CHAMPS LIBRES / LES VERTS – EUROPE ECOLOGIE

Citoyens, Associations et Verts, des pays d’Evreux Avre et Iton –

Archive for the ‘Europe’ Category

Cercle de Silence à Evreux 30 mai 2009

Posted by bfen sur 14 mars 2009

L’étranger est mon frère

Cercle de Silence à Évreux
(5ème édition  )

Samedi 30 Mai 2009

Pourquoi ?

Parce que Les Centres de Rétention Administrative sont des lieux où la dignité humaine est bafouée.
Parce que l’enfermement de familles, d’enfants est inacceptable au pays des Droits de l’Homme.
Parce que les étrangers sont nos frères, avant tout nos frères.

Place du général de Gaulle (devant le théâtre)

Nous resterons silencieux de 16 heures à 17 heures pour aider tous ceux qui le désirent à prendre conscience de la réalité de l’enfermement.

Ce cercle est ouvert à tous, croyants ou non, à condition de respecter la règle du silence.

Silence, parce que nous ne prétendons pas avoir de solution.
Silence que chacun est appelé à habiter par sa prière, sa méditation ou sa réflexion.
A l’initiative de membres du groupe oecuménique d’Evreux.

Principaux partenaires
Eglise Réformée de France, Pastorale des migrants de l’Eure, Mission ouvrière de l’Eure, Pax Christi Eure, Communauté Mission de France d’Evreux, ACAT, CEFED…

les prochaines dates : 4 juillet et 5 septembre à la rentrée.

 

Publicités

Posted in Europe, Evreux Agglo et Sud de de l'Eure, International | 2 Comments »

« Bilan de santé » de la PAC : corriger à la marge pour mieux maintenir l’’indéfendable ?

Posted by jfihey sur 27 février 2009

Une délégation verte composée de Cécile Duflot, secrétaire nationale, Jean-Louis Roumégas, porte-parole, et Pascal Dacheux, responsable de la commission agriculture, se rendra vendredi 27 février dans l’après-midi au Salon de l’Agriculture pour y rencontrer plusieurs associations et syndicats agricoles.

Le 23 février, le ministre de l’agriculture a présenté les nouvelles modalités d’application de la Politique Agricole Commune en France jusqu’en 2013. Malgré quelques évolutions positives, les Verts constatent de nombreux reculs par rapport aux intentions affichées ces derniers mois, mais aussi l’absence de réponse aux défauts majeurs de cette politique.

Il en va ainsi du maintien pour distribuer les aides du dispositif des « références historiques individuelles », pourtant aberrantes agronomiquement et humainement… et jugées « non explicables » par le ministre lui-même ! De plus, s’il est prévu de réduire légèrement le montant des aides versées aux agriculteurs les plus favorisés au bénéfice des moins soutenus, il ne s’agit pas d’une remise en cause du système mais… d’une simple aumône !

La volonté de soutenir davantage les systèmes herbagers aurait dû conduire à basculer la PHAE (prime à l’herbe) dans le « premier pilier » de la PAC, qui soutient la production, et non à la maintenir dans le « deuxième pilier » voué aux aides agro-environnementales, dont elles réduisent du coup la marge de manoeuvre. Par ailleurs, le financement d’un dispositif « assurance-récolte » permettra aux céréaliers de reprendre d’une main ce qu’ils auront été obligés de donner de l’autre.

Les montants destinés à l’agriculture biologique et aux actions agro-environnementales (protection de l’eau, biodiversité…) restent dérisoires face aux enjeux et aux objectifs du Grenelle : ce n’est pas en ajoutant 7 millions d’euros à la mesure de « conversion bio » (sur 945 millions dégagés par la modulation obligatoire décidée par l’Union Européenne) que le gouvernement peut espérer donner un coup d’accélérateur aux conversions de fermes !

Point positif, la mise en oeuvre d’un « plan protéine » répond enfin à une attente maintes fois affirmée par Les Verts… mais la faiblesse de sa dotation financière risque de ne pas être à la hauteur des conversions de cultures indispensables pour l’autonomie alimentaire des élevages français .

Enfin, le ministre repousse à des groupes de travail ultérieurs la définition des nouveaux critères de « conditionnalité » des aides. Pourtant, ces derniers devraient être le socle d’une agriculture refondée, et structurer les autres mesures.

Le recul constaté entre la volonté ambitieuse initiale du ministre et les décisions finales timorées traduit hélas le poids encore déterminant des lobbies agro-industriels et de la minorité d’agriculteurs ultra-subventionnés.

Les Verts tiennent à l’existence d’une politique agricole européenne maintenue au-delà de 2013, mais profondément transformée. Une PAC qui ne méprise plus le social et l’environnement.



Posted in Economie et social, Environnement, Europe, Les Verts, Santé | Leave a Comment »

Energies Renouvelables: l’Europe en retard sur ses objectifs 2010

Posted by jfihey sur 26 février 2009

Selon un rapport publié jeudi par le consortium EurObserv’ER, les objectifs 2010 de la Commission européenne en termes de production d’EnR, à savoir 12% de la consommation d’énergie primaire totale, ne peuvent plus être tenus. Cap donc sur 2020 !

Selon un rapport publié jeudi par le consortium EurObserv’ER, la part des énergies renouvelables dans la consommation totale d’énergie primaire des 27 pays membres de l’UE a enregistré une très légère hausse en 2007. Dans son édition 2008 de l’Etat des énergies renouvelables en Europe1, le consortium indique que la part de ces énergies dans la consommation totale d’énergie primaire européenne est passée de 7,1 à 7,5% entre 2006 et 2007 et la part des énergies renouvelables dans la consommation totale d’électricité a augmenté de 0,6 point en 2007 par rapport à 2006 (de 14,3 à 14,9 %).

Cette publication2 donne une présentation des capacités installées et de la production énergétique de chaque technologie énergie renouvelable pour les 27 pays membres de l’Union européenne (énergie éolienne, solaire thermique, photovoltaïque, petite hydraulique, géothermie, biomasse solide, biocarburants, biogaz, déchets urbains renouvelables, énergies des océans et centrales héliothermodynamiques). L’hydraulique constitue toujours la première source de l’électricité renouvelable (60,6% du total), mais cède du terrain par rapport à l’éolien (20,4 %), en forte progression, et à la biomasse (17 %).

