion autonomie au premier tour est adoptée par plus de 80 %.

 

Les partis de gauche sont alors immédiatement informés de notre décision, de manière à ce que les discussions qui s’en suivirent n’aient pas lieu par voix de presse interposée. En effet, nous évitons de prêter le flanc à toute polémique sur la stratégie pour concentrer nos attaques sur la municipalité actuelle. Les débats sur le projet fournissent suffisamment de matière à la différenciation, et nous comptons sur la richesse des propositions de premier tour pour inciter la majorité des électeurs à soutenir largement la proposition commune de second tour.

 

Début décembre 2006, une vingtaine de personnes participent à la réunion de lancement du collectif où nous débattons de la proposition d’organisation présentée par les Verts :

– lancement de commissions thématiques (démocratie participative, environnement, culture, vivre ensemble)

– constitution du bureau (parité, diversité, disponibilité)

– charte (les membres du collectif sont soit Verts, soit sans appartenance politique ; engagement à respecter les décisions d’AG ; tête de listes Verte désignée par l’AG, reversement des élus aux Verts).

 

En juin 2007 le collectif s’est donné pour nom « Champs libres ».

Début juillet fournit l’occasion de faire un point sur le fonctionnement du collectif, sur les travaux des commissions thématiques et de lancer l’étape programmatique.

 

Ce sont tout d’abord 80 personnes qui ont participé à nos rencontres dont trente femmes, dix personnes de moins de trente ans, 46 Ébroïciens, les autres vivant dans 18 autres communes rurales. Le bureau s’est réuni 3 à 5 fois par mois ; les commissions démocratie participative, environnement et culture ont programmé 4 réunions chacune ; la commission vivre ensemble, malgré 3 réunions préparatoires n’a pas encore commencé ses réflexions (thématique probablement trop large); la commission santé-social a programmé ses réunions préparatoires en août.

 

Durant ces sept mois, en parallèle des travaux du collectif, le GL a bien sûr investi le terrain des campagnes présidentielle et législatives, avec le soutien et la participation de plusieurs membres du collectif. Ces campagnes ont été pour nous l’occasion de créer le blog des Verts des pays d’Évreux, Avre et Iton pour y décliner le programme des Verts et y faire entendre la parole de nos candidats. Notre presse locale ne relayant que difficilement nos interventions, le blog est vite apparu comme un moyen pertinent d’élargir notre audience, et donc de montrer notre présence. C’est ainsi que plusieurs personnes ont d’ailleurs rejoint le collectif. Plusieurs autres ont par ce biais émis des propositions ou formulé des demandes de rencontres. Enfin, avec maintenant un peu de recul, nous pouvons dire que ce blog a permis de mettre en exergue le fil rouge de ce que nous vivons comme une longue campagne électorale en trois temps (présidentielle, législatives, municipales). Ce fil rouge a été pour nous la référence constante à la motion présentée à Bordeaux : l’écologie, l’espoir en acte. Nous y avons trouvé le contenu argumentaire cohérent qu’attendaient les citoyens rencontrés lors des réunions publiques, des discussions sur les marchés ou de réunions chez l’habitant. Nous y avons trouvé le sens et les limites nécessaires pour l’ouverture que nous opérons. Nous y avons enfin trouvé le juste ton qui s’accorde aux attentes de citoyens qui jusqu’à présent semblaient ne pas oser ou ne pas vouloir s’engager à nos côtés. Comme si ils avaient attendu que nous cessions de nous adresser à nos semblables et que nous interpellions tous les membres de la société, que nous nous adressions au monde pour y porter légitimement le projet de l’écologie politique.

 

Car, il n’y pas que les Verts qui ont compris que la gauche du XXIème siècle sera celle qui inscrira l’écologie au cœur de son projet politique. 3 jours avant le 1er tour des législatives, Cécile Duflot est venue à Évreux présenter une introduction aux assises de l’écologie politique. A cette occasion les Verts ont invité 35 associations du département à venir exposer leurs attentes en la matière et les conditions nécessaires à leur éventuelle participation aux assises. Toutes sont régulièrement partenaires d’actions ou de réflexions que nous menons localement. Elles appartiennent à des secteurs aussi variés que l’économie sociale et solidaire,la culture, l’éducation populaire, l’action caritative, l’engagement religieux, l’environnement, l’action sociale, les relations Nord-Sud…

 

15 associations sont venues affirmer leur intention de participer. 5 nous ont fait part de leur intérêt mais n’avaient pas eu le temps suffisant pour consulter leur conseil d’administration. 1 nous a fait savoir qu’elle ne collaborait plus avec les partis politiques depuis le résultat de la présidentielle. 4 ont envoyé des observateurs afin de pouvoir en débattre en C.A. Quelques unes n’ont pas répondu. 3 nous ont fait savoir qu’elles considéraient que notre réunion était une opération de récupération politique à quelques heures de l’élection. Pour autant cela n’hypothéquait pas leur participation éventuelle aux assises elles-mêmes.