L’Allemagne toujours moteur

Synthèse de l’ensemble des baromètres thématiques énergies renouvelables publiées durant l’année 2008, le rapport d’EurObserv’er reconnaît que les objectifs 2010 de la Commission européenne (12% de la consommation d’énergie primaire totale) ne peuvent plus être tenus. Il estime cependant que la tendance actuelle peut permettre d’être plus optimiste, sur le futur des énergies renouvelables dans l’Union européenne, dont l’objectif est d’atteindre 20% d’ENR en 2020. Certes, l’objectif global de la directive sur la production de l’électricité renouvelable ne sera pas atteint d’ici 2010, note le rapport. Ce résultat, que nous avions prévu au fil des années, ne peut pas être attribué à la crise financière. Il s’explique essentiellement par l’absence d’anticipation de certains pays de l’Union pour développer leurs capacités de production d’énergies renouvelables, analyse le consortium EurObserv’ER. Pour preuve : l’Allemagne est le seul de l’Union à avoir déjà atteint ses objectifs 2010 et démontre qu’il est possible d’augmenter substantiellement sa production d’énergie renouvelable par la mise en place d’une politique volontariste. L’Espagne et la Suède apportent également une contribution importante, analyse le rapport.

Objectif 2020 : un vrai défi…

Le paquet énergie climat repose sur six textes législatifs : la directive sur les énergies renouvelables, la révision du système européen des droits d’échange d’émissions, la décision relative à la répartition des efforts entre Etats-membres, le cadre législatif en matière de capture et de stockage de carbone, la directive sur la qualité des carburants et la réglementation sur les émissions de CO2 des voitures. Cet ensemble de dispositions vise à réaliser l’objectif des 3×20 d’ici à 2020 : réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre (et de 30% en cas d’accord international), porter à 20% la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique européenne, et réaliser 20% d’économies d’énergie. Mais le défi est grand pour atteindre l’objectif de 20 % d’énergies renouvelables. Selon le rapport, en 2005, les renouvelables participaient à la consommation énergétique finale européenne à hauteur de 8,5 % (9,2 % en 2006) avec des variations d’un pays à l’autre, de 0 % pour Malte à 39,8 % pour la Suède. Amener ce chiffre à 20 % signifie globalement augmenter la part des renouvelables de 15% à 35%dans la production électrique, de 10% à 25% pour le chauffage, et porter la part des carburants alternatifs de 1% à 10%, commente dans la publication Christine Lins, secrétaire générale du Conseil européen pour les énergies renouvelables (EREC).

… Créateur d’emplois

Pour la première fois, la publication contient des indicateurs socio-économiques (analyse des chiffres d’affaires du secteur et des effets sur l’emploi) de la plupart des filières dans plusieurs Etats membres3. On y apprend qu’avec la biomasse, l’éolien génère de loin l’activité économique la plus importante du secteur des énergies renouvelables en Europe. En France, la filière représente 7.500 salariés qui occupent surtout des postes dans le secteur de l’installation. Concernant le photovoltaïque, en Allemagne, l’association solaire fédérale (BSW-Solar) estime que 10.000 entreprises environ opèrent dans le secteur du photovoltaïque pour un total de 41.260 emplois directs à plein-temps.
Derrière l’Allemagne et l’Espagne, le secteur français du photovoltaïque a connu l’année dernière une forte progression pour atteindre 2.110 emplois directs et un chiffre d’affaires de 430 M€. Troisième pays en termes d’emplois dans la filière solaire thermique, la France présente un chiffre d’affaires de 395 M€, et plus de 2.300 emplois directs à plein-temps.
21.000 emplois ont été identifiés par le consortium dans l’ensemble des sept pays concernés, dont 9.400 en Allemagne, 6.660 en Espagne, 3.900 en France et 1.100 en Autriche pour la filière de la petite hydraulique souvent qualifiée de traditionnelle (sites de moins de 10 MW). Ces emplois sont davantage relatifs à l’exploitation et la maintenance des centrales qu’à la production industrielle de turbines hydrauliques, analyse le rapport.
La publication traite également de la Géothermie, du Biogaz, des Agrocarburants et de la Biomasse solide. Y figure aussi l’étude de 7 régions européennes qui ont misé sur les énergies renouvelables, en créant des synergies entre industrie, recherche et formation.

C.SEGHIER
Actu-Environnement.com – 23/02/2009

1/ État des énergies renouvelables en Europe – 8e bilan EurObserv’ER – Édition 2008
2/ Le baromètre EurObserv’ER est un projet soutenu par la Commission européenne, dans le cadre du programme Énergie Intelligente-Europe de la DG TREN. Il est également soutenu par l’Ademe.
3/ Allemagne, Autriche, France, Espagne, Pologne, Pays Bas ,Slovénie

.

Posted in Décroissance sélective et équitable, Emploi, Europe | Leave a Comment »

Pour le droit de vote des étrangers

Posted by bfen sur 24 février 2009

Réunion publique

pour le droit de vote des étrangers

Candidats aux prochaines élections européennes, Daniel Cohn-Bendit et Harlem Désir, ainsi que Marie-George Buffet interviendront le jeudi 5 mars 2009 lors d’une réunion publique pour l’élargissement du suffrage universel au droit de vote des étrangers. Cette réunion est organisée par les membres associatifs et syndicaux du collectif « Votation citoyenne », qui œuvre à la reconnaissance de la citoyenneté de résidence et au droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers extra-communautaires aux élections locales.

Au programme  de cette réunion publique,

qui se tiendra à la mairie du 11ème (métro Voltaire) de 19h à 22h :

État des lieux en France et en Europe et bilan des « Votations citoyennes » :

Avec Patrick Bloche (maire du 11ème), Michelle Perrot (historienne), Elisabeth de Visme, Paul Oriol, Bahija Ouezini, Pierre Gaillard, Mouloud Aounit et Saïd Bouziri (membres associatifs du collectif « Votation citoyenne »), Pascale Boistard (adjointe au maire de Paris), Philippe Castel (FSU), Michel Guerlavais (Unsa), Jean-Louis Malys (CFDT), Annick Coupé (Solidaires), une représentante CGT.

Propositions des partis politiques :

Avec Daniel Cohn-Bendit (Les Verts), Marie-George Buffet  (PCF), Harlem Désir (PS), Jean-François Pellissier (Alternatifs-Fédération), Olivier Besancenot (NPA) sous réserve, un responsable du PRG.

Clôture par Jean-Pierre Dubois (président de la Ligue des droits de l’Homme)

Communiqué du collectif « Votation citoyenne »


Posted in Démocratie, Europe, Les Verts | Leave a Comment »

José Bové, Daniel Cohn-Bendit, Catherine Grèze en direct sur Second Life

Posted by bfen sur 24 février 2009

José Bové et Daniel Cohn-Bendit seront en direct le mercredi 25 février à partir de 20 h sur l’espace Europe Ecologie de l’écovillage de AIRE dans Second Life . A l’occasion de la conférence qu’ils donneront à Montpellier avec Catherine Greze et Jean-Louis Roumegas qui sera retransmise en direct, ils nous diront pourquoi défendre une écologie politique est importante pour les européennes de juin 2009 afin de changer définitivement d’ère.

Faites-vous de beaux avatars, un écran géant rediffusera l’image sur une scène à côté d’eux dans la salle. Vous pourrez aussi leur poser des questions.

Lien direct: http://slurl.com/secondlife/Ecologia Island/153/200/29/

Pour savoir comment arriver jusqu’à nous : http://aire-ecovillage.org/blog/index.php?pages/2-Comment-se-rendre-sur-…

contact: Marc Blieux / Marc Moana ou Virginie Lautrédou / Biosynapse Tae si vous n’arrivez pas à vous connecter ou pour toute autre information.

Le rassemblement Europe Ecologie rassemble des personnalités comme José Bové, Yves Cochet, Daniel Cohn Bendit, Cécile Duflot, Eva Joly , Jean Paul Besset et beaucoup d’autres…

Extrait du manifeste d’Europe Ecologie : « Rompre avec cette logique autodestructrice. Rompre avec les impostures de l’accompagnement social et écologique d’un système condamné ; rompre avec les illusions qui tentent seulement d’en corriger les débordements et qui s’épuisent à réguler l’irréversible ; rompre avec le fatalisme qui conduit à s’accommoder d’une situation douloureuse pour la majorité des hommes et des femmes de la planète et pour l’avenir de nos enfants.
Nous ne sortirons pas de l’impasse par des faux semblant, en ânonnant des adaptations à la logique dominante ou à coups de timides ajustements sectoriels. Rompre, c’est s’en prendre enfin aux racines, au sein du système économique et social comme au coeur de nos pratiques individuelles ; c’est modifier l’architecture de la mondialisation aussi bien que transformer l’imaginaire de chacun. Agir sur les structures de nos sociétés et travailler en même temps à une insurrection des consciences, voilà les deux défis à relever pour éviter une désagrégation tout azimut et, au final, la défaite de l’homme..
L’urgence commande donc de réunir les conditions collectives pour que la trajectoire humaine s’engage sur une autre voie. Autre projet de société, autre modèle de civilisation… le chemin passe par la refondation progressive et pacifique de nos manières d’être et de vivre, ensemble et individuellement.  »

site d’Europe Ecologie: http://www.europeecologie.fr/

source :

.


Posted in Europe, Evreux Agglo et Sud de de l'Eure, Les Verts | Leave a Comment »

Conférence de presse Eure Europe Ecologie du 23 février à Evreux

Posted by bfen sur 21 février 2009

En conformité avec les engagements pris lors de la réunion du samedi 14 février qui s’est tenue à Louviers, le comité Eure Europe Écologie organise une conférence de presse

lundi 23 février à 18 h 15

au London Pub à Évreux.

Il s’agit, lors de cette conférence de presse, de présenter la démarche de rassemblement de la liste Europe Ecologie tant au niveau national que départemental ainsi que le manifeste du rassemblement. Au cours de cette conférence de presse, il y aura présentation des différents comités locaux sur le département de l’Eure.

Un représentant de chaque comité interviendra sur l’un des thèmes du manifeste de la liste Europe Écologie :

* une logique de rassemblement

* la rupture nécessaire avec l’ancien monde

* la nécessité d’un new deal politique et écologique

* l’Europe comme outil au service d’une nouvelle politique

Merci de diffuser cette information (par courriel, téléphone ou tout autre moyen) aux journalistes que vous connaissez et aux sympathisants-militants du mouvement Europe Écologie.

VENEZ NOMBREUX !!!

.

Posted in Europe, Evreux Agglo et Sud de de l'Eure, Les Verts | Leave a Comment »

Europe et Subsidiarité : une avancée démocratique pour la France

Posted by bfen sur 11 février 2009

En politique, le principe de subsidiarité est le principe selon lequel une responsabilité doit être prise par le plus petit niveau d’autorité publique compétent pour résoudre le problème. C’est donc, pour l’action publique, la recherche du niveau le plus pertinent et le plus proche des citoyens. Il conduit à ne pas faire à un échelon plus élevé ce qui peut être fait avec la même ou une meilleure efficacité à un échelon plus local. Le niveau supérieur n’intervient que si le problème excède les capacités du niveau inférieur (principe de suppléance). Ce principe trouve son origine dans la doctrine sociale de l’Église catholique (1882).

Dans la construction européenne, le principe de subsidiarité est une règle de répartition des compétences entre l’Union et ses États membres. En dehors des domaines de compétences qui lui sont propres, l’Union Européenne n’agit que si son action est plus efficace que celle conduite au niveau des États ou des Régions.

En matière de décentralisation, le principe de subsidiarité conduit l’État à déléguer certains de ses pouvoirs aux collectivités territoriales lorsqu’il considère qu’elles sont mieux à même de les assumer, compte tenu de leur proximité aux citoyens. A l’inverse certaines missions remontent ou restent naturellement au niveau de l’Etat : diplomatie, défense, police, justice, recherche fondamentale, infrastructures de base, solidarité et cohésion nationale.


Le principe de subsidiarité est largement utilisé dans les pays de constitution fédérale qui sont les plus répandus en Europe et qui ont du mal à comprendre notre fonctionnement centralisé et hiérarchique qui, pour eux, n’a rien de très démocratique. Tant que les citoyens ne se considèrent pas comme éléments à part entière des solutions à adopter, tant que l’intérêt commun est assimilé à l’addition de tous les intérêts particuliers,  le besoin d’un rapport de force, concept quantitatif, remplace l’intérêt général qui est un concept de nature qualitative et éthique.


En Autriche, l’État concède des budgets à tous les niveaux territoriaux et demande aux collectivités territoriales de faire des choix à l’intérieur de ces budgets (routes, écoles…). Selon ces choix l’État participe ou pas, et différents critères (sociaux, environnementaux, économiques, démocratiques… ) pourraient moduler l’apport de l’État. Mais le choix se fait par les citoyens eux-mêmes ou au niveau le plus près des citoyens selon les compétences et l’efficacité de l’institution concernée.


.

Posted in Démocratie, Europe, Evreux Agglo et Sud de de l'Eure, Les Verts | Leave a Comment »

Champs Libres : 1er blog d’actualité et de commentaires d’écologie politique de l’Eure

Posted by bfen sur 10 février 2009

C’est avec un plaisir non dissimulé que Champs Libres entame en ce mois de février 2009 sa troisième année de publication.

Et ce sont nos lecteurs qui nous ont fait le plus beau des cadeaux avec la connexion de notre 20 000 ème visiteur ! sur le site des pays d’Evreux, Avre, Iton et du Neubourg.

Que tou(te)s soient ici chaleureusement remercié(e)s, lecteurs et rédacteurs.

Nous venons d’élargir la diversité de nos rédacteurs pour mieux répondre à vos attentes, pour être toujours plus présents sur le front des luttes écologistes, sociales, économiques et démocratiques.

Et n’oubliez pas que vous pouvez nous faire parvenir vos articles et informations à :

champs-libres@orange.fr

dsc_0044

.