 

Après ces mois consacrés à la réflexion, les membres du collectif ont ressenti le besoin de passer à une nouvelle étape. L’été 2007 est donc consacré à la préparation de la phase programmatique du collectif et du lancement officiel de notre campagne pour les municipales qui auront lieu dès septembre.

 

Benoît Fenault

Secrétaire des Verts

des pays d’Évreux, Avre et Iton

 

 

 

 

 

 

Posted in Ecologie politique, Elections municipales, Les Verts | Leave a Comment »

Chaque semaine consultez  » les cartons de la semaine  »

Posted by bfen sur 27 juillet 2007

« Les cartons de la semaine »
Rubrique proposée par Jacqueline Fihey et Jean-Yves Guyomarch

Contribuez à la vie de la rubrique en apportant vos commentaires

« Les cartons de la semaine » du 2 au 8 juillet 2007

« Les cartons de la semaine » du 9 au 15 juillet 2007

« Les cartons de la semaine » du 16 au 22 juillet 2007

« Les cartons de la semaine » du 23 au 30 juillet 2007

 

Posted in Décroissance sélective et équitable | Leave a Comment »

L’APPART’

Posted by bfen sur 27 juillet 2007

appart10001.jpg appart10002.jpg appart10003.jpg

appart10004.jpg appart10005.jpg appart10006.jpg

Posted in Culture | Leave a Comment »

Economie : un animateur de Champs Libres propose de mettre en oeuvre des pratiques sociales et solidaires

Posted by bfen sur 27 juillet 2007

Jean-Yves Guyomarch et Jacqueline Fihey proposent de crééer un club de finacement d’entreprises sociales et solidaires

Cliquez sur l’image pour lire l’article

 

Posted in Décroissance sélective et équitable | Leave a Comment »

Grégogna l' »anartiste », d’Anne Desanlis

Posted by bfen sur 14 juillet 2007

Je vous laisse visiter le site de ce documentaire ( cliquez sur l’image ) :

Posted in Culture | Leave a Comment »

Bétoires en plein champs

Posted by bfen sur 11 juillet 2007

Le mardi 3 juillet nous avons hésité car les pluies de la veille avaient rendu l’accès très boueux. Nous sommes quand même partis à quatre, guidés par Yves Calonnec, pour découvrir les « bétoires en plein champs ».

 

 

Des bétoires, nous en avons déjà vu… Souvenez-vous, c’était le 12 mai, sur une partie du cours de la « rivière folle » : le Sec Iton… Nous avions découvert ces lieux d’infiltration de l’eau de l’Iton pour un parcours souterrain jusqu’aux résurgences ( notamment « la fosse aux dames »).

 

 

Mais « en plein champs » ??? … Voilà de quoi crapahuter, et gamberger !…

 

 

Yves nous conduit vers la bétoire du Parfond (entre Sylvains les Moulins et Avrilly). Notre route enjambe un important fossé de drainage qui coïncide avec la vallée sèche de la Sogne . A Champ Dominel, nous laissons la voiture pour continuer à pied en longeant un autre fossé de drainage : l’herbe est mouillée, des flaques boueuses témoignent des grosses averses, mais le fossé est déjà vide… preuve que le drainage fonctionne bien.

 

 

Après une vingtaine de minutes de marche, elle est là : derrière un grillage de protection, équipée d‘un dégrilloir pour retenir les grosses saletés, avec un bassin de rétention bétonné et la bétoire proprement dite où l’eau s’infiltre ( débit de pointe jusqu’à 1,6 m3/s).

 

 

 

L’évidence saute aux yeux : les fossés drainent l’eau qui a circulé dans les champs, emportant au passage tout ce qui peut flotter ou se dissoudre… notamment les produits épandus par les pratiques agricoles dites «raisonnées » : les pollutions chimiques sont assurées ! Bien sûr, d’éventuels cadavres d’animaux peuvent aussi être à proximité de la bétoire, cause de pollution organique à caractère accidentel.