Posted in Culture, Décroissance sélective et équitable, Démocratie, Ecologie politique, Enseignement, Environnement, Europe, Evreux Agglo et Sud de de l'Eure, International, Les Verts, nucléaire, Politique, Santé | 1 Comment »

29 janvier 2009 : Opposition frontale à toutes les politiques du gouvernement Sarkozy

Posted by bfen sur 29 janvier 2009

La Chronique de Colm

mr-woerth

__________

Jamais, de mémoire des plus anciens militants ébroïciens, on aura vu tant de monde manifester ce jeudi 29 janvier 2009 dans les rues d’Évreux. Il en était de même ce matin à Rouen, et il en est de même partout en France. L’opposition frontale à toutes les politiques du gouvernement Sarkozy est sans appel et reçois le soutien et la sympathie des 3/4 de la population française. C’est donc un message sans ambigüité qui a été envoyé au pouvoir en place. Mais tous se demandent s’il a encore des oreilles pour entendre. Il nous faut donc dès à présent envisager la suite à donner à ce mouvement de vaste ampleur.

Comme nous le rappelle dans sa chronique Colm, le dessinateur favori de Champs Libres, le ministre du budget Woerth a, mardi matin dans le 7-9 de France Inter, produit une intervention autistique digne des meilleures années de la propagande pétainiste, refusant de répondre à une seule des questions posées par les trois journalistes chargés de l’interroger et assénant sans en démordre qu’en cette période si difficile, les français feraient mieux de se retrousser les manches plutôt que de manifester. Et bien les français l’ont entendu, ils se sont retroussé les manches, et il semble que ce soit durablement.

Pour les écologistes, la réponse à la crise doit proposer des réponses à l’urgence et, dans le même temps, préparer l’avenir. Car cette crise n’est pas un accident, mais le symptôme d’un système présenté comme « la seule politique possible » depuis plus de vingt ans, et dont la faillite est aujourd’hui évidente.

Les ajustements au coup par coup ne suffiront pas : il s’agit de changer de logique, et de réorienter dès maintenant nos modes de production et de consommation, d’agir pour la conversion écologique des activités, au bénéfice de tous et toutes.

Pour les écologistes, la crise est à la fois économique, sociale et écologique. Elle n’est pas un accident mais l’échec d’un système qu’on nous présente depuis trois décennies comme la seule politique possible et qui nous a emmenés dans le mur : faillite du système financier, récession, chômage, mais aussi aggravation des inégalités, casse de la protection sociale, recul des services publics, pillage des ressources, destruction des écosystèmes, déni des droits fondamentaux.

Le gouvernement prétend « refonder le capitalisme » mais en réalité, il propose toujours les mêmes recettes : au nom de la relance et de la compétition, c‘est toujours aux mêmes que l’on demande de se serrer la ceinture, de travailler toujours plus et de gagner moins pour financer les cadeaux fiscaux des autres et le renflouement des banques sans contrepartie.

L’urgence écologique quant à elle est reléguée au second plan des priorités : recul du Grenelle, paquet énergie-climat très insuffisant, relance des programmes autoroutiers ou soutiens à l’industrie automobile et à l’aviation sans exigence écologique.

La conversion écologique de l’économie est pour les écologistes la seule réponse durable à cette crise. Au lieu de maintenir artificiellement des secteurs condamnés à décroître, il vaudrait mieux développer les secteurs d’avenir : énergies renouvelables, moyens de transport alternatifs à la voiture, rénovation du bâti, agriculture biologique, économie sociale et solidaire… C’est là que résident les emplois qualifiés et non-délocalisables de demain.

Le Planing Familial vient de se voir couper 42 % de ses subventions d’état. Cela signifie la fermeture d’un tiers de leurs antennes d’accueil en France.

Signez la pétion en ligne en cliquant ici

.

Posted in Culture, Décroissance sélective et équitable, Démocratie, déplacements-mobilité, Economie et social, Enseignement, Environnement, Europe, Evreux Agglo et Sud de de l'Eure, International, La chronique de Colm, Les Verts, nucléaire, Politique, Santé | Leave a Comment »

Cohn-Bendit-Barnier : un(e) politique pour l’Europe ?

Posted by bfen sur 29 janvier 2009

Vodpod videos no longer available.

Posted in Europe, Les Verts, Politique | Leave a Comment »

Sarky 1er

Posted by bfen sur 23 janvier 2009

La chronique de Colm

sarky-1er

Posted in Démocratie, Europe, International, La chronique de Colm | Leave a Comment »

Le rassemblement Europe Ecologie : au carrefour des crises

Posted by bfen sur 22 janvier 2009

Le Rassemblement Europe Ecologie

Vodpod videos no longer available.

Posted in Europe, Les Verts | Leave a Comment »

Cécile Duflot, l’ouverture en Vert

Posted by bfen sur 20 janvier 2009

Quand on lui demande quelles sont les personnalités qu’elle aime ou admire, elle ne cite pas Nelson Mandela ou Gandhi, ni même Daniel Cohn-Bendit, mais le comédien français Jean Rochefort. « Parce qu’il a le don d’allumer les petites étincelles ici et là, de rendre la vie plus légère, parce qu’il ne se prend pas au sérieux. » Ses livres préférés ? Le Baron perché, d’Italo Calvino, qu’elle dit relire et feuilleter souvent ; mais aussi Vie et mort, de Jean Chalosse ; Moutonnier des Landes, de Roger Boussinot ; sans oublier La Touche étoile, le roman de Benoîte Groult. La féministe est son « héroïne du moment, parce qu’elle mélange tout : la maternité, l’engagement politique… » et fait partie des gens, âgés, peut-être, mais « qui savent être gais ». Avis aux ronchons : la patronne des Verts, qui entame son deuxième mandat de secrétaire nationale du parti, n’a pas l’intention de s’embêter, pas plus au propre qu’au figuré.

AFP/PIERRE VERDY

Cécile Duflot,

le 13 février 2006 à Villeneuve-Saint-Georges.

Son côté « Français moyen », Cécile Duflot le cultive, le nourrit, le bichonne. Elle a « le charisme d’une huître » ? Méfiez-vous : la formule vient d’elle. C’est devenu sa marque de fabrique. N’est-elle pas la preuve incarnée que les gens ordinaires peuvent réussir en politique ? Banlieusarde, cette abonnée du RER, née un 1er avril à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), un coin qu’elle n’a jamais quitté, adore les bonbons Haribo, les chansons de Lio, la bonne bouffe et les jeux de société.

Elle est mère de famille (un garçon et trois filles), croyante sans ostentation, et s’habille plutôt mal, c’est-à-dire comme vous et moi. En prime, elle a un sens aigu de l’autodérision. C’est ce que dit son histoire d’huître, mais aussi son amie d’enfance Sandrine Le Gad, avec qui, à l’adolescence, la dirigeante des Verts a fait du théâtre à la Maison pour tous de Montereau-Fault-Yonne, commune qui jouxte Villeneuve-Saint-Georges. « Pour une militante de base, elle est montée très vite », admire son ancienne camarade de scène, rappelant les « capacités de meneuse » de sa copine Cécile, qui jouait à merveille des rôles très différents, passant du Petit Prince à la Folle de Chaillot ou à cette pièce évoquant la guerre de 14-18, Le Lavoir.

A propos du théâtre, Cécile Duflot dit qu’elle l’aime « quand ça happe ». Comme la politique ? Elle n’est pas née dedans et le reconnaît volontiers, n’ayant « pas milité dans un syndicat étudiant ni suivi les cours de Sciences Po ». La France dans laquelle elle a grandi n’est pas celle de ses aînés. En 1990, la jeune banlieusarde a 15 ans, le printemps 68 est loin.

Ses premières expériences d’engagement collectif, elle les fait dans les associations : à l’Action catholique des enfants (où elle fait de l’éducation populaire dans la ZUP de Surville), à la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) et, surtout, au Groupement d’étudiant national d’enseignement aux personnes incarcérées (Genepi), qui lui fait découvrir l’univers carcéral et, en particulier, celui de la prison de la Santé, à Paris, où elle occupe la fonction d’écrivain public pour les détenus. « C’est son parcours initiatique », confie son ami Pascal Remillieux, lui aussi un ancien du Genepi. « Pour les jeunes comme nous, issus de la petite-bourgeoisie intello, avec notre côté Bon Samaritain, entrer là-dedans, ça a été un choc », souligne-t-il.

Issue d’une famille de gauche, père cheminot, mère enseignante, Cécile Duflot se montre une étudiante brillante, diplômée de l’Essec et titulaire d’un DEA de géographie. A l’instar de sa soeur Marie et de son frère Nicolas, elle a fait de l’écologie avant l’heure, comme Monsieur Jourdain de la prose : sans grands discours, elle a appris, dès son jeune âge, à économiser l’eau, à trier les déchets, à choisir les transports en commun plutôt que l’automobile.

Chez les Duflot, on aime la marche à pied, la discrétion. On préfère le camping à l’hôtel, la montagne à la mer et la Lozère au Lavandou. Cela n’empêche pas de savoir se servir d’un ordinateur. Marie, la cadette, enseigne l’informatique. Ni même de devenir ingénieur nucléaire, ce qui est le cas de Nicolas, le petit frère. C’est pour ce dernier que le nom de Duflot doit, quelquefois, peser des tonnes. Surtout depuis que l’aînée est sous les feux de la rampe.

L’ascension de Cécile Duflot au sein du parti des Verts – adhérente officielle depuis février 2001, elle devient secrétaire nationale une première fois, en décembre 2006 – n’a pas été seulement fulgurante. Cette randonneuse est au sommet, mais, plus exceptionnel, elle entend y rester. Le 6 décembre 2008, pour la deuxième fois, les militants des Verts lui ont accordé leur confiance : Cécile Duflot l’a emporté haut la main, avec près de 71 % des suffrages. Seul avant elle, Jean-Luc Bennahmias (aujourd’hui au MoDem) avait enchaîné deux mandats consécutifs.

Elle a profité, peut-être « mieux que d’autres », du turnover très important qui caractérise le parti, avance le député Yves Cochet, qui ne figure pas parmi les membres de la nouvelle direction. En 2006, elle avait bénéficié également, explique Alexis Braud, un des proches de Cécile Duflot, de l’appui négocié de Dominique Voynet, ex-candidate des Verts à l’élection présidentielle.

Ce mariage de raison, « équilibre instable, mais équilibre quand même », assure Cécile Duflot, saura-t-il résister à l’épreuve du temps et des prochaines élections européennes de 2009 ? En ralliant l’idée d’un grand rassemblement écologiste, débordant le seul parti des Verts, Cécile Duflot a fait preuve d’une « incontestable intelligence politique », estime Jean-Paul Besset, conseiller de Nicolas Hulot. « Elle a ouvert les fenêtres » du parti des Verts, ajoute-t-il, en saluant sa « maturité ». Le conseil national des Verts a consacré, dimanche 18 janvier, sa ligne d’ouverture à d’autres formations écologistes.

Tandis que les uns, comme le socialiste François Hollande, louent sa diplomatie – « elle pratique la synthèse comme je l’ai fait au PS », glisse-t-il dans un journal dominical -, d’autres, comme Yves Cochet, raillent « ses qualités de surfeuse ». S’il est « dans son tempérament » d’éviter les conflits brutaux, prévient son vieil ami Daniel Dayot, un ancien du PSU et des Verts, il ne faut pas s’y tromper : « Sa grande qualité, c’est d’être franche sans jamais se montrer agressive. Avoir du punch et ne pas se mettre en avant, c’est une conjonction peu commune, non ? »

Salariée dans un groupe immobilier spécialisé dans le logement social, la jeune femme jongle avec ses différentes casquettes : mère de famille (recomposée avec celle de son compagnon, Xavier Cantat), dirigeante des Verts et, peut-être, demain, candidate à l’élection présidentielle ? Certains l’y poussent. Elle ne dit pas non.

Catherine Simon

Posted in Europe, Les Verts | Leave a Comment »

Droits de douanes sur le roquefort : la Confédération paysanne appelle à ne pas céder à la pression

Posted by bfen sur 17 janvier 2009

Les États-Unis viennent de décider de tripler les droits de douanes sur le roquefort et d’augmenter sensiblement les taxes à l’importation de nombreux autres produits alimentaires. Leur objectif est clair : mettre la pression sur l’Europe pour que le bœuf aux hormones, puis le poulet chloré, puissent accéder au marché européen.

La Confédération paysanne affirme que ces pratiques sont inadmissibles et démontrent une fois de plus que l’agriculture n’a rien à faire dans l’OMC. Alors que les échanges internationaux de produits agricoles ne concernent que 5 à 10% de la production, il est totalement illusoire de vouloir gouverner l’ensemble des marchés agricoles et alimentaires par le petit bout de la lorgnette que représentent les échanges internationaux.

La Confédération paysanne demande au gouvernement français et à l’Union Européenne de ne pas céder, comme ils l’ont fait jusqu’à aujourd’hui, à la pression mise par les États Unis et de protéger les consommateurs européens qui ne souhaitent pas être confrontés à des produits alimentaires aux qualités sanitaires plus que douteuses que sont aujourd’hui le bœuf aux hormones et le poulet javellisé et que seront demain les animaux clonés.

La Confédération paysanne exhorte le gouvernement français à soutenir les producteurs concernés par ces mesures de rétorsions pour éviter qu’une fois de plus les paysans soient les victimes collatérales d’un bras de fer entre les USA et l’Europe.

La Confédération paysanne attend du nouveau président des Etats Unis qui prend ses fonctions mardi et se revendique d’une autre gouvernance mondiale, qu’il renonce à ce genre de pratique.