 

 

Impressionnés , nous remontons vers la bétoire du Failly. Elle se situe à vol d’oiseau entre Thomer la Sogne et Bailleul. L’approche pédestre suit également un fossé et la bétoire se présente de la même manière que celle du Parfond, mais elle est plus grande, par contre son débit est inférieur (débit de pointe jusqu’à 1,1 m3/s maximum).

 

 

Les risques de pollution chimique et organique sont les mêmes qu’au Parfond. Mais la différence de débit entre les deux principales bétoires de la vallée sèche de la Sôgne permet de comprendre les inondations en aval .

 

Souvenons-nous de ce qui s’est passé aux Ventes en 2001. Champs, voirie, habitations (tout particulièrement le lotissement du Clos de la Vallée construit à l’entrée des Ventes en fond de vallée ) submergés par 3 fois : pendant 6 jours en Janvier, 9 jours en février et 12 jours en mars. La Sôgne, rivière ordinairement souterraine sur son cours de 18,5 kms (découverte au 12ème siècle seulement), déborde sous l’affluence des eaux de ruissellement drainées vers son bassin alors que les bétoires sont impuissantes à absorber le débit de ce qui devient un véritable canal. Alors, l’eau se répand …

 

 

 

Depuis ces évènements, des aménagements ont été prévus ( bassins de rétention d’eau en amont des Ventes, busage souterrain sous les routes ayant subi la submersion , réaménagement de mares à rôle de stockage et d’épuration, prairies inondables…) accompagnés d’un programme d’entretien de ces aménagements. En septembre 2002, deux scénarios ont été estimés l’un à 1 509 120 € et l’autre à 1 573 520 € HT. Rien n’a été réalisé à ce jour… D’ailleurs faut-il vraiment dépenser autant d’argent pour résoudre ces problèmes ? N’y a t-il pas des solutions moins artificielles ? D’autant que personne n’est d’accord pour payer !

 

 

Les solutions envisagées sont essentiellement à caractères  hydraulique et curatif. Il est évident que des pratiques agricoles alternatives sur petites parcelles, bordées de haies , avec rotation des cultures, sans intrant chimique… participeraient à la prévention du risque d’inondation et du risque de pollution.

 

 

Jacqueline FIHEY

 

 

Pour en savoir plus :

 

 

 

 

 

Vous n’auriez peut-être pas pensé que :

 

  • le Conseil Municipal de Thomer la Sôgne a mûrement réfléchi à la proposition de Monsieur le Préfet « demandant qu ‘un fossé continu fut ouvert pour diriger les eaux vers la forêt d’Evreux ». Les dix conseillers municipaux ont délibéré et reconnu l’efficacité et l’utilité du projet le 14 août 1881


 

  • C’était l’aboutissement de la lettre de doléances des habitants des communes de Coudres, Moisville, Creton, Chavigny, Corneuil, Thomer la Sôgne, Villez champ Dominel, Avrilly, Plessis Grohan, les Ventes. Le 7 mars 1881 ils s’adressaient à « Monsieur le Préfet et Messieurs les Membres du Conseil Général », déplorant les pertes subies par les cultivateurs du fait de la stagnation d’eau dans les champs, particulièrement en hiver.

Voir le bassin versant de la Sôgne : cliquez ici

 

 

Posted in Environnement | Leave a Comment »

Soirée « Une autre ville est possible »

Posted by bfen sur 10 juillet 2007

Le 4 juillet, Champs Libres invitait les membres du collectif à se retrouver

pour un point de situation après 8 mois de fonctionnement.

Cette soirée a débuté par une présentation de l’organisation de Champs Libres,

par Dominique GEORGE.

Présentation du collectif Champs Libres : cliquez…

Une présentation du Blog Champs Libres fournit à Benoît FENAULT

l’occasion de rappeler que le collectif est doté d’un outil de communication et d’échanges qui s’enrichit de nouvelles contributions jour après jour, permettant à chacun de réagir en y apportant ses commentaires. Le blog Champs Libres est consulté régulièrement par nombre d’Eurois. Pour exemple, ce sont 41 personnes qui l’avaient consulté la veille de cette soirée. Une audience qui augmente régulièrement et qui devrait rapidement faire de Champs Libres un blog de référence pour les municipales de 2008.

Ce Blog est aussi un outil qui permet à chacun des memres du collectif de consulter les compte-rendus de nos nos travaux dans les pages thématiques, protégées par mot de passe pour en conserver une certaine confidentialité.

Ce fut ensuite au tour des animateurs de commissions de relater les travaux de leurs rencontres entreprises autour des trois grands thèmes que sont l’environnement, la culture et la démocratie participative. Trois autres commissions préparent acuellement les travaux qui se dérouleront à la rentrée de septembre et qui concerneront le Vivre ensemble, la santé et l’éducation, formation, emploi.