Cette affaire illustre une fois de plus les ravages causés par l’OMC et ses règles à vouloir s’immiscer via la libéralisation des échanges dans les questions agricoles et alimentaires, contradictoire avec la nécessaire mise en œuvre de la souveraineté alimentaire.


Posted in Economie et social, Europe, International, Santé | Leave a Comment »

Nucléaire : le jeu dangereux d’EDF et de N. Sarkozy

Posted by bfen sur 6 janvier 2009

En rachetant British Energy et Constellation Energy, EDF s’est lancée dans une stratégie d’expansion aventureuse, coûteuse, industriellement dépassée, susceptible de compromettre ses missions de service public.

Ces opérations obéissent aux injonctions de l’Élysée pour accroître l’exportation de la technologie nucléaire (solution miracle aux déficits croissants du commerce extérieur français ?) et elles engagent directement sa responsabilité.

Alors que l’entreprise nationale aurait dû :
– Enfin devenir le fer de lance du développement des énergies renouvelables en France,
– Mettre un terme au sous-investissement dans ses réseaux de transport et de distribution, cause d’une dégradation du service aux usagers, particulièrement ressentie durant  les intempéries,
– Faire face au vieillissement du parc nucléaire français.
Elle a choisi de doubler son endettement pour acquérir 2 canards boiteux, disposant de vieilles centrales, dont certaines devront être démantelées (à sa charge ?) et offrir au passage un cadeau de 600 millions de dollars au milliardaire Warren Buffet.

Alors que les coûts de l’EPR s’envolent,  le gouvernement a déjà prévu une rallonge de 2,5 milliards pour EDF dans le cadre du plan de relance. Les contribuables français vont donc devoir payer la note du nucléaire. Ces choix financiers risquent de se traduire par des manquements à la sécurité sur les sites français vieillissants et sièges de multiples incidents, comme on a pu le constater l’été dernier, et hypothèquent la transition française vers le renouvelable.

Les Verts réclament l’abandon progressif du nucléaire au profit des énergies renouvelables et le recentrage de l’activité d’EDF sur le territoire européen. Ils dénoncent l’incurie présidentielle que ces acquisitions révèlent et craignent une nouvelle déroute financière, comparable au scandale du crédit Lyonnais.


Posted in Décroissance sélective et équitable, Economie et social, Europe | Leave a Comment »

1ère rencontre EURE – Europe Ecologie

Posted by bfen sur 5 janvier 2009

La date de notre première réunion est fixée le : Samedi 10 Janvier 2009 à 9h45 à la maison de quartier de Nétreville à Évreux (6,rue Dugay Trouin).

A l’ordre du jour :

– Présentation, tour de table

pourquoi on est signataire, qu’est-ce qui nous unit ? Les attentes…

– Présentation de la vidéo de DCB du 8 décembre

– Débat : qu’est-ce que chacun envisage au niveau local : recueil des propositions

– Constitution d’un groupe de coordination pour les animations de la campagne

double parité / homme-femme; vert-non verts

– Pot de convivialité

___________

Si vous ne pouvez pas nous rejoindre ce jour là, n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques et propositions.

Si vous n’êtes pas encore signataire de l’appel au rassemblement de l’écologie, cliquez ici.

Si vous êtes déja signataire, inscrivez-vous au groupe EURE Europe Ecologie pour recevoir les informations locales et départementales en cliquant ici.

Le comité EURE Europe Ecologie

Posted in Ecologie politique, Europe, Evreux Agglo et Sud de de l'Eure, Politique | Leave a Comment »

Escalade guerrière à GAZA La France et l’Europe doivent condamner Israël

Posted by bfen sur 5 janvier 2009

L’ampleur de la mobilisation en France samedi a montré le rejet de la politique de la terreur et des massacres menés par le gouvernement israélien à Gaza. La propagande scandaleuse d’Israël voudrait nous faire prendre les agresseurs pour des victimes, et nous faire croire que c’est au nom de valeurs « qui sont aussi celles de la France » selon Tzipi Livni, qu’on massacre des civils : des hommes, des femmes et des enfants. Mais l’opinion publique a compris que l’Etat d’Israël s’est engagé dans une escalade de la terreur moralement inacceptable et politiquement sans issue.

Mais la complaisance des gouvernements européens, de Nicolas Sarkozy en particulier, qui a encaissé sans broncher le refus du cessez le feu par la ministre israélienne des affaires étrangères, a sonné comme un encouragement à passer à la phase suivante de l’engagement terrestre de Tsahal à Gaza. La tournée de Tzipi Livni n’avait d’autre but.

Dans ce contexte on ne voit pas l’utilité du voyage du Président de la République au Moyen Orient. Au mieux il ne servira à rien, au pire il cautionnera davantage encore une politique inacceptable et contraire aux valeurs et à la diplomatie de la France.

Les Verts affirment leur solidarité avec la population Palestinienne mais aussi avec tous les pacifistes et les démocrates en Israël et dans le monde entier.

Les Verts estiment que seule une solution politique avec la création d’un état palestinien viable pourra apporter la paix à laquelle ont droit les deux peuples.

Les Verts demandent au gouvernement français et à l’Europe de faire preuve de fermeté face à Israël et pour commencer à renoncer à tout accord privilégié avec ce pays tant qu’il poursuivra cette politique.


Posted in Démocratie, Europe, International, Les Verts | Leave a Comment »

Directive retour : l’adoption de la honte !

Posted by jfihey sur 29 décembre 2008

« L’adoption a été faite en catimini, sans débat et avec la seule abstention de la délégation belge. »

Communiqué de la LDH

A Bruxelles, le 9 décembre 2008, sous la présidence de Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire de France et de Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat aux transports de France s’est tenu un habituel Conseil des ministres, l’un des derniers de la présidence française. Selon l’AEDH (association européenne des droits de l’Homme) : « L’adoption a été faite en catimini, sans débat et avec la seule abstention de la délégation belge. »

Parmi les textes adoptés, il y en avait sur la politique de l’énergie, sur celle des transports, sur la sécurité maritime.

Et comme le dit le communiqué officiel : « En outre, le Conseil a adopté sans débat une directive relative aux normes et procédures communes applicables dans les États membres au retour des ressortissants de pays tiers en séjour irrégulier. » Comme tout un chacun le sait, il ne s’agit que d’une question de transports, voire d’environnement. Le développement durable en France se trouve bien pourvu de se voir allouer une nouvelle responsabilité. S’agirait-il d’un nouveau recyclage des femmes et des hommes poussés par la misère, par leurs conditions de vie et par les exactions des gouvernements de leur pays à s’exiler dans l’un des Etats membres de l’UE ?

Décidément, en cette date anniversaire de la DUDH, le gouvernement français, agissant au nom de l’Union européenne toute entière, manque de grandeur et de dignité.

Posted in Démocratie, Europe | Leave a Comment »

La conjonction des crises

Posted by bfen sur 20 décembre 2008

Jean Zin

Tout pourrait revenir comme avant ou presque, semble-t-il, avec quelques règles en plus, quelques ajustements, de sévères corrections même, mais tout cela n’aurait été au fond qu’un mauvais moment à passer, une simple réduction de l’activité, des bénéfices, des revenus. On nous annonce pour l’année prochaine une récession entre 1% et 5%, la belle affaire ! Pas de quoi faire un plat pour cela, chacun peut retourner à ses petites affaires et joyeuses fêtes à tous ceux qui croient au Père Noël !

L’optimisme forcé des économistes a été dénoncé comme un des facteurs de la crise, il ne semble pas qu’on en soit sorti pour autant, passant de l’affirmation que « le plus dur est derrière nous » à ces prévisions qui ne prévoient rien mais ne font que faire tourner des modèles qui viennent pourtant de démontrer leur incapacité d’intégrer les hypothèses extrêmes, les facteurs externes, les ruptures de seuil et, donc, de calculer les risques réels alors même qu’on assiste au télescopage de toute une série de crises pas seulement économique et financière.

Ainsi, ce ne serait pas si grave, à ce qu’on nous dit, juste quelques mois de vaches maigres, une parenthèse dans l’expansion de l’économie financière et l’histoire du libéralisme. Sauf que cela suppose qu’il n’y aurait pas d’effondrement du dollar, pas de credit crunch, pas de faillite de l’industrie automobile ou d’entreprises aussi stratégiques, pas de faillite des Etats, pas de tensions graves entre pays, pas de troubles sociaux généralisés dans le monde entier. Ce n’est pas complètement impossible mais le plus probable reste une désorganisation totale du système dans les mois qui viennent malgré toutes les mesures prises (les taux américains ne peuvent plus baisser, il n’y a plus que l’hyperinflation pour effacer leur dette).

On sait que lorsqu’il y a des tremblements de Terre cela provoque des éruptions volcaniques à retardement dans un rayon de 1000 km les années suivantes. De la même façon, il ne serait pas raisonnable de penser que tout rentrera dans l’ordre sans autre forme de procès alors qu’il y a une telle tectonique des plaques avec les bouleversements actuels qui déstabilisent déjà les points les plus fragiles (comme en Grèce).

Tout cela semble impliquer que la crise ne durera pas 1 an comme on nous le répète constamment mais qu’on pourrait en prendre pour 10 ans peut-être ! Il est raisonnable de penser que la crise sera durable et profonde mais les premiers signes et les politiques menées en renforcent l’hypothèse. On peut légitimement craindre que l’énormité des moyens mis en jeu ne fasse que faire durer un peu plus le supplice en creusant le gouffre… Non seulement, l’économie démontre encore une fois son incapacité à rendre compte du caractère non-linéaire et systémique des crises mais il n’y a pas de véritable autonomie de la sphère économique. On assiste en fait à une conjonction sans précédent des crises économique, écologique, sociale, politique, géopolitique, technologique, générationnelle, idéologique, civilisationnelle, dont les temporalités très différentes pourtant convergent ici de façon explosive. On éprouve ainsi de façon tangible à quel point la réalité n’est pas univoque mais comporte une multitude de strates. Cela devrait être l’occasion de sortir des points de vue trop simplistes et unilatéraux pour essayer de comprendre la complexité des interactions entre différents niveaux de réalité. Même des écologistes peuvent avoir une approche trop unilatérale des questions, ce qui est un comble, négligeant trop souvent les dimensions économiques et sociales.

D’une certaine façon, cette convergence exceptionnelle de différentes crises pourrait constituer une chance pour résoudre l’ensemble de ces crises à la fois. Ainsi la crise écologique pourrait bénéficier non seulement de la baisse des émissions de CO2 à cause de la récession mais d’un changement complet de mode de vie. Ce serait véritablement inespéré tant les dernières nouvelles du climat sont carrément paniquantes. Hélas, il faudrait arriver à faire comprendre que les effets de nos émissions ne se font vraiment sentir que 50 ans après et que le réchauffement contre lequel il faut se mobiliser n’a rien à voir avec les températures clémentes d’aujourd’hui. Le décalage temporel entre l’effet et la cause parait insurmontable pour réagir avant qu’il ne soit trop tard. C’est là qu’il faudrait tirer parti de la conjonction des crises : puisqu’il faut changer, profitons-en pour tout remettre à plat une bonne fois pour toutes, plutôt que de vouloir résoudre les crises une par une.

Il faut s’attendre à de durs conflits, au chaos, à une violence déchaînée (la menace nucléaire n’a jamais été aussi forte) mais nous entrons dans une époque de changements profonds et durables où jamais il n’aura été aussi urgent de penser et construire l’alternative, se remettre à penser large en dehors des règles de marché, penser la sortie du capitalisme malgré tout. Il y a quand même quelques atouts non négligeables puisqu’on a pour la première fois une nouvelle génération connectée de par toute la Terre, renforçant la synchronisation déjà observée en plusieurs occasions comme Mai68. D’une certaine façon, ce qui rend la crise si impensable, c’est qu’on aurait à l’évidence les moyens de réagir, qu’on ne peut rester devant notre télé sans rien faire. C’est éventuellement ce qui pourrait nous sauver si la chute était brutale mais sans doute pas si ça traîne en longueur. Il faut toujours en passer par le pire, hélas, pour changer les règles, abolir les privilèges et redistribuer les rôles. Il faudrait surtout pouvoir s’accorder sur ce qu’il faudrait faire !

Il ne suffit pas de se révolter car il ne s’agit pas de faire n’importe quoi et tomber dans n’importe quelle utopie plus ou moins autoritaire sous des apparences libératrices, encore moins de revenir en arrière. Il faut répondre aux questions qui se posent, notamment du fait des nouvelles conditions de production à l’ère de l’information qui ne sont pas encore prises en compte, ce qui provoque la précarité des surdiplomés (grecs entre autres). De même le caractère non linéaire et statistique de la productivité devra bien être reconnu par un revenu garanti qui permettra aussi de réduire les inégalités et de stabiliser l’économie tout en permettant le passage de la sécurité sociale au développement humain, du travail forcé au travail choisi et du salariat au travail autonome. Au niveau écologique, la relocalisation de l’économie s’impose avec des monnaies locales qui seront bien utiles en cas de désordre monétaire et dont il faut au moins connaître l’existence, savoir qu’on peut les mettre en place rapidement. L’agir local s’inscrit dans une pensée globale mais peut commencer sans attendre, ici et maintenant ! Bien sûr, rien n’est possible sans une réaffirmation de nos solidarités ni sans notre mobilisation qui est la condition préalable et qu’il faut espérer à la hauteur de ce que la situation exige. En tout cas, c’est une refondation sociale, démocratique, écologique pas seulement économique qu’il faudra mener à bien.