Au nom de Yves CALONNEC animateur avec Alain GOFFI

de la commission Environnement, Jacqueline FIHEY

 

a retraçé les avancées de cette commisision très active, qui en plus de ses travaux de reflexion a co-organisé avec Evreux Nature Environnement et le GRABHN deux réunions d’information sur les captages d’eau, à Gravigny et aux Ventes.

 

 

« Alors Yves, quel regard portes-tu sur les 6 mois de travaux de la commission environnement ? « 

Un travail de grande ampleur, abattu par plus de quarante personnes, mais il en reste encore pour plusieurs années ! cliquez pour lire

Puis ce fut Patrick AMAR animateur avec Yanick BOURREL, qui nous fit une remarquable synthèse des travaux de la commission culture qui permit à tous les participants de comprendre la nécessaire implication du politique dans la création et la diffusion culturelle.

Ce fut ensuite au tour de Jean-Yves GUYOMARCH et de Jacqueline FIHEY de nous présenter une synthèse des points transversaux aux commissions :

Synthèse des points transversaux aux commissions cliquez pour lire

Le Bureau de Champs Libres est animé par une dizaine de membres du collectif qui se réunissent environ 3 fois par mois. Outre les personnes déjà citées dans cet article y participent aussi Naima SALHAOUI, Muriel FREUND et Hervé ABEKHZER.

Naima SALHAOUI travaille actuellement avec Dominique GEORGE à la préparation de la commission Vivre ensemble.

Présentation Commission Vivre Ensemble : cliquez ici…

Muriel FREUND et Hervé ABEKHZER quant eux vont mettre à profit le mois d’août pour organiser la commission santé-social.

Posted in Elections municipales | 3 Comments »

Borloo, seconde couche !

Posted by bfen sur 9 juillet 2007

Le site du « Grenelle de l’environnement » annoncé par le Président Nicolas Sarkozy et son ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durables, Jean-Louis Borloo, lors de la conférence de presse du 6 juillet à l’adresse : http://legrenelleenvironnement.fr/

Visitez la première page, histoire de comprendre le sérieux et la méthode de ce ministère.

Posted in Environnement | Leave a Comment »

Quand on dit qu’il ne peut y avoir d’écologie sans écologistes !

Posted by bfen sur 8 juillet 2007

La revue Le Moniteur (actualité du bâtiment) publie :

Jean-Louis Borloo promet le bilan carbone de tous les bâtiments publics

Le ministre du développement durable Jean-Louis Borloo a promis vendredi l’audit carbone de tous les bâtiments publics pour en vérifier le bilan énergétique.
« Tous les bâtiments publics feront l’objet d’un audit carbone » (ou bilan carbone), a-t-il promis lors de la conférence de presse de présentation de son ministère »…

Ce qu’il faut savoir :


Toute activité humaine, quelle qu’elle soit, engendre directement des émissions de gaz à effet de serre, même une compagnie d’assurances ou une crèche. Il faut en outre y rajouter des émissions « indirectes », liées aux produits ou services consommés pour « faire tourner la boutique », et qui peuvent facilement être bien plus importantes que les émissions directes.

Qu’est-ce que la méthode Bilan Carbone® ?

C’est une méthode de comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre à partir de données disponibles pour parvenir à une bonne évaluation des émissions directes et indirectes induites par une activité.

L’esprit général de la méthode est de prendre en compte tous les flux physiques qui concernent une activité (flux de personnes, d’objets, d’énergie) et de leur faire correspondre les émissions de gaz à effet de serre qu’ils engendrent. Cela étant, la plupart du temps, les émissions de gaz à effet de serre ne se mesurent pas. Ce qui se mesure, c’est la concentration en gaz à effet de serre dans l’air.

Si l’on décide de ne comptabiliser que les émissions que l’on engendre « chez soi », c’est-à-dire « en interne », et à partir de sources fixes, cela ne conduit à comptabiliser qu’une petite partie des émissions liées à l’activité et le résultat obtenu n’apporte qu’une valeur qui en soit ne signifie pas grand chose.

Un bilan carbone ne commence à être parlant que lorsque l’on est en mesure de comparer ses résultats avec le bilan carbone d’une autre activité similaire ou d’une proposition alternative comparable.

Annoncer le bilan carbone de tous les bâtiments publics est donc une supercherie incongrue ou la conséquence d’une incompétence profonde dans ce domaine.

A suivre… ?

 

Posted in Décroissance sélective et équitable | Leave a Comment »