Bien que cela ne soit pas encore tellement apparent, nous avons sans doute atteint le point de non-retour d’une crise de civilisation comme il y en a eu bien peu dans l’histoire humaine. Les risques sont énormes même si le monde de demain ne sera pas si différent de celui d’aujourd’hui. On ne reviendra pas à une économie de survie sauf localement de façon transitoire mais il peut y avoir vraiment une hyperinflation aux USA, des retraites réduites à rien ou non payées, des zones sinistrées, des famines, des violences, des guerres. Cela peut être aussi l’occasion d’opportunités décisives qu’il ne faudrait pas laisser passer !

On peut croire qu’il ne s’est rien passé et qu’il ne se passera jamais rien, dans un présent éternel et sans fin. Comme dans toute bulle spéculative, le pari des parieurs c’est de croire au Père Noël et qu’on n’aura jamais à payer l’addition ! On peut croire aussi que tout est foutu et qu’on n’y peut déjà plus rien mais ce n’est vraiment pas le moment de baisser les bras quand c’est notre dernière chance sans doute et que l’avenir de l’humanité est entre nos mains comme jamais. Beaucoup plus qu’on ne croit, c’est le moment et l’heure : cette génération, cette année et quelques autres. A nous de jouer. La seule issue semble de repartir du local mais il faut bien avouer que je n’y crois qu’à moitié. Il va falloir essayer, naviguer à vue, avec des stratégies plurielles à différents niveaux. Ce qui est sûr, c’est qu’on ne va pas s’ennuyer au moins et qu’on va pouvoir reprendre l’initiative !

Quelque critiques que puissent être la situation et les circonstances où vous vous trouvez, ne désespérez de rien; c’est dans les occasions où tout est à craindre, qu’il ne faut rien craindre; c’est lorsqu’on est environné de tous les dangers, qu’il n’en faut redouter aucun; c’est lorsqu’on est sans aucune ressource, qu’il faut compter sur toutes. Sun Tse

Posted in Ecologie politique, Economie et social, Environnement, Europe, International | Leave a Comment »

Les Verts réussissent à fédérer l’arc écolo pour les élections européennes

Posted by bfen sur 20 décembre 2008

«Ni sang, ni larmes, que du bonheur !» certifie Cécile Duflot, hilare. Clin d’œil de la secrétaire nationale des Verts à Daniel Cohn-Bendit qui avait prédit, fin octobre, «des larmes et des pleurs» pour la délicate étape de la constitution des listes Europe Ecologie, en vue du scrutin de juin 2009. A l’issue d’une réunion de leur comité de campagne, les principaux artisans du rassemblement des familles écologistes ont révélé vendredi une partie de leurs têtes d’affiches issues d’ONG environnementales ou de la société civile, pour les européennes.

Ticket. Composé d’une vingtaine de membres, le comité a donc «validé un scénario» proposé par Duflot, Cohn-Bendit et Pascal Durand, coordinateur de la campagne. Des «personnalités associatives ou des personnalités tout court» ont été désignées en première ou seconde position pour former des binômes à parité qui conduiront les listes sur le territoire, découpé, pour le scrutin, en huit grandes circonscriptions. Un«scénario» cousu large pour «laisser de la place aux Verts» qui nommeront leurs candidats selon leur procédure interne, par une consultation des militants et une décision du Cnir (conseil national interrégional) du parti, le 17 janvier.

Pour l’Est, Sandrine Bélier, 35 ans, ancienne directrice fédérale de France Nature Environnement, sera tête de liste. Proche de Nicolas Hulot, Jean-Paul Besset, et Yannick Jadot, ex-directeur des campagnes de Greenpeace France, conduiront respectivement les listes du Centre et de l’Ouest. Ils feront équipe avec une candidate Verts. L’altermondialiste José Bové est intronisé numéro 1 dans le Sud-ouest. Dans cette région ou dans le Sud-est, un «régionaliste» de la fédération Régions et peuples solidaires pourrait décrocher une place de second.

En Ile-de-France, le ticket formé par Cohn-Bendit et l’ex-juge d’instruction Eva Joly ne fait guère de suspense. Pour les autres Verts, Hélène Flautre, eurodéputée sortante, et Michèle Rivasi ancienne députée de la Drôme, sont pressenties pour être têtes d’affiche dans le Nord – avec un responsable associatif – et le Sud-Est. Restera enfin à déterminer le casting de l’outre-mer où «les Verts discutent avec leurs partenaires». Un ou deux postes doivent aussi être réservés à des candidats de la diversité.

«Col». Les composantes de l’arc écologiste, qui avait pris forme aux journées d’été des Verts à Toulouse en août, peuvent donc souffler, après avoir franchi ce «col» digne d’une «étape de montagne», plaisante Besset. «L’équilibre s’est trouvé dans un climat apaisé, assure Jadot, même s’il y a forcément quelques déçus.» Parmi les recalés, le Mouvement écologiste indépendant (MEI) d’Antoine Waechter, qui réclamait une tête de liste, mais ne claque pas la porte. «Ils ne sont pas tout à fait très heureux», euphémise Cohn-Bendit. Les discussions doivent se poursuivre en janvier avec le MEI pour l’associer à la campagne et «lui donner une visibilité», via, peut-être, un poste de porte-parole.

Des Verts avaient également suggéré des variantes au «scénario» : certains proposaient un candidat maison en tête de liste dans l’Ouest, et Yves Cochet jugeait l’eurodéputée Marie Anne Isler-Béguin «légitime pour rempiler» dans l’Est. Sans avoir eu gain de cause, le député estime que, malgré «quelques prises de parole un peu vives, l’atmosphère était moins houleuse qu’on pouvait le craindre». En effet, les Verts ont semble-t-il réussi à dépasser les intérêts de leurs chapelles. « On a toujours dit qu’on cherchait un accord avec eux. Sinon, on avait une équation à trop d’inconnues. Après, eux gèrent la boutique», chambre Cohn-Bendit. Au coprésident du groupe Verts au Parlement européen, Duflot rétorque : «Dany est resté sur de vieux schémas. On est bien plus calmes.» Et assure que «l’attachement au rassemblement, qui transcende toutes les sensibilités», a primé. Au passage, la secrétaire nationale, réélue début décembre, se réjouit du train d’avance pris par les écologistes : les autres partis «sont encore dans les choux. Ils se bagarreront quand nous ferons déjà campagne.»

Prévoyant une campagne à cheval entre mobilisation de terrain – au travers des 50 comités locaux déjà créés – et «réseau social par Internet» , les écologistes doivent dégainer un «kit» d’argumentaires et les grands axes de leur «Green deal» en janvier. Et invitent à ne pas confondre «la VO et les copieurs». «On va voir tous les partis rajouter à leur plumage quelques ramages écologistes, ironise Besset. Ils découvrent la lune. Nous, nous avons cette problématique comme colonne vertébrale.»

LAURE ÉQUY

Posted in Europe, Les Verts | Leave a Comment